California girls

Simon Liberati, California girls: parfois on commence un livre sur un malentendu: je pensais que l’auteur était américain et j’ai trouvé le début du roman mal traduit…. Grossière erreur: Simon Liberati est Français ! Ce qui ne m’empêche pas de penser que la langue française ne se prête pas tout à fait à ce roman qui se passe à Los Angeles, racontant trois jours de la “famille Manson”, autour des meurtres de Sharon Tate. J’ai failli arrêter après 50 pages et puis, je me suis prise au jeu, peut-être par fascination pour la description si précise des événements de l’époque, des meurtres en question mais aussi des personnes qui les ont perpétrés. Charles Manson est un personnage peu abordé dans le roman, ce sont plutôt les filles, Sadie, Linda et les autres qui sont décrites. On sent que Simon Liberati s’est bien informé et a lu les extraits du procès. A partir de cela, il a écrit une histoire qui se laisse lire mais il ne recherche aucune motivation ni explication, ce qui transforme le roman au final en une longue description. Malgré cela, et même si je n’ai pas aimé le début, j’ai finalement apprécié ce roman.

L’avis d’Ingannmic qui l’a lu à peu près en même temps que moi. Du coup, nous nous sommes donné rendez-vous en janvier pour lire The girls d’Emma Cline sur le même sujet.

Book_RATING-35

2 thoughts on “California girls

    1. De rien !
      Je n’ai découvert mon erreur qu’en discutant avec des collègues qui connaissaient l’auteur. Le moment de honte😉 Encore une preuve que je ne connais pas bien le monde français.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s