7 days in Budapest (IV)

Il a plu toute la nuit et il pleut toujours… La météo annonce une accalmie à partir de midi et donc je traîne un peu. Au petit déjeuner, je suis dans l’autre salle, beaucoup plus calme et je regarde les gouttes tomber. Rien ne m’oblige à aller affronter la pluie et donc je prends mon temps pour finalement partir vers 11h. Trois métros différents me mènent au grand parc de l’autre côté de la ville. La ligne 1 est assez insolite: c’est une antiquité au charme désuet, trois petits wagons roulent juste en dessous de la grande avenue Andrássy, s’arrêtant régulièrement dans des stations aux boiseries et au carrelages anciens. Pour changer de direction, il faut sortir en plein air et traverser la rue.

Je vois le bâtiment imposant du Musée des Beaux-Arts que je comptais visiter… sauf qu’il est fermé pour rénovations jusqu’en 2018. Et voilà pour mes plans de la matinée à l’abri de la pluie ! Elle n’est plus si forte mais le parapluie est encore nécessaire. Je traverse le parc et me dirige vers les bains de Széchenyi. Je n’ai pas prévu de m’y baigner mais j’admire le bâtiment imposant et jette un coup d’oeil dans l’entrée. A sa sortie, je revois la dame canadienne assisse à côté de moi hier chez Gerbeaud, et un autre couple de touristes propose de prendre une photo de moi.

Je m’enfonce dans le parc et arrive au château de Vajdahunyad, construit en 1896 sur le modèle d’une forteresse de Transylvanie, en style gothique, romanesque et baroque selon les ailes. Le temps gris accentue l’impression imposante et quelque peu angoissante. Je continue ma ballade dans le parc, ne m’imaginant pas qu’il est si grand et surtout si peu fréquenté. Je me sens un peu mal à l’aise et ne continue finalement pas vers le quartier où se trouvent d’après le guide quelques belles maisons art nouveau. En fait, je veux juste retourner au métro et je râle un peu sur moi. N’empêche, les arbres ont pris leurs couleurs d’automne et c’est très joli.

Je retrouve enfin l’avenue Andrássy et m’y ballade, admirant les superbes demeures. Sur ma route se trouve le musée Ferenc Hopp des Arts d’Asie de l’Est. Il présente une exposition sur Ervin Baktay, spécialiste de l’Inde hongrois. C’est un personnage aux facettes multiples: il a été artiste, astrologue, acteur dans un show à la Wild Bill (les autres Indiens donc) et traducteur de plusieurs textes classiques indiens (d’Inde).

Je reprends le métro pour descendre à Opera et me promène dans le quartier, passant notamment devant la Basilique. Je me dirige finalement vers Kiraly Utca et vais manger chez Frappans, suivant les conseils d’Armalite. Je traverse ensuite à nouveau tout le quartier hébergeant de nombreux “ruin bars” et me retrouve sur une grande avenue fort triste et avec beaucoup de circulation, à la recherche d’un magasin d’alcool que j’avais noté. Comme il ne m’inspire pas, je retourne finalement à l’hôtel, et c’est à ce moment-là que réapparaît le soleil.

Je suis un peu indécise sur les activités suivantes: Spritz ?, bains ? C’est la première option qui l’emporte après un peu de repos. Je descends donc à la brasserie et en profite pour y manger un plat qui est bon mais bien trop gras pour ma digestion délicate: de la poitrine de porc pané sur un lit de purée de haricots.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s