Short diary of the week (116)

Lundi: de belles courbatures à l’arrière des jambes, ce nouveau tissu est magnifique et la doublure juste ce que je cherchais sans en trouver en magasin, le nez qui chatouille – mauvais signe ?, Masters of Sex, Downton Abbey, une soirée bizarre qui se termine en crise d’angoisse sans vraie raison à part un sentiment de frustration à cause du manque de temps libre

Mardi: me forcer à terminer au plus vite, une averse au moment de partir, trop manger et pourtant la portion n’était pas si grande, Hannibal qui a repris son lent rythme de croisière, The Good Wife, terminer un livre

Mercredi: équinoxe, pluie, un chat roux, un ballon coincé dans l’arbre, ça fait toujours plaisir de manger avec cet ami à midi !, une après-midi un peu intense (je préfère le mot « hectic » qui possède d’autres nuances), apprendre un programme de sous-titrages en 20 minutes, courir pour le tram, prendre 10 minutes pour me poser, prendre la voiture pour mon rendez-vous chez Coyote – comme toujours très instructif, même pas faim en rentrant, trop vidée pour des séries difficiles – The Good Wife est devenu ma série « doudou »

Jeudi: tenter de réfléchir à mon émotion du matin – non être encore à moitié endormie n’en est pas une, une nouvelle app de cocktails, tenter de moins manger, quelques exercices pour le haut du corps, Hannibal, The Good Wife

Vendredi: une longue listes de tâches à accomplir, à la recherche d’une tablette pour mon voyage professionnel, yesss ! j’ai terminé la première phase du grand projet, Mr Robot – deux épisodes, The Good Wife

Samedi: autant au printemps j’ai ce besoin pressant de sortir et travailler dans le jardin autant en automne je dois me forcer, n’empêche il fallait bien tondre la pelouse et déjà couper quelques plantes mortes, ça me fera mon activité physique du jour !, terminer le second livre sur les jardins japonais, Mr Robot, Dr Who, The Good Wife

Dimanche: du mal à me réveiller ce matin, est-ce que j’arriverai à faire tout ce que j’ai envie de faire ? zumba, le ring de Bruxelles, des bulbes mais aussi quelques plantes automnales (chrysanthèmes, cyclamen, viburnum), terminer la robe mais coincer sur le jupon: ce tissu de doublure est tout simplement refusé par ma machine à coudre – peut-être que l’aiguille à jersey sera plus efficace ? mais ce sera pour une autre fois, tentons Scream Queens – complètement over the top, The Good Wife

Four faces of truth

810iqjt4wul-_sl1500_Harriette C. Rinaldi, Four faces of truth: Harriette C. Rinaldi a travaillé pendant 27 ans pour la CIA, notamment dans la collecte d’informations venant des pays étrangers. Ces connaissances lui ont inspiré l’écriture de ce roman basé sur l’histoire récente du Cambodge. Au travers de quatre personnages, elle raconte la montée de Khmers Rouges et le génocide, avec quatre points de vue différents: Hem Narong est un conseiller du Général Lon Nol, Thoun Sophana était proche du mouvement communiste khmer mais regrette bientôt cet intérêt, Eng Maly connaît très bien la médecine chinoise et soigne la femme de Pol Pot et enfin Marcel Blanchette est un archéologue travaillant à Angkor. Rinaldi raconte leurs histoires mais aussi celles d’un pays, ses paysages, la musique, les rituels, la vie sauvage de la forêt. Un très beau roman si proche de la réalité qu’il en est très triste aussi.

