Un mot, un lieu

Tout comme Kleo, j’ai raté le concours d’anniversaire du blog d’Elanor, j’étais sur le point de partir en voyage… L’idée était justement d’associer des mots à des lieux et je comme je trouve l’exercice intéressant, voici mes réponses:

Gourmandise: ce cours de cuisine devant un restaurant de Battambang au Cambodge, où j’ai préparé plusieurs plats – délicieux – dans des conditions plus que rustiques, sur le trottoir, après une visite au marché local.

Tristesse: ce moment à Chau Doc dans le delta du Mékong où je voyais passer les bateaux qui allaient vers le Cambodge, où je rêvais de retourner tant ma nostalgie était grande. J’y suis retournée quelques années plus tard.

Réconfort: la bière fraîche après l’effort, où que ce soit, mais pour citer juste un exemple, celle sur le bateau après la visite de Mingun près de Mandalay

Orange: la succession des tori orange du Fushimi Inari près de Kyoto, une des très belles visites de mon voyage

Frisson: monter au sommet d’une des pyramides de Tikal au Guatemala, sur une échelle verticale, quand je n’avais pas encore de vertige

Sorcière: je n’ai pas de souvenirs précis mais je suppose que j’ai vu des sorcières en visitant Disneyland en Californie quand j’avais 18 ans

Famille: les voyages en voiture à trois, notamment celui dans la région de la Ruhr pour visiter tous les musées d’art contemporain et où j’ai fait copilote pour mener mon papa dans le dédale des autoroutes allemandes (je devais avoir 16 ou 17 ans)

Rires: des fous rires interminables lorsque au Sri Lanka nous avons voulu jouer au billard sur une table complètement de travers et que nous avons tenté de la redresser avec des cartons de bières. Puis un match England vs Rest of the world. Les seconds ont gagné !

Aventure: se promener et boire de la vodka frelatée sur une île de la Volga près de Kazan, et tenter d’aménager l’isba qu’avait acheté un ami sur un coup de tête. Cela doit être l’endroit le plus insolite et le moins touristique que j’ai visité.

Advertisements

4 thoughts on “Un mot, un lieu

      1. Aller, je joue le jeux (même si je n’ai pas vraiment beaucoup voyagé en fait).

        – Gourmandise: le poulet au citron (du poulet pané hyper gras recouvert de sauce aigre-douce qui n’a de citron que le nom) du petit snack situé juste en face de ma zone d’expérience en Polynésie. On avait un accord avec le patron, qui acceptait qu’on laisse notre matos dans son jardin. A la tombée de la nuit, on allait installer notre dispositif d’expérience dans le lagon. En allant chercher le matos, je passais devant la cuisine, et j’en profitais pour passer commande: très souvent du poulet au citron avec des frites, parfois une salade de poisson cru, et les jours de fête du steack sauce roquefort! On passait ensuite une bonne partoie de la nuit dans l’eau, à observer le comportement des larves de poisson. Tous les quarts d’heure, on retournait au bord de l’eau pour noter les observations, et on en profitait pour dévorer le poulet que la tenancière nous avait apporté entre-temps.
        C’était clairement de la cra-bouffe, qu’on mangeait bien souvent froide (miam les frites toutes molles), avec les doigts humides d’eau de mer. Mais ça avait le goût des petits bonheurs crapuleux, et ça nous a permis de créer une excellente relation de travail (sérieuse, mais sympathique) avec les étudiants dont j’avais la charge.

        – Tristesse: le moment de lassitude complêtement absurde et excessif que j’ai ressenti dans le petit avion qui m’emmenait de Nouméa à l’île des Pins, en Nouvelle-Calédonie. Complêtement absurde, parce que (presque) tout allait bien dans ma vie, ce n’était pas la fin du séjour, et je savais que les quelques jours à l’île des Pins seraient exceptionnels (ils l’étaient). Malgré tout, j’ai passé l’heure de vol à pleurer silencieusement en regardant la mer turquoise par la fenêtre, sans comprendre ce qui me mettait dans un tel état de tristesse.

