Travelling alone

Il y a quelques années, je n’aurais pour rien au monde voyagé seule, je ne me sentais pas assez sûre de moi, j’étais angoissée par tout. Il y a deux ans environ, j’ai eu une discussion avec une amie, Catherine, qui venait de partir pour un long périple en Asie. Elle m’expliquait qu’elle était hésitante au départ mais qu’elle s’était lancée et qu’en fin de compte, elle adorait voyager seule. Même si cela n’a pas changé ma vision des choses immédiatement, quelque chose a germé en moi suite à cette conversation. Nous avons eu l’occasion d’en reparler lors de ce voyage et je lui envoie toute ma reconnaissance.

Il y a un an, j’ai décidé de passer deux jours à Londres toute seule. C’était quelque part un test. Au moment même, je n’ai pas entièrement apprécié cette solitude, je me sentais en dehors de mon corps, observant mes actions de loin, mais en rentrant, je me suis rendue compte que l’expérience n’était pas entièrement négative. Choisir où aller et que faire en toute liberté ! Les repas par contre ne m’ont pas enchantée. Heureusement, j’avais réservé un mini studio, ce qui m’a permis de manger des plats préparés le soir en regardant la tv.

Je suis partie à Paris en septembre, j’y ai passé une grande partie de la journée du vendredi en solitaire, et là, je pense qu’il y a eu un déclic. J’ai adoré ça ! Même le repas à la terrasse du musée ! J’avais à ce moment-là déjà réservé mon voyage et je savais que je passerais des journées sans compagnie à Bangkok. Cela ne m’a pas angoissé un instant.

Et en effet, je me suis promenée cinq jours et demi, décidant où aller et où manger, aux heures qui me tentaient. J’étais en général bien préparée, avec un plan précis mais en cours de journée, il était souvent chamboulé par les hasards de mes pérégrinations et mon degré de fatigue. (Je remercie la 3G thaïe illimitée et les googles maps qui ont empêché que je ne me perde). Parfois je suis rentrée tôt à l’hôtel juste pour faire une sieste, parfois je suis ressortie le soir pour un concert. J’ai mangé et bu des cocktails dans des restaurants vides et animés. J’ai parfois parlé aux serveurs, parfois pas. Tous étaient aux petits soins même si leur première question était en général “a table for two ?”. Bref, je me suis sentie bien. Je n’ai pas eu beaucoup d’angoisses; elles se sont limitées à quelques situations particulières: “ma valise était-elle bien dans l’avion ?” et “j’espère que ce chauffeur de taxi est fiable et qu’il m’emmènera à la bonne destination” (c’est surtout parce que je ne parle pas Thaï que ça m’a posé problème et qu’ils aiment bien rouler les touristes en ne mettant pas leur compteur – j’en dirai un peu plus dans les billets correspondants sur suasaday).

Dans le futur, je partirai sans doute encore en solitaire, même si j’aime aussi voyager ou dîner en compagnie, je préfère même ça, mais je n’ai plus peur de me retrouver seule quelque part et je ne me priverai plus de certaines occasions pour bien manger ou boire un verre parce que personne n’est disponible pour m’accompagner. Je ne suis par contre pas encore prête pour partir six mois en solo sans plan précis mais on ne sait jamais que ça arrive !

En 2014, à 42 ans, j’ai fait un grand pas dans ma vie.

 

16 thoughts on “Travelling alone

  1. Bonjour Sunalee,

    Je te vois parfois commenter le blog de Stella Polaris, mais je ne découvre le tien qu’aujourd’hui, qui plus est, au détour de cet article, qui me parle particulièrement.

    Je suis aussi partie seule cette année, pour 10 jours, en Chine, dans le Sichuan. J’ai l’habitude d’être seule, j’aime bien ça et je suis déjà partie deux ou trois jours seule, par ci par là. Mais j’avoue que ce “long” périple en Chine m’inquiétait un peu. Et puis je me suis dis : si j’ai peur, je resterai dans la même ville, je ne suis pas obligée d’aller parcourir des centaines de km chaque jour. Mais il faut que je parte : si je ne le fais pas maintenant, à 30 ans, par peur, je ne le ferai plus.
    Je suis donc partie et j’ai réalisé quelque chose : je n’ai JAMAIS été seule. Tous les jours, j’ai rencontré des compagnons de voyage, pour quelques heures ou la journée, et c’était super ! Le reste du temps, où j’étais seule, il y avait quand même des chinois pour me parler ^^ Et parfois, je profitais de la nature, enfin seule.

    Je pense donc partir à nouveau “seule”, même si la perspective m’inquiète encore un peu. Je pense que c’est important d’être capable de faire ça. Pour moi, c’est une manière de voir si on est bien sur son axe, si on est pas trop mentalement enkylosé. Et je pense qu”il faut cultiver ça et s’y entrainer, comme on peut s’entrainer à être souple, endurant, etc.

    Bonne route🙂

    1. Merci beaucoup pour ce message et bienvenue ! Je lis ton blog que je trouve très beau graphiquement (aah ces grues sinisantes !) mais je n’ai pas encore osé/trouvé quelque chose d’intelligent à dire sous un de tes billets que j’aime pourtant lire.

      Je suis contente que cet article te parle. Mais tu as fait bien pire que moi😉 Je n’aurais jamais été en Chine toute seule. Bangkok, je connaissais déjà et je savais que la Thaïlande est un endroit facile pour voyager, surtout pour une femme seule. Mais en même temps, ça m’encourage à ouvrir mes horizons pour un prochain voyage, peut-être que je me mettrai au défi d’aller dans les contrées plus “difficiles.

      J’ai rencontré quelques personnes mais j’ai préféré conserver ma solitude, échangeant plutôt beaucoup de regards, de complicité parfois.

      C’est en effet une manière de se recentrer, de voir ce qui est important pour soi, et j’en avais vraiment besoin.

      Bonne route également !

  2. Yihaaaaa! Tu vois que ça a des avantages! Je te rejoins pour l’heure des repas en effet. Là des fois, c’est un peu pénible. Mais oui, rentrer faire une sieste quand on veut, se perdre où on veut… Ca a beaucoup de bon!

    1. en fait, même les repas ont été agréables en fin de compte ! J’ai sans doute réussi à trouver le bon état d’esprit, même sans devoir m’occuper avec un livre ou un smartphone.

      1. Je ne sais pas si je partirai seule à l’aventure en Asie. Dans un pays anglophone comme les USA, le Canada ou l’Australie, ça ne m’effraierait pas, mais ailleurs, je ne sais pas si j’aurais trop confiance en moi !

      2. Mais siiii ! Bientôt !
        Bon, j’ai un peu appris le chinois et ça m’a quand même aidé pour m’en sortir ^^
        Mais la Chine, ça vaut vraiment le coup, c’est SUBLIME et encore peu visité (par les Européens).
        Bonne année !

  3. Je comprends tout à fait. Pour le moment, l’Amérique Latine est exclue parce que je ne parle pas un mot d’espagnol, mais ça peut s’arranger😉 La Thaïlande est assez facile, et même le Cambodge aussi.

  4. Wahou, félicitons. J’ai voyagé seule pour le boulot,dont 2 à 3 jours pour du tourisme. Mais autant de temps toute seule jamais. Pour une peureuse tu as fait fort. 2014 se termine sur de belles perspectives. Une bonne année 2015 .

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s