Book_RATING-40

Short diary of the week (115)

Lundi: juste pas envie, soleil-pluie-soleil-pluie…, j’ai l’impression que tout mon corps est fatigué, Hannibal, Masters of Sex

Mardi: maison, Stockel, Montgomery, Pétillon, Auderghem, ULB, Louise, métro, tram, Berchem-Sainte-Agathe, la Brasserie de la Gare – un très bon resto de cuisine belgo-française, un quartier où je n’ai jamais mis les pieds, une agréable soirée, Gare de l’Ouest, retraverser tout Bruxelles, Stockel, maison

Mercredi: comment passer du prog rock de Magma aux habitudes masculines dans les toilettes, Samoa, Australie – le bout du monde en fait, taximen contre policiers à la place Schumann, un délicieux restaurant japonais – le Nihon Shoku à Etterbeek – autant dans les plats de poisson cru que les plats chauds – et un assortiment d’entrées fantastique, pleins de conseils sur le Japon, juste un quart d’heure pour renter – ça change d’hier

Jeudi: il fallait s’y attendre – aujourd’hui je suis fatiguée, et en plus je dois régler les problèmes des autres, percer l’abcès suite à un gros malaise dont je ne suis pas responsable mais qui est retombé sur moi, trop d’émotions, courbatures et maux de tête, un Martinez pour oublier tout ça, Hannibal, la fin très comique de la saison 3 de The Good Wife

Vendredi: me réveiller en milieu de nuit avec des maux de tête, me réveiller le matin et constater qu’ils ne se sont pas entièrement envolés, au moins l’ambiance est plus sereine et les choses peuvent avancer, enfin le w-e !, la fin de la saison 2 d’Hannibal et un suspense intenable qui me fait commencer la 3 – sauf que le premier épisode n’aura pas suffi

Samedi: à la recherche d’un imperméable – sans résultat – mais tentée par un beau manteau noir à pois bleus, tous ces gens sur la route !, couture et lecture – le duo gagnant du w-e, steak frites pour ce soir – enfin non juste steak salade ce sera mieux – envie de frites quand même !, Hannibal, Dr Who – la nouvelle saison en live sur la BBC, trop tard pour commencer Mr Robot – ce sera donc The Good Wife – début de la quatrième saison

Dimanche: une séance de fitness qui me laisse avec des jambes en coton, ce moment délicat où il faut coudre les manches – et où le fil de la canette est vide à mi-chemin, des maux de tête un dimanche après-midi ? je ne comprends pas trop, premier livre sur les jardins japonais terminé – entamons le second, Mr Robot – deux épisodes et déjà amoureuse de la série et de la manière de filmer New York

Japon, peuple et civilisation + Histoire du Japon

9782707144331Mon intérêt pour le Japon n’est pas nouveau, il s’était juste quelque peu éteint ces dernières années. En fouillant dans ma bibliothèque, j’ai retrouvé des livres à lire avant de partir. Je me suis dit que le mieux serait de commencer par Histoire du Japon des origines à Meiji par Michel Vié dans la collection Que sais-je? ou 120 pages pour avoir un bon résumé sur le sujet. Mal m’en a pris, ce livre est assez incompréhensible si on n’y connait rien. Au lieu de détailler les événements de manière chronologique, l’auteur fait des synthèses par périodes et rend tout cela très compliqué (la quatrième de couverture parle entre autres de « totalité synchronique » – j’aurais dû me douter que cette lecture ne serait pas facile).

J’ai ensuite ressorti Japon, peuple et civilisation, sous la direction de Jean-François Sabouret qui ne se limite pas à l’histoire du pays. Sauf que la partie historique est bien plus compréhensible et claire que l’autre livre. Ce livre est une introduction instructive sur le Japon, parlant de sa géographie, de son histoire et de sa culture (littérature, cinéma, religion…). En un peu plus de 200 pages, j’ai appris beaucoup de choses utiles, de base et je conseille donc ce livre s’il est toujours édité.

Short diary of the week (114)

Lundi: de mauvaise humeur parce que c’est lundi et que les tâches qui m’attendent ne m’enchantent pas (en grande partie: corriger les bourdes des autres), mais pourquoi suis-je aussi perfectionniste dans un monde où tout le monde s’en fout ?, penser à coudre cette robe un peu plus large au niveau des côtes la prochaine fois: debout ça va – assis ça serre un peu, un curry thaï, Hannibal, Masters of Sex

Mardi: où j’apprends que mon assistant a pris congé jusqu’à la fin du mois sans me prévenir, et où je suis donc dans la m***, et où j’aurai donc un surcroît de travail, Japan Rail Pass: check !, Hannibal, The Good Wife

