Short diary of the week (90)

Lundi: j’étais vraiment loin quand le réveil a sonné, pas moyen de voir le titre du livre de mon voisin (habituel) dans le métro – serait-ce une romance ? (couverture avec beaucoup de rouge, éditions J’ai Lu), un lundi comme d’autres lundi, Indian Summers

Mardi: le graphisme du futur projet au boulot est terminé !, est-ce que ce mail va aussi rester sans réponse ?, en fait c’est depuis toujours que j’ai une grosse baisse d’énergie l’après-midi – en tous cas quand je suis coincée à un bureau pour étudier ou travailler, une visite en ville pour dépenser mes sous et un résultat non attendu: je pensais devoir attendre pour la livraison mais non !, une belle boîte avec une nouvelle machine à coudre, Better Call Saul, comment mangeait-on dans les années 60 ou une émission de la BBC passionnante

Mercredi: se réveiller trop tôt et puis se rendormir mais pas assez, pas géniale l’odeur de ce shampoing, du rock chinois, une reprise de Michael Jackson, ce projet tant attendu prend enfin forme, jouer avec une carte du monde, déballer la nouvelle machine, peut-être qu’un cocktail me donnera envie de cuisiner ?, pas réussi à me décider pour un cocktail – va pour un Lillet nature, Masterchef

Jeudi: des hésitations de gilets, la fin de la Chine approche (en tous cas dans le cadre de mon travail !), du shopping express d’après travail: deux verres collins, un Knipmode et le bonus cadeau pour me faire plaisir: une palette de fards à paupières de la collection Toledo de chez MAC, Masters of Sex, Masterchef

Vendredi: bien dormi mais pas assez, une longue liste d’idées de billets pour le blog et pas d’envie de les écrire, thon cru à la thaï/tahitienne, Masters of Sex, une constante: s’endormir devant Gardener’s World

Samedi: une ballade entre les champs pour acheter des bulbes d’été puis quelques alcools et tonics, le vendeur du Delhaize a oublié mon prénom, apprivoisement de la nouvelle machine à coudre, c’est “smooth”, finir un livre, un curry thaï maison, mais pourquoi ai-je lancé ces mises à jours maintenant ?, 40 minutes plus tard: Masters of Sex

Dimanche: difficile de se lever pas trop tard avec le changement d’heure, zumba, rencontrer une fille du même âge que moi (à 6 jours près) et qui allait en vacances au même endroit à la mer du Nord, semis et plantations à l’intérieur, lectures, un cocktail raté, Masters of Sex – fin de la saison 1 et début de la saison 2, comme souvent je ne me sens pas bien le dimanche soir

Gin tonic tasting notes (II)

Suite de mes recherches pour trouver les meilleures associations de gins et de tonics (mes favoris sont en gras):

  • Blue gin, un gin autrichien que j’ai acheté après avoir bu du Buffalo au Green Lab. Je cherchais en effet un gin poivré, épicé. Je l’ai marié avec du Schweppes Pink Pepper et je n’ai pas apprécié, trouvant que ce tonic donnait un goût savonneux. Mon deuxième essai avec le Mediterranean Tonic de Fever Tree était bien plus réussi (et avec quelques baies roses ou une tranche de citron). L’Indian Tonic de Fever Tree convient moins bien.
  • Le tonic Syndrome Raw, de fabrication belge, me semblait bien sucré déjà à l’ouverture de la bouteille. Et c’est le cas au goût aussi. Je l’ai marié à du gin Uppercut et c’était toujours trop sucré. Je n’en rachèterai pas, à moins qu’on me conseille le gin idéal pour ce tonic.
  • le gin Opihr est très épicé et goûte notamment la cardamone. Pour un premier essai, je l’ai combiné à du Indian Tonic Fever Tree. Pas mal mais je pense pouvoir trouver mieux. Le Cortese est pas mal, plus doux. Un gin que j’aime beaucoup mais qui a un goût très fort et spécial.
  • le Tanqueray n°10 ne va pas bien avec le Fever Tree Mediteranean, l’ensemble est trop sucré et pas assez nuancé de goût.
  • Le Q Tonic et le Botanic Premium London Dry Gin (Espagne) ne vont pas trop bien ensemble. L’amertume très élevée du Q demande vraiment un gin adapté, très doux. La bouteille de ce gin est spéciale, un genre de cube avec une tête de bouddha, et pas spécialement facile à servir.
  • De même, le gin Botanic ne va que moyennement avec l’Elderflower Tonic de Thomas Henry. J’ai trouvé la combinaison un peu trop amère.
  • The Botanist et Fever Tree Mediterranean, avec une mûre: un très bon mélange, assez doux et floral, assez neutre mais il y a des jours où on a envie de ça.

