Postcards of Santiago (IV)

Les rues sont envahies de coureurs. Le bruit est infernal, entre les badauds et les speakers qui encouragent les participants. Se promener est quasi impossible. Pour ces dernières heures à Saint-Jacques, je me réfugie dans un des parcs qui domine la ville. Un joli parc aux grands arbres. L’automne s’annonce mais pas encore tout à fait: les feuilles commencent à sécher et changer de couleur mais rien n’est encore très flagrant. Une rangée de palmiers rappelle l’été. D’un côté, la vue donne sur les bâtiments de l’université, de l’autre sur le centre ville. Je m’assieds sur un banc, avec un ami. Nous parlons pendant un temps certain, imaginant le festival idéal de musique du monde, celui que nous programmerions si nous pouvions suivre nos goûts.

La course est finie, nous trouvons une terrasse sur une petite place ombragée. Encore un verre de vin blanc avant de reprendre l’avion…