Mercredi: ces indélicatesses et ces impolitesses se répètent et se ressemblent, bus, tram, un long apéro au Belga avec du Lillet tonic, des gyozas et un donburi délicieux mais trop copieux pour moi au Takumi entre amies, projets du futurs voyages, tram, métro

Jeudi: un sommeil très agité, un début de mal de tête, finalement la journée se passe mieux que prévu, contente quand même de rentrer, attacher les tomates, en goûter quelques-unes, Hannibal, The Good Wife

Vendredi: tous ces petits machins à faire, partir plus tôt pour tondre enfin la pelouse, décrotter la tondeuse qui en a bien besoin, Hannibal, The Good Wife – deux épisodes

Samedi: me réveiller fatiguée, faire les courses, hésiter à mettre des bas, traverser tout Bruxelles, des ampoules aux talons, une chouette après-midi, plein de nouveaux tissus, retraverser tout Bruxelles, picon vin blanc par paresse et par souvenir, Hannibal, The Good Wife – deux épisodes

Dimanche: pas moyen de mettre des chaussures pour la zumba à cause de mes pieds écorchés – hop – en chaussettes ! sauf que ça a bien plus fatigué mes jambes, jupe terminée – next !, envie de jouer mais pc récalcitrant, lecture donc mais avec un léger sentiment de frustration, un Pegu Club à base de rhum ce n’est pas aussi réussi, Hannibal – oh so boring – j’aimerais bien terminer cette deuxième saison mais après un épisode je m’endors quasiment, The Good Wife – deux épisodes (la fin de la troisième saison est en vue !)

The poisoned kiss

poisoned2Joyce Carol Oates, The poisoned kiss and other stories from the Portuguese: ce recueil de nouvelles est un peu spécial: JCO explique que ces histoires lui ont été inspirées par un auteur portugais, Fernandes de Briao, un auteur qui n’a jamais existé mais sans lequel elle n’aurait pas eu accès à ce Portugal « mystique » des récits. Toutes les nouvelles se passent dans ce pays alors que Oates n’y a jamais mis les pieds en ce début des années 70. Elles possèdent les caractéristiques d’écriture habituelles de l’auteur et des thèmes proches mais il y a des éléments en plus, comme la religion catholique qui joue un rôle important, avec un certain mysticisme. Comme toujours, certaines nouvelles m’ont laissée marbre tandis que d’autres ont pu me séduire par leur côté presque gothique.

Book_RATING-35

The hummingbirds dress

Cette robe est finie depuis quelques semaines déjà, et même les photos datent d’un jour où les températures étaient plutôt élevées… La canicule du début de l’été m’a donné envie de coudre rapidement des robes très estivales, sans trop me casser la tête à tester de nouveaux patrons. Le coupon de tissu était fort petit, 1m40 tout au plus mais sur une largeur d’1m50. C’est du coton relativement rigide et un peu extensible que j’ai acheté un jour d’été il y a deux ans à Louvain, dans un magasin aujourd’hui disparu, et qui n’indique aucune mention de marque ou de nom sur le lisière. Mais je vous le garantis: il y a des colibris entre les fleurs.

Vu le métrage très réduit, seule une robe d’été sans manches était envisageable. J’ai sélectionné la robe du livre de Gretchen Hirsch, Gertie’s new book for better sewing que j’avais déjà cousue pendant mon cours de couture. Elle n’a jamais été prise en photo et je ne l’ai plus entre temps. Je pensais que les ajustements au patron faits à l’époque par la prof étaient parfaitement adaptés à ma taille. Le résultat ne me plait pas tout à fait: la taille tombe un peu trop bas à mon goût et le corsage n’est pas assez moulant, surtout qu’avec mon tissu un peu extensible, cela aurait été très confortable. Le fait qu’elle ne soit pas ajustée la rend évidemment très confortable en cas de grande chaleur, ce qui est évidemment un point positif. Une légère déception donc, mais je sais que je pourrai corriger tout cela à mon prochain essai.