Une odeur de gingembre

51a2bel4q5sl-_sy344_bo1204203200_Oswald Wynd, Une odeur de gingembre: j’avais été attirée par ce livre en lisant la critique de L’ivre d’ailleurs, et quelques semaines plus tard, Sylvie me l’a très gentiment offert. Le sujet avait tout pour me plaire: en 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle va épouser Richard Collinsgsworth, l’attaché militaire britannique. Elle commence un journal sur le bateau et partage ses impressions. Elle écrit aussi des lettres à sa mère et plus tard à des amis. Très vite, elle s’oppose aux conventions, se sent mal à l’aise dans l’ordre établi. Elle a une liaison avec un officier japonais et sera rejetée de la société européenne suite à la naissance d’un enfant illégitime. Mais elle ne se laisse pas faire et reconstruit sa vie au Japon. J’ai dévoré ce roman qui fait le portrait d’une forte femme aux prises avec la société et l’histoire. La fin m’a même laissé un goût de trop peu: j’aurais aimé une suite, j’aurais aimé savoir comment Mary allait à nouveau rebondir suite aux événements. Et ne vous méprenez pas, ce livre aurait pu être un roman à l’eau de rose mais l’écriture, les descriptions de la Chine et du Japon et l’analyse psychologique du personnage de Mary le mettent dans une toute autre catégorie !

Book_RATING-40

2015 Reading challenge: A book set in a different country, A book a friend recommended, A book set somewhere you’ve always wanted to visit, A book by an author you’ve never read before

Short diary of the week (89)

Lundi: bien dormi, pleine d’énergie, une énergie retrouvée – comme après mon voyage, une énergie qui s’était perdue les dernières semaines, sourire dans le métro en apprenant que le chien de Kim Gordon et Thurston Moore s’appelle Merzbow, oh je n’avais pas compris que la saison 4 de Call the Midwife était terminée, Indian Summers

Mardi: cette envie d’aller sur une terrasse plutôt que de travailler, la réponse à ce mail n’a pas l’air d’être une des priorités, une tentative de plat chinois pas trop réussie, Better Call Saul, Masters of Sex

Mercredi: une odeur de fumier et de kérosène, une odeur d’asphalte, deux conversations, fichue imprimante qui est probablement victime d’obsolescence programmée, Masters of Sex, Masterchef et All you need is Jani qui ne comprend rien aux geekettes Lolita

Jeudi: aucune envie, attendre la fin de la journée de travail avec impatience, il faudra que je trouve une autre attitude face à ce flot de paroles trop enthousiastes, des emballages, Masters of Sex et Masterchef

Vendredi: éclipse ou pas éclipse il fait sombre aujourd’hui, les oiseaux chantent, l’énergie du début de la semaine est peut-être un peu retombée mais j’ai gardé cette confiance en moi, du filet de bar à la sauce aux tomates et poivrons, Masters of Sex, m’endormir devant Garderner’s World

Samedi: deux écureuils dans le bouleau, et donc un des vendeurs du rayon vins me raconte sa vie – du w-e à Rome aux enfants ados qui aiment les couques au chocolat le dimanche matin, zut l’antivol est toujours sur la bouteille, couture, sushi time, Foxfire – ou comment un film d’après un roman de Joyce Carol Oates me donne envie de lire le suivant sur la liste malgré les critiques très peu positives, oups un peu trop de vin blanc !

Dimanche: il est où le printemps ? zumba !, une certaine langueur, quelques coutures, un joli cocktail à refaire – avec photo, Masters of Sex, un nouveau livre

Basil Fawlty

Le Basil Fawlty est un cocktail créé par Manuel Wouters, le “mixologue” et barman de SIPS à Anvers. C’est également la personne qui a créé plusieurs gins belges et l’auteur de deux livres, Gin & tonic. Around the world in 80 gins (bilingue néerlandais-anglais) et It’s gin o’clock (uniquement en néerlandais) dont est issu cette recette. Il apparaît souvent dans des émissions sur Njam, la chaîne tv culinaire flamande qui diffuse plein de programmes super intéressants comme ceux de Jamie Oliver, des Two Hairy Bikers et de tant d’autres.

C’est justement parce que la recette est déjà publiée sur le site de Njam que je me permets de la publier ici, en la traduisant. Si vous cliquez dans le coin de la photo du lien, sur “Bekijk video”, vous verrez Manuel Wouters en action, préparant ce cocktail (à 16 minutes).

Le nom du cocktail est inspiré du personnage de Basil dans la série comique anglaise Fawlty Towers. Le mélange est fruité, citronné et épicé en même temps, très subtil et tout simplement délicieux. Une vraie découverte qui montre la maîtrise de Manuel Wouters dans la création de cocktails.

