Off the beaten track

Depuis très longtemps, je rêve de découvrir les steppes d’Asie Centrale. Depuis une quinzaine de mois, je me suis focalisée sur le Kirghizistan et sur un voyage particulier. C’était sans compter les conditions du voyage que je n’avais pas vraiment consultées dans les notes détaillées. Je n’ai aucun souci à dormir dans des conditions très basiques pour une nuit ou deux mais là, quatre nuits de “homestay” (avec peu de détails sur ce que cela veut dire) sont suivies de six nuits dans des yourtes aux conditions précaires (ce billet de blog résume bien les conditions). Il peut geler pendant la nuit, les toilettes (une cabane avec un trou) sont à l’extérieur et pas moyen de prendre une douche. Ce dernier point est finalement celui qui me dérange le moins mais je dois souvent me lever la nuit pour aller aux toilettes et j’ai besoin d’un minimum de confort ou je vais bloquer complètement et me rendre malade. Enfin, je suis très frileuse et j’ai beaucoup de mal à dormir si je suis frigorifiée, même si je peux prévoir des vêtements thermiques.

Ces six journées consécutives sont totalement coupées du monde, sans électricité, ce qui pose le problème de la recharge de l’appareil photo (le strict minimum donc). Il existe évidemment des batteries mais par expérience, je sais que la mienne tient un jour et demi. Donc tout un budget à prévoir. Je pense également au budget vêtements et chaussures qui risque d’être important. De bonnes chaussures de randonnée me seront toujours utiles, ce n’est pas ça le souci. Mais dans ma vie normale, je ne mets que des robes et des jupes – je n’ai donc quasi pas de vêtements de voyage pratique, à part ce pantalon/short que j’ai acheté pour le Sri Lanka. S’il faut y ajouter les vêtements thermiques et une veste chaude, le budget devient important, surtout que je pense qu’il est préférable de ne pas trop lésiner sur la qualité. Soit, le voyage n’est pas cher en tant que tel et cela compense. Je dois ajouter que je n’ai jamais fait de camping et que cela ne m’a jamais attirée mais il faut bien avouer que dormir dans une yourte au milieu de la steppe est fort différent du Camping Cosmos à la côte belge.

Toute la question est donc de déterminer ce qui pèse le plus dans la balance: ma motivation à découvrir ce pays très certainement magnifique ou ma non-résistance/adaptation aux conditions très primitives du voyage. Je n’ai pas encore tout à fait tranché mais cela penche vers la seconde option. L’alternative serait de trouver un voyage proche mais plus confortable. (Ou de changer totalement de destination évidemment).

Des avis ? Des conseils ? Des remarques (même si c’est pour me dire que je suis une chochotte) ?

Advertisements

17 thoughts on “Off the beaten track

  1. Ca me paraît un peu extrême par rapport à ce que je sais de tes critères. Par exemple, tu ne dors déjà apparemment pas très bien dans ton propre lit, et la fatigue que cela entraîne semble souvent pourrir une partie de tes journées. Dans des conditions comme celles que tu décris, ne penses-tu pas que ça risque d’être encore plus dur de te reposer vraiment, et donc d’avoir assez d’énergie pour gérer sereinement la rudesse des conditions?

    1. Tout dépend des moments: je peux dormir très profondément dans mon propre lit. En voyage, ce qui me fait mal dormir, ce sont les moustiques ou le froid ou le bruit. A la maison, c’est clairement lié au boulot. Je dors mal toutes les nuits du dimanche au lundi, que j’aie bu du vin ou pas. Et j’ai eu des périodes d’insomnies dues au stress assez prolongées – heureusement ça va mieux pour le moment. Bref, c’est un critère moins important que les toilettes pour moi 😉

  2. Whaaaaaw, typiquement le genre de voyage qui me fait rêver ! Mais il faut dire que ce genre de situation ne m’a jamais dérangée (tant que je suis prévenue à l’avance…. Je me souviens des des jours en tente sur l’île des Pins en Nouvelle-Calédonie alors que j’avais réservée une chambre, justement pour faire un break dans un séjour déjà bien chargé en conditions spartiates, ça m’étais resté en travers de la gorge) , au contraire ! De toute façon, que ce soit dans un palace 4 étoiles ou à même le sol dans une hutte, je dors mal donc autant vivre quelque chose d’incroyable! Et c’est vrai aussi que je suis déjà bien équipée en matos de rando et autre, et que je ne suis pas frileuse/douillette. Et aucun problème pour moi de passer plusieurs jours sans douches et en faisant pipi-nature ! 😂

    Mais honnêtement, je ne pense pas que ce soit ton truc… A lire tes récits de voyages, je pense que tu es effectivement prête à sacrifier ton confort et faire quelques compromis pendant un ou deux jours, mais qu’il te faut quand même régulièrement te reposer correctement pour en profiter. Ce serait dommage que ce voyage en Asie centrale qui te fait tant rêver soit au finale une déception parce que tu n’as pas pu en profiter correctement… Laisse le délire du survivalists en pleine nature aux tarées comme moi qui peuvent survivre sans sommeil !