La couture de ce modèle est très facile, avec une parementure qui englobe col et manches et qui ne demande aucune couture à la main. La jupe est un simple rectangle froncé. J’ai eu une légère frayeur cependant quand ma surjeteuse a coupé un bout de tissu là où il ne fallait pas. Heureusement pour moi, c’était à l’épaule, dans la valeur couture. J’ai donc recousu la coupure et elle est bien cachée à l’intérieur.

Merci à David qui a pris les photos à mon travail !

Short diary of the week (113)

Lundi: le sol est bleu maintenant, mais qu’on me réponde que ce n’est pas possible plutôt que de dire des conneries, l’attente de la pluie, un nouveau projet ?, Masters of Sex, The Good Wife

Mardi: piquée cette nuit, ressortir une tenue de mi-saison qui est oh so boring…, le mardi est le jour des contrariétés, le censé créatif n’a pas d’idées, une très grosse caisse et quelques nouveaux alcools, Vikings – deux épisodes

Mercredi: tout ce monde dans les transports en commun, un femme qui étale une fausse confiance en soi (position nonchalante, sac sur le siège à côté…) – elle est énervante, la mode des années 80: la coupe mémé et la robe cache-poussière à fleurs, aller à la chasse aux tissus à la Chasse, pas grand chose ne m’inspire à part ce tissu de lainage rouille acheté par la cliente avant moi, Vikings – deux épisodes – et où la réalité historique est très loin (ce qui ne m’avait jamais dérangé avant en fait)

Jeudi: un rêve très triste qui marque quelque peu mon humeur pour le reste de la journée, journée de réunion sauf pour moi, rendez-vous pris pour le Japan Rail Pass (tout ça parce que je ne veux pas commander en ligne et que c’est à 10 minutes à pied du bureau), peu d’entrain l’après-midi, une excursion en ville, j’ai acheté des ballerines ! (dans le genre confortable, Gabor, enlevables facilement pour visiter les temples japonais), j’ai acheté une valise ! (rouge, parce qu’on a besoin de couleur dans la vie – et je recommande le magasin au début de la rue Neuve pour l’excellent service), j’ai acheté des brols pour mes cocktails chez Maisons du Monde ! (ce magasin est une ruine), foule sur le quai du métro, une heure pour rentrer, la fin de Vikings – un peu moins bien que la deuxième saison mais bien quand même

Vendredi: une journée normale avec le boulot qui suit son cours à un rythme normal, un Ephemeral meilleur que ma première tentative, Hannibal – début de la saison 2, The Good Wife – deux épisodes

Samedi: allumer le chauffage ?, heureusement mon ordinateur me réchauffe les mains et les jambes, courses, couture, lecture – un samedi normal !, Hannibal, The Good Wife, Anthony Bourdain Parts Unknown: Las Vegas

Dimanche: allumer le chauffage ! (juste une demi-heure), le retour de la zumba, couture – une jupe avec doublure ça prend le double du temps – elle ne sera pas terminée ce w-e, Essence of Thailand: plein de petits plats pour aujourd’hui et demain, rencontre de la demoiselle de Tour Gastronomique, un Jardin de Mémé (mais sans absinthe ce n’est pas la même chose), le plat qui était censé être très très piquant est à peine épicé…, les beignets de crevette sont par contre délicieux, Hannibal (oh so boring), The Good Wife (a little bit boring too) – ou les milieux de saisons…

Le fils

9782226259769gPhilipp Meyer, Le fils: la rentrée littéraire 2015 s’annonce et j’en suis encore à lire des romans de celle de 2014 ! Le fils est la chronique de la famille McCullough se déroulant sur un siècle et demi au Texas. Le roman suit Eli – le Colonel – qui, adolescent, a été enlevé par les Comanches dans un Texas pas encore pacifié vers 1850. Il suit également Peter, son fils, dans les années 1915, qui écrit son journal intime et enfin Jeanne-Anne, qui se souvent de sa vie peu de temps avant de mourir. Le livre passe d’un personnage à l’autre et raconte la naissance d’un empire ainsi que son déclin dans un état qui au 19e siècle était encore à la frontière du monde civilisé. Conquêtes, trahisons et le poids du passé, le poids des actions commises par les ancêtres, tout cela sont les thèmes principaux. Roman passionnant, très bien construit, il donne aussi une place particulière aux descriptions de la nature et du paysage sans que cela n’alourdisse le texte. J’ai adoré !Book_RATING-40

