Short diary of the week (164)

Lundi: puis-je dire que ce mail est une insulte à mon intelligence ? – ou comment bien commencer la semaine, discutons rhums pour oublier ça, des maux de ventre suite à la prise du magnésium, toujours ces longues après-midi, chercher des idées de nouvelle série à regarder, écouter les propositions du Golb qui me propose Longmire et puis finalement regarder Agent Carter pour les jolis vêtements, The Americans

Mardi: congé un mardi – c’est bizarre, il fait sérieusement froid ce matin, un chat noir m’observe depuis la table de jardin, quel est-ce bruit strident ?, oh l’alarme fait des siennes, récupérer mon nouveau passeport, quelques fournitures de couture, un rendez-vous vite réglé, terminer mon roman au jardin, l’alarme est réparée, couture, même pour un pantalon je ne sais pas me tenir à un patron, un essai de plat mais trop de cumin, Masters of Sex, Anthony Bourdain Parts Unknown à Hanoi – l’épisode où il mange avec Obama, commencer un nouveau roman

Mercredi: aucune énergie, un gros doute sur ce roman mais continuons encore un peu, traîner au bureau plutôt que de traîner en ville, retrouver des amis bloggueurs culinaires au Yi Chan, parler parler boire manger parler, nous sommes tous atteints de collectionite aigüe – de choses différentes, dégustation improvisée d’excellents whiskys japonais, me sentir mal à l’aise dans le métro à cause d’un homme hyper-excité et au regard hagard qui s’installe à côté de moi, fatiguée mais pas envie de dormir

Jeudi: bon et bien c’est voiture, me retrouvée coincée dans les embouteillages et puis plus du tout, fatiguée – donc peu de concentration, une réunion, les restes d’hier – enfin un restaurant qui propose spontanément de tout emballer, Halt and Catch Fire, The Americans

Vendredi: de l’excitation dès le matin, les tâches à terminer, et on est partis !, les jolis paysages vallonnés de l’est de la Belgique, plein de rhums à goûter, quelques achats évidemment, rentrer en grignotant des chips et en parlant de plein de choses plus ou moins personnelles

Samedi: réveillée trop tôt, de la couture, une visite chez mon papa, des courses, de la couture, de la lecture mais la concentration n’y est pas – c’était mieux dans le jardin !, un plat végétarien à moitié improvisé que je préparerai à nouveau, Longmire – ça me plaît déjà, The Americans

Dimanche: me réveiller tôt mais me rendormir, pluie, couture: mais pourquoi le haut ne correspond pas au bas ?, passer à un autre vêtement – ou une première tentative de pantalon – ça a l’air bien parti, lecture, un plat d’hiver, Canyon Passage (Jacques Tourneur, 1946) – des très belles images et une approche visuelle intéressante

Bellwether

220px-conniewillis_bellwether_zpskpu82wpzConnie Willis, Bellwether: j’ai commencé ce livre sur un malentendu, ou plutôt à cause d’une très grande distraction de ma part. Un ami m’a récemment conseillé la lecture de Passage et au moment de commencer, mon cerveau a déraillé et j’ai ouvert Bellwether. Ce n’est qu’à la moitié du roman que je me suis demandée quand se passerait tel événement que m’avait raconté mon ami et que je me suis rendue compte de ma confusion. Bellwether n’est pas passionnant mais n’est pas très long non plus, je l’ai donc lu jusqu’à la fin. L’héroïne, Sandra, étudie les modes pour une grosse compagnie, Hi-Tek. Elle cherche notamment ce qui a causé les coiffures courtes, en carré, pendant les années 20. Chaque chapitre commence d’ailleurs par expliquer une de ces modes, du hulahoop au Dr. Spock. L’intrigue commence quand elle reçoit un paquet qui ne lui est pas destiné (l’assistante Flip est juste un catastrophe ambulante) et qu’elle rencontre Bennett, un collègue qui travaille sur le comportement des singes. Les événements s’enchaînent, provoquant un chaos de plus en plus indescriptible, jusqu’à l’acquisition d’un troupeau de moutons. Le récit décrit en quelque sorte la théorie du chaos et le cheminement vers les découvertes scientifiques. C’est drôle mais je me suis demandée pendant l’essentiel du récit où l’auteur voulait en venir.

Book_RATING-25

Bilan culturel – septembre 2016

Livres:

  • Joyce Carol Oates, Night-side
  • Eléonore Fernaye, Aventureuse Constance
  • Jean-Pierre Bours, Indulgences

Livres documentaires:

  • David Cordingly, Under the black flag

Séries tv:

  • UnReal – saison 2 (6,5/10)
  • Mr. Robot – saison 2 (6,5/10)

Documentaires:

  • Anthony Bourdain Parts Unknown – saison 7

Films:

  • The Desperadoes – Charles Vidor (1943)
  • They died with their boots on – Raoul Walsh (1941)
  • On Western Union – Fritz Lang (1941)
  • The Outlaw – Howard Hugues (1943)
  • The Ox-Bow incident – William A. Wellman (1943)

(je me refais un cycle « western » – je pense que c’est assez clair !)

Musique:

  • Nick Cave & The Bas Seeds, Skeleton Tree

(je n’ai pas noté plus, même s’il y a bien eu un ou deux autres cd intéressants)

Concerts, spectacles:

  • Beyond Bollywood (Cirque Royal)
  • Giannis Sarris, bouzouki et rebetiko (PointCulture)

Restos, bars:

  • Essence of Thailand à Stockel
  • et trois repas chez Yi Chan, ainsi qu’un cocktail chez LIB, déjà cités au mois d’août