Short diary of the week (172)

Lundi: débarquer de l’avion avec du retard, tenter la sieste mais ne pas y arriver, vider la valise, corriger ma voisine qui pensait que j’étais à Koh Lanta et qui ne connait pas le Sri Lanka, m’endormir comme une masse vers 20h

Mardi: suite du rangement, traîner beaucoup, Anthony Bourdain Parts Unknown à Buenos Aires, m’endormir comme une masse vers 21h20

Mercredi: une nuit agitée, retour au boulot, encore un qui n’a rien compris ! (vive le retour au boulot), Masterchef the Profesionals, 21h ce soir

Jeudi: réveillée tôt, tôt au boulot, ça me fait une longue matinée évidemment, juste envie de dormir, ce n’est pas cette semaine que ce que j’écrirai sera très intéressant, Masterchef the Professionals, toujours 21h, ce moment où il n’est tout simplement plus possible de garder les yeux ouverts même si on lutte très fort est extrêmement frustrant

Vendredi: pas mieux, Masterchef the Professionals du jeudi, m’endormir un moment mais tenir jusque 22h ! yeah !

Samedi: un moment de déprime partagé dans un billet, une reprise en main, mon papa qui me propose de repartir en voyage cet hiver – ce que je refuse parce que je ne veux pas accepter qu’il paye tout, mais l’idée me travaille, des courses, de la couture (et des fils partout à cause du tissu qui s’effiloche), de la lecture, Class, Anthony Boudain Parts Unknown à Rome (des souvenirs de ces très bons moments passés là quand j’avais 20 ans) et Ostia (des souvenirs de la plage)

Dimanche: de retour à la zumba après une longue interruption, terminer de coudre une jupe en tissu pour tentures, terminer un livre et continuer un autre, un très bon repas de gibier, The Crown, Class – un épisode qui m’ennuie mais je vais être obligée de continuer: la suite de l’histoire est dans l’épisode suivant

Right now

Je ne peux pas dire que cette semaine ait été des meilleures, sans doute le contraste du retour de vacances. J’ai bataillé avec le décalage horaire, tentant vainement de rester éveillée au-delà de 21 heures. J’ai essayé de travailler mais les tâches les plus urgentes étaient les plus ingrates (ce n’est pas fini) et j’ai beaucoup traîné, ce qui n’a pas amélioré les choses. L’ambiance pré-fêtes me pèse toujours autant que les années précédentes, cette course à la consommation effrénée et surtout le fait que je passerai une fois de plus cette période toute seule. D’un côté, cela m’évite des repas longs et ennuyeux avec des personnes que je n’apprécie pas ou peu mais d’un autre, je suis en manque d’intimité avec des personnes que j’aime. (Je n’ai que peu d’intimité avec mon papa – c’est une longue histoire). Toute la semaine, j’ai aussi ressassé tout ce que je devais faire, une liste de choses que je m’impose à moi-même, sans commencer quoi que ce soit.

Mon récit de voyage et des billets « livres » et « cocktails » sont prévus. Sauf que je sens une pression inutile à ce sujet, j’aimerais pouvoir m’en débarrasser mais mon cerveau n’est pas d’accord. Ce qui me pousse à procrastiner plutôt qu’à attaquer de front. J’ai aussi envie de coudre des vêtements d’hiver et surtout de lire les nombreux livres de ma PAL, de faire quelques sorties resto ou cocktail. Le jardin demande peu d’attention pour le moment mais ce serait bien que je ramasse les feuilles et coupe ce qui est mort ou gelé. En fait, j’aimerais être à nouveau en vacances pour avoir plus de temps pour moi !

Bref, il est temps de prendre les choses en main et d’établir un plan d’action, en commençant par mettre de l’ordre dans la maison. Je pense que c’est ce qui me pèse le plus en fait. J’avais prévu un minimum de rangement et de nettoyage avant mon départ en vacances mais mon gros rhume m’a laissée sans énergie et je suis rentrée dans cette maison bordélique, ce qui ne m’a pas fait du bien. En même temps, je n’ai pas envie de passer tout mon weekend à ça, je vais donc commencer par le plus urgent et continuer les semaines qui suivent. Chaque chose en son temps donc, tout en gardant des moments pour ce qui me plait vraiment.