        – Réconfort: la street food locale, quelle qu’elle soit! Il n’y a rien de plus réconfortant que de la nourriture chaude, grasse et roborrative… Si en plus c’est cuisiné dans des conditions “cocasses”, par un cuistot local qui a envie de partager son savoir, ça vaut tout les antidépresseurs du monde pour moi! Comme il faut définir un lieux précis, je dirais Nago, sur l’île d’Okinawa, où démoralisée d’être seule, perdue et incapable de communiquer avec les locaux, je me suis arrêter auprès d’une vieille Japonaise qui vendait des brochettes (de poulet? de porc? Je n’ai jamais su!). Par langue des signes improvisés, et avec force sourire et hochement de têtes, j’ai commandé deux brochettes délicieuses, que j’ai mangé en “dialoguant” avec la grand-mère. C’était la seule fois de tout mon séjour que j’ai réussi à établir un contact et un échange avec un habitant local!

        – Orange: alors là, je sèches! Instinctivement, cette couleur me fait penser à mon Érasmus au Danemark, sans que je ne sache pourquoi puisque le drapeau (présent partout) est rouge…

        – Frissons: la vague qui m’a emporté près du récif de corail alors que j’étais en train d’enregistrer les sons du récifs coralien de nuit sans lune, en kayak. Le plus flippant étant d’entendre que le moteur du bateau de sécurité situé à 500m de là refusait de démarer alors que je m’égosillais pour qu’on vienne me chercher, sachant que si une autre vague m’emportait, je risquait d’être broyée sur la barrière de corail (ce jour là, j’ai insulté mon boss qui m’a traité de froussarde… Le lendemain, quand il a pris conscience de ce qui s’était réellement passe, c’est LUI qui est venu me présenter des excuses).

        – Sorcières: Mon Ardenne Belge natale, où la tradition veut qu’à la fin du mois de février, on brûle un immense bucher portant au sommet un manequin représentant la sorcière hiver. Il y a toute une tradition autour, qui commence par une lecture pour les enfants des contes locaux au foyer des jeunes, suivit d’une montées au flambeaux jusqu’au bûcher. Le premier couple marrié dans l’année écoulée alume le flambeau, puis le passe au dernier couple marrié, qui le jette dans le bucher…

        – Famille: les 1000km en voiture effectués à travers la France pour descendre en Provence dans la maison de vacance familial chaque été de mon enfance. Dix heures en huis-clos avec mes parents et mon frêre, rythmé par les pauses pipi, les disputes, les sandwichs avalés pour occuper le temps (“les enfants, faites attention à ne pas mettre de miettes partout hein!”), et l’unique K7 audio qui tourne en boucle!

        – Rire: les nombreux fou-rires incontrolables lors des batailles de bernard l’hermitte qu’on organisait entre nous avec mon ex-compagnon, sur l’île de Maupiti en Polynésie.

        – Aventure: mon dernier retour en Belgique, qui n’a été qu’on succession de problèmes, de couacs et autres mauvaises surprise, à commencé par un réveil en sursaut stressant (quelqu’un s’est effondré juste à côté de mon siège, en plein arrêt cardiaque), suivit d’une course contre la montre pour attraper ma correspondance, suivit de 8h passés avec un horrible chien-chien à sa mémère à côté de moi qui a vomit partout pendant le vol, suivit d’un avion raté sans raison qui a engendré une crise de larme en plein aéroport parce que je n’arrivais pas à atteindre mes parents, suivit d’un retard sur le vol suivant du à une panne, suivit d’embouteillages monstres en quittant Zaventem… Ce voyage NZ-BE à été le plus éprouvant de tout mes voyages!

        Voilà, je me rends compte que même si je n’y ai pas séjourné si longtemps, c’est la Polynésie qui marque le plsu mes souvenirs, tandis que d’autres pays visités (l’Égypte, la Tunisie, la Norvège, la Crête) sont complêtement absents.

  1. “Tes “instants vécus” me laissent réveuse et envieuse…”
    pas mieux ! les tiens sont très exotiques et en même temps très personnels !

    (je pense que si on me mettait à côté d’un chien, je prétexterais une allergie. Je ne le supporterais pas.)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s