  3. La douche est le truc qui me restreins dans la description. Dormir sans douche c’est quasiment impossible. Concernant le sommeil la fatigue de la journée devrait te mettre KO. Vu tes réticences j’aurais tendance à te dire ne le fais pas. Ce serait dommage de ne pas en profiter alors que tu en rêves.Mais en même temps c’est une belle aventure et parfois sortir de sa zone de confort nous fait découvrir de belles choses. En fait je ne t’aide pas du tout à choisir 😉

    1. C’est intéressant de voir que chacun bloque pour des raisons différentes. Le manque de douche me dérange moins parce qu’on sait déjà faire pas mal avec des lingettes humides et je n’ai aucun souci à laver mes cheveux à l’eau froide.
      Et non, tu ne m’aides pas à choisir 😉 parce que j’ai vraiment envie de voir cette région du monde…

  4. J’aimerais bien t’encourager mais j’ai l’impression que ton billet contient déjà la réponse, navrée. Est-ce qu’il existe des circuits un peu plus courts, genre 3 nuits ? Voire des agences un peu plus « luxe » pour plus de confort ?
    Sinon, ça ne fait pas de toi une « chochotte » et nul doute que l’idée reviendra te titiller quand tu t’en sentiras prête et que tu pourras apprécier !

    (Pour ma part, ce qui me rebuterait, c’est avant tout le fait de devoir PARTAGER ma yourte !! Je veux bien grelotter, me plaindre de l’absence de réseau, faire pipi dans la nature et puer mais seule ^^”)

    1. C’est vrai que mon billet contient déjà plus ou moins la réponse – j’en avais déjà discuté avec des amis avant.
      J’ai pris l’habitude de partager ma chambre mais je dois bien avouer que cela devient plus dur d’année en année, même si je suis souvent bien tombée.

  5. Coucou! Oui tu sembles très réticente mais moi je te dirais… Pourquoi ne pas le tenter malgré tout? Moi je suis une super chochote, quand je choisis un hôtel ou une chambre d’hôtes je veux toujours que ça respecte mille critères de confort mais depuis que je vis au Canada, j’ai appris à aimer les conditions précaires quand elles me permettent de vivre et de voir des choses que je ne pourrais pas voir dans d’autres conditions. Et…Crois le ou non, le simple fait de vivre par exemple en communion avec la nature diminue largement les inconforts du camping. En plus comme je suis une chochote je suis super fière à chaque fois et ça me fait encore plus apprécier mes expériences. C’est sur que ça demande de l’équipement mais tu as peut être des amis qui pourraient t’en prêter. Le voyage commence déjà dans sa préparation. Si tu te décides, vois ça comme une aventure et non comme un voyage classique. 😉

    1. Peut-être que dois venir camper au Canada d’abord alors ! Je n’oublie pas l’idée définitivement, je pense juste la reporter encore un peu, en faisant peut-être un voyage plus intermédiaire avant.

  6. Commence par t’occuper de cette vessie : trop de liquide en soirée, vessie un peu faible (tu pourrais faire de la kiné du périnée/vessie avec kiné spécialisé(e), retonifier profondément, ça marche très bien. Est-ce de la nervosité ? Ou un peu de tout cela ? Je te dirais de te fortifier (ajouter du pilates à ta zumba ?), et de te lancer l’année prochaine, avec un voyage intérmédiare si tu peux te le permettre. Il est bon pour l’humain de réaliser quelques-uns de ses rêves, sinon tu risques de t’enfoncer dans une trop grande zone de confort. Un peu moins de séries, un peu plus bouger intelligemment, c’est ainsi que je vois les choses. Pour les chaussures, va les acheter chez des pros, et mets-les régulièrement avant de partir, pas deux semaines avant, etc.

    1. “Commence par t’occuper de cette vessie” – est-ce vraiment une manière très aimable de commencer un commentaire ? Nous ne nous connaissons pas, je pense, et donc tu ne connais rien de ma vessie. Je trouve que c’est assez déplacé de faire des remarques sur mon anatomie et son fonctionnement.
      Le reste du message n’est d’ailleurs pas très bienveillant non plus: en gros je ne bouge pas assez, je ne sors pas de ma zone de confort… Franchement, je trouve ça assez vexant. Si ma vie te semble trop sédentaire et trop différente de la tienne, rien ne t’oblige à lire mon blog.

