Short diary of the week (75)

Lundi: il ne faut pas sous-estimer les problèmes d’habillage le matin: difficile de trouver le bon gilet pour cette robe, sentir la mauvaise humeur de ma voisine dans le métro parce que je lui ai demandé de bouger ses affaires du siège, joli emballage pour mon clone d’iPhone, je me trompe ou vous attendez mon article du lundi avec impatience: dès midi, alors que rien n’est encore publié, mes stats augmentent, le bruit assourdissant de la pluie qui frappe sur les fenêtres, Downton Abbey, Fargo

Mardi: des chevaux dans la ville, non – pas de maux de tête aujourd’hui !, sushis entre filles, will you marry me Nick ?, sortir du cinéma avec une énergie retrouvée

Mercredi: les courbatures du w-e peinent à quitter mon corps – sans doute à cause du changement de température, par contre ne sais pas d’où vient celle à mon annulaire, deux colis sur trois sont arrivés aujourd’hui mais le mystère reste entier sur la date de livraison du troisième – or j’aimerais pouvoir entamer sa lecture au plus vite, rassembler des adresses pour Bangkok

Jeudi: le froid est mordant ce matin, que 10 minutes d’attente pour le métro, une journée comme les autres au bureau, deux fois 5 minutes d’attente pour rentrer c’est tout à fait acceptable un jour de manifestation nationale, la lune éclaire tout, Fargo – enfin il s’y passe quelque chose, Masterchef The Professionals

Vendredi: il fait gris – je lève la tête de mon journal – il fait tout rose, en sortant le ciel est menaçant au-dessus du clocher de l’église, je ne m’habituerai jamais au froid et pourtant j’en souffrirai pendant plusieurs mois à partir de maintenant, Fargo – la fin, entamer un marathon Bron/The Bridge pour rendre les dvd à temps

Samedi: me réveiller très tôt, ma PAL a explosé en quelques semaines et j’ai l’impression de ne plus suivre du tout, enfin prendre le nouveau machin en main, un bout de déménagement, pour une fois c’est la patiente qui réconforte le soigneur, la finale de Doctor Who me laisse sur ma faim, mais pourquoi je m’endors aussi tôt ?

Dimanche: au moins, je me réveille tôt, une rencontre inattendue, hésiter puis commencer in extremis ma couture pour le concours art cousu de Thread and Needles, j’aime quand les historiens ne se prennent pas au sérieux, j’ai les mêmes casseroles que Martin Rohde dans Bron/Broen