Et vous ? Comment vivez-vous la fin de l’année ? Est-ce que vous vous imposez trop de choses aussi ? Vous avez des conseils pour que ce mois de décembre se passe bien ?

 

Bilan culturel – novembre 2016

Romans:

  • Rachel Kushner, Telex from Cuba
  • Emily St John Mandel, Station Eleven
  • Eric Faye, Eclipses japonaises

Séries tv:

  • Agent Carter – saison 1 (6/10)
  • Masters of Sex – saison 5 (7,5/10)

Films:

  • Duel in the sun – King Vidor, 1946
  • Mékong stories – Phan Dang Di, 2016
  • The legend of Tarzan – David Yates, 2016
  • The nice guys – Shane Black, 2016

Voyages:

  • Sri Lanka

The last 15 days…

Ces derniers 15 jours…

  • j’ai pris quatre fois l’avion, quatre fois un Boeing 777
  • j’ai vu Dubaï du ciel
  • et j’ai un peu paniqué au retour, pensant rater ma correspondance à cause du brouillard
  • j’ai visité le Sri Lanka, le centre et le sud
  • j’ai eu chaud
  • et froid
  • j’ai dormi avec une bouillotte
  • et sous le drap pour éviter les moustiques
  • j’ai dormi au bord d’une rivière
  • et au bord de la mer
  • j’ai mis les pieds dans l’Océan Indien
  • j’ai usé mes tongs
  • et marché pieds nus dans les temples
  • mais aussi découvert que mes chaussures de marche me donnent des ampoules
  • j’ai fait une longue randonnée dans les plaines herbeuses d’altitude
  • et vu la « fin du monde »
  • j’ai admiré plein d’animaux partout
  • dont trois léopards
  • j’ai vu les plantations de thé
  • et bu du thé exécrable
  • j’ai acheté du thé
  • et des épices
  • et de l’arrack
  • et un livre de cuisine
  • j’ai visité des temples hindous et bouddhistes, et des églises chrétiennes
  • et vu des mosquées
  • j’ai fait du vélo
  • et j’ai mangé beaucoup de « rice and curry »
  • j’ai parlé anglais pendant deux semaines
  • et tenté de comprendre les accents de Londres, Leeds et Dublin
  • j’ai dormi seule la plupart du temps alors que je n’avais pas payé le supplément single
  • tout ça à cause de toute une histoire assez surprenante
  • je me suis demandée tout le voyage ce que voulait dire « stork »
  • et je ne suis toujours pas persuadée qu’on parle de « cigogne » pour ce grand oiseau
  • (et je viens de chercher: il fait partie de la famille des cigognes mais se nomme « tantale » en français)
  • c’était la fin de la mousson
  • et il a plu
  • (d’où l’utilité des tongs pour sauter dans les flaques d’eau)
  • mais ça s’est arrangé et il a fait beau vers la fin
  • j’ai très vite arrêté de boire des gin tonic
  • la quantité de gin étant trop minime
  • et le tonic local pas très bon
  • me tournant vers la bière Lion
  • qui était très chère partout
  • j’ai trouvé les villes très laides
  • sans aucun effort architectural
  • et sans aucun souci d’écologie
  • mais la nature très belle
  • je n’ai jamais réussi à retenir les noms d’une partie de sites visités
  • pour cause de trop de syllabes
  • d’un côté je ne suis pas aussi enthousiaste que pour d’autres voyages
  • je n’ai été que rarement émerveillée
  • je suis en manque de temples et vieilles pierres
  • et le ryhtme des visites était plutôt peu soutenu
  • mais d’un autre côté j’ai vraiment profité du moment présent
  • et admiré ce qui m’entourait
  • (et lu plein de romans au bord de la piscine)
  • ce voyage m’a fait du bien
  • je regrette que les vacances soient finies
  • et je pense déjà à ma destination suivante