Le goût de la mère

Edward St Aubyn, Le goût de la mère: quatre étés consécutifs, quatre périodes racontant l’histoire de Patrick Melrose, sa femme et leurs deux enfants. Des voix différentes, celles de Robert, l’aîné des enfants, encore petit mais qui parle comme un adulte, celle de Patrick, celle de sa femme, Mary. Ils passent leurs vacances à Saint Nazaire (en Provence) dans la maison de la mère de Patrick, maison qu’elle a offert à un gourou, déshéritant son fils par la même occasion. La quatrième année se passe aux Etats-Unis. Patrick est à la dérive, il boit pour occuper le temps; il trompe sa femme trop occupée par l’éducation des enfants. Et se raconte dans le roman. C’est froid, sec, cynique, un style auquel je n’accroche pas vraiment. C’est un moment de vie qui ne donne pas envie. Et sérieusement ? Un enfant qui parle comme un adulte et qui a son mot à dire sur le conflit israélo-palestinien ? Très mitigée par ce roman, je tenterai cependant sa suite qu’un ami m’a offert en même temps. Peut-être que mon avis sera plus positif ?

Book_RATING-30

2 thoughts on “Le goût de la mère

  1. Coucou,

    Je me permets de te laisser ici un commentaire qui n’a rien à voir avec ton billet, à propos de l’activité Re-lire Mauriac, organisée en collaboration avec Athalie.

    Tu nous a indiqué avoir dans ta bibliothèque Thérèse Desqueyroux.

    Or, il s’agit du titre que nous avons choisi pour le 31/08.

    C’est peut-être un peu juste au niveau du délai, mais les congés étant passé par là, nous n’avons pu, avec Athalie, nous accorder plus tôt. Si malgré tout, le cœur t’en dit..

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s