  • 4,5 cl d’Old Tom Gin (j’ai utilisé du Beefeater, relativement neutre)
  • 1 cl de marasquin Luxardo (le meilleur, avec son goût fumé caractéristique et sa bouteille recouverte de paille. J’ai aussi du Giffard mais cela n’a rien à voir. J’en ai vu en vente dans certains Delhaize.)
  • 2 cl de St-Germain (une liqueur française à base de sureau, une belle découverte. On la retrouve dans des cocktails récents parce qu’il y a une certaine mode autour de cette liqueur depuis quelques années. Les bouteilles sont très jolies, très travaillées et je l’ai achetée au Delhaize également.)
  • 3 cl de jus de citron pressé
  • 10 feuilles de basilic
  • 1 cuillère à thé de sucre fin
  • des glaçons

Ecrasez au pilon les feuilles de basilic avec le sucre dans un shaker, ajoutez tous les autres ingrédients et secouez avec vigueur. Choisissez un joli verre genre coupe préalablement refroidi et versez le contenu du shaker en le passant par une fine passoire (ce que je n’ai pas fait – d’où les morceaux de basilic). Décorez avec une feuille de basilic.

One thousand posts (giveaway inside)

1000 billets !!!!

Quand j’ai commencé ce blog il y a 9 ans, d’abord sur Blogger (tout a été rapatrié ici), puis sur WordPress, je n’ai jamais cru que j’écrirais autant et aussi longtemps. Il m’a accompagné dans mes découvertes culturelles mais aussi un peu plus tard dans des choses plus personnelles, plus intimes. J’ai raconté une partie de ma vie, des événements heureux et tristes. J’ai parlé de mon intérêt pour le burlesque, puis de ma déception à ce sujet. Les articles sur le jardin m’ont donné envie de créer deux autres blogs: je publie chaque semaine une photo sur Tropical Itch, me permettant de voir l’évolution et Tropical Itch Diary est un journal de semis et plantations. Je raconte mes voyages sur suasaday. Depuis le début, je parle des livres que j’ai lu; cela a en quelque sorte remplacé le carnet que j’avais quand j’étais plus jeune. J’ai toujours été passionnée par les cocktails et depuis quelques mois, j’en parle à nouveau beaucoup plus. Et c’est devenu un blog couture, une passion que j’ai découverte il y a un peu plus de deux ans maintenant. Bref, Popup Monster parle de tout et de rien, mais surtout, il est à mon image et représentes mes intérêts et mes passions qui évoluent avec le temps. Et c’est vous, mes lecteurs, que je veux remercier avec un petit colis cadeau. Je n’ai pas encore tout à fait décidé de son contenu, il sera à mon image mais aussi en fonction des goûts du gagnant. Il contiendra très certainement un livre, divers menus objets et des choses à grignoter.

Pour participer et tenter de remporter ce colis surprise, dites-moi ce que vous aimez dans ce blog (ou ce que vous n’aimez pas si vous le souhaitez) et ce que vous aimeriez y voir dans le futur. Je tirerai la/le gagnant(e) au sort le mardi 31 mars. (Ce concours est ouvert au monde entier.)

Short diary of the week (88)

Lundi: 88 ça fait deux fois l’infini, je sens que je vais beaucoup aimer ce livre !, établir un plan d’action pour faire plus de mes soirées et supprimer ce sentiment de frustration constant, une demi-heure de couture, Indian Summers, Call the Midwife (et une crise de larmes aussi soudaine que courte – en rapport avec l’amitié)

Mardi: une fois de plus un livre me fait rêver de Los Angeles, ma robe a beaucoup de succès auprès de mes collègues, des vertiges et des maux de tête qui disparaissent une fois rentrée à la maison, beaucoup d’interrogations du coup, la palme des semis qui germent le plus vite revient aux cosmos !, Better call Saul, le retour de Masterchef sur la BBC

Mercredi: cette envie de parler des mes problèmes au travail mais avec qui ?, une sensation de presque burn out, et puis au fil de la journée une amélioration de mon humeur sans qu’il n’y ait vraiment de raisons précises, me replonger dans mon iTunes, Masterchef et All you need is Jani, soudain la nausée

Jeudi: une nuit pas si mauvaise que ça, la dernière fois que j’ai mis cette jupe c’était à Saint-Jacques de Compostelle, les centaurées sont les deuxièmes à germer, m’empiffrer d’un plat du traiteur italien – et après je me plains de mon poids !, Masterchef et la finale de The Great British Sewing Bee

Vendredi: TGIF (j’ai seulement compris cette semaine ce que cet acronyme voulait dire), des courses pour tout le w-e, Masters of sex – le premier épisode, de jolies hellébores dans Garderner’s World – l’émission est plutôt ringarde mais j’y apprends de temps en temps quelque chose

Samedi et dimanche se résumeront par: après ce w-e de formation (“deux jours pour exceller”), contre toute attente et contre toutes mes croyances, j’ai fendu en deux une planche de bois d’un bon centimètre et demi d’épaisseur juste avec la force du côté de ma main, en me concentrant sur tout ce que j’ai appris. Fière !