Japanese ideas

J’ai beaucoup lu ces dernières semaines sur le Japon pour tenter de constituer un programme intéressant pour mon séjour. Une première constatation: il y a trop à voir et mon temps sur place est trop court ! Cela ne m’inquiète guère: si j’aime le pays, j’y retournerai et ce n’est pas grave si je ne vois pas tout, y compris des sites mis en avant comme essentiels. Je n’ai pas vraiment intégré de moments de repos mais je suis sûre que j’en aurai besoin par moments et la météo me jouera peut-être des tours, mon programme est donc susceptible de changer. Voici mes notes dans leur état actuel. Si cela semble impossible ou illogique, n’hésitez pas à faire des remarques. Idem s’il faut remplacer des visites par d’autres qui me conviendraient mieux. A priori, j’ai misé sur les jardins, temples et musées d’art contemporain, avec un peu de shopping (des tissus et des peluches Ghibli notamment) et rien en rapport avec les mangas qui ne m’ont jamais beaucoup passionnée.

Tokyo (les jours sont interchangeables):

  • jour 1: Tsukiji: le marché et le jardin Hama-Rikyu à côté, Ginza, quartier autour de la gare de Tokyo (selon mes envies: le Palais Impérial, l’Intermédiathèque – un tout nouveau musée « top pick » du Lonely Planet) ou même une croisière dans Tokyo Bay avec départ à Nihombashi Nihonbashi)
  • jour 2: jardins et temples du côté de Korakuen, Kagurazaka (ancien quartier de geishas avec walking tour du LP), Roppongi (musées et galeries)
  • jour 3: Harajuku (avec le Kiddyland !, temple de Meiji-jingu, parc Yoyogi), Omotesando, Shibuya (crossing), Shinjuku (il y a un walking tour dans le LP)
  • jour 4 (une demi-journée en fin de séjour): Akibahara, Asakusa (temple de Senjô-ji Sensô-ji et promenade dans le quartier)
  • jour 5 (en fin de séjour): Ueno (Tokyo National Museum ?, parc d’Ueno, Ameya Yokocho market) et Yanaka (avec Nippori Fabrictown)

Excursions à Nikko et Kamakura. Pour une troisième, j’hésite entre le circuit touristique bien kitsch à Hakone (mais j’ai peur que ce soit la course en un jour) et Kawaguchi au bord d’un des cinq lacs autour du Mont Fuji (et y faire du vélo par ex.)

Kyoto:

  • jour 1 (une demi-journée): le centre, la palais impérial
  • jour 2: Higashimaya et le Chemin de la Philosophie, en gros, l’est de Kyoto
  • jour 3: la forêt de bambous à Arashiyama, avec peut-être la possibilité de précéder cette visite par celle du Pavillon d’Or, Gion le soir (ou un autre soir, selon la fatigue)
  • jour 4: Fushimi Inari au sud + ce qui n’aurait pas été possible de voir avant

Hiroshima:

  • jour 1 (demi-journée): temple à Mitaka (peu connu mais trouvé sur un blog)
  • jour 2: Miyajima
  • jour 3: (matin avant de repartir vers Osaka): musée d’art contemporain. Mon hôtel étant tout près du Dôme de la bombe, cette visite se fera selon mes disponibilités

Osaka:

  • jour 1 (fin d’après-midi et soirée): quartier de Dôtonburi Dôtonbori
  • jour 2: Nara
  • jour 3: quartier du château le matin et parc de l’expo universelle l’après-midi (très animé le samedi apparemment)

Kanazawa:

  • jour 1 (l’après-midi): musée d’art contemporain
  • jour 2: jardin Kenrokuen et ballade en ville

Je m’excuse d’avance si j’ai fait des fautes dans les noms, je souffre d’une dyslexie liée aux noms japonais.