  7. Le français n’est pas ma langue maternelle, alors j’admets l’employer parfois de manière un peu abrupte (ou familière, comme les anglophones). Tu demandes des avis, et au fond, dès qu’on te propose quelque chose, tu te braques, je l’ai déjà remarqué. J’ai lu car je voyage et c’est une destination qui me botte aussi. La vessie, j’ai eu moi-même quelques soucis, résolus en m’en occupant oui. A mes yeux il n’y a rien de vexatoire à donner des pistes concrètes et de bon sens. Je travaille dans le milieux médical où un chat est un chat.

    Tu veux qu’on enrobe tout, très bien. Je ne commenterai plus, mais donc, une dernière fois, Oui, je te trouve un peu trop sédentaire pour ton jeune âge, et je trouverais très chouette que tu te boostes un peu plus, c’est un investissement pour le long terme (santé, ostéoporose, poids etc). Rien ne m’oblige à lire ton blog, mais si tu es sur l’espace public, tu dois aussi t’attendre à ce que ne ce soit pas seulement tes amis qui répondent et dans ta zone de confort, dans laquelle je te laisse volontiers. 🙂

    J’allais te suggérer de faire quelques petites expériences de camping un peu “hard” près de chez toi (Europe), pour t’habituer, (Scandinavie ?), etc. mais c’est vrai qu’il y a plein de beaux livres et documentaires sur l’Asie Central.

    Allez, bonne continuation.

  8. Oh, et c’est toi qui parles du fait que tu dois souvent uriner la nuit, puisque c’est un élément contrariant qui compte dans ta décision. 😉

    1. Merci pour ta réponse, je comprends mieux.
      A part ça, quelques éléments de réponse: je n’ai pas de souci de vessie et je ne me réveille pas pour aller aux toilettes toutes les nuits mais je me disais que ça ne devait pas être très agréable dans le froid glacial et dans le noir complet.
      Mon jeune âge, merci pour le compliment, mais je ne me considère plus si jeune. Je suis très sédentaire en effet mais j’en suis consciente et j’essaie de bouger plus car je connais les risques pour la santé.
      Pour le reste, continue à commenter si tu veux, je saurai maintenant que tu dis ouvertement ce que tu penses. C’est ça aussi apprendre à connaître les gens, savoir qu’une personne mettra des gants tandis qu’une autre sera plus abrupte.

  9. Aaaah… J’ignore quoi conseiller. Mais je sais pour y être allée que ce pays est absolument magnifique et fabuleux et offre des paysages à couper le souffle. Y aller est donc une excellente idée. De plus ça ne semble pas surpeuplé, ni en habitants, ni en touristes.
    Bon, la yourte. Pour l’avoir vécu en Mongolie, je dirais qu’en Mongolie c’est 4 étoiles à côté (vrais lits dans la yourte, sanitaires et douches pas loi, comme dans un camping habituel) Alors qu’au Kirghizistan, c’était exactement comme indiqué : yourte chauffée juste avant par un poêle à bois (bois?), toilettes ‘au fond du jardin’ et de quoi se laver les dents et se débarbouiller vite fait. Pour une nuit c’est faisable (entasser ses vêtements sur soi) mais sur 3 ou 4 nuits je ne sais pas, je ne l’ai pas expérimenté…
    En voyage j’emporte des boules quiès pour dormir (on n’entend pas les autres ^_^) et si on doit acheter des trucs qu’on ne portera jamais plus, filer chez Emmaüs ou équivalent pour ses petits prix (j’ai fait ça pour un voyage)
    Penser aussi que les autres voyageurs seront dans la même situation, ça crée des liens et donne des souvenirs sympas en général.
    (hum je me prépare à partir dans u n voyage assez camping et rustique, alors… -mais il y aura de quo i se laver!)

    1. Merci pour ton commentaire. Je pense qu’on est d’accord: pour 2-3 nuits, cela semble possible, mais là ça fait beaucoup. Je n’ai pas encore tout à fait rejeté l’idée parce que le pays me tente vraiment beaucoup mais je pense d’abord chercher quelque chose d’intermédiaire.
      J’ai toujours des boules quiès avec moi (même si lors du dernier voyage, c’est moi qui doit avoir ronflé pour cause de rhume qui ne finissait pas 😉 ). C’est bien pratique pour s’isoler un peu mais j’ai du mal à dormir une nuit entière avec ces machins dans les oreilles.

      Et… bon voyage !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s