Bellwether

220px-conniewillis_bellwether_zpskpu82wpzConnie Willis, Bellwether: j’ai commencé ce livre sur un malentendu, ou plutôt à cause d’une très grande distraction de ma part. Un ami m’a récemment conseillé la lecture de Passage et au moment de commencer, mon cerveau a déraillé et j’ai ouvert Bellwether. Ce n’est qu’à la moitié du roman que je me suis demandée quand se passerait tel événement que m’avait raconté mon ami et que je me suis rendue compte de ma confusion. Bellwether n’est pas passionnant mais n’est pas très long non plus, je l’ai donc lu jusqu’à la fin. L’héroïne, Sandra, étudie les modes pour une grosse compagnie, Hi-Tek. Elle cherche notamment ce qui a causé les coiffures courtes, en carré, pendant les années 20. Chaque chapitre commence d’ailleurs par expliquer une de ces modes, du hulahoop au Dr. Spock. L’intrigue commence quand elle reçoit un paquet qui ne lui est pas destiné (l’assistante Flip est juste un catastrophe ambulante) et qu’elle rencontre Bennett, un collègue qui travaille sur le comportement des singes. Les événements s’enchaînent, provoquant un chaos de plus en plus indescriptible, jusqu’à l’acquisition d’un troupeau de moutons. Le récit décrit en quelque sorte la théorie du chaos et le cheminement vers les découvertes scientifiques. C’est drôle mais je me suis demandée pendant l’essentiel du récit où l’auteur voulait en venir.

Book_RATING-25