Do with me what you will

Joyce Carol Oates, Do with me what you will: publié en 1973, ce gros roman de JCO n’est certainement pas son meilleur. Peut-être figurera-t-il même dans les pires. Il est trop long, il y a quatre parties dont trois auraient pu constituer trois romans différents. Il est mal construit à mon avis: la première partie présente le premier personnage, Elena, la seconde présente Jack. La troisième raconte leur interaction, la quatrième est un genre de conclusion laissant la place à tous les personnages du roman. Juste en l’écrivant, ça a déjà l’air ennuyeux… Il s’agit d’une part d’un roman d’adultère et d’autre part d’un roman de procès. Je déteste les films de procès, je ne vois donc pas comment je peux m’amuser à lire des documents juridiques dans un roman. De plus, l’héroïne, Elena est un personnage sans consistance, qui se laisser mener, comme le dit le titre. Et pourtant, je l’ai lu jusqu’au bout. Il y a des moments d’écriture exceptionnelle, très belle; c’est violent et touchant entre les pages de logorrhée. Quand je l’ai reposé, soulagée de l’avoir terminé, j’ai eu envie de lire le livre suivant de JCO. Des nouvelles.

Book_RATING-30

Raise the red lanterns skirt

Il n’y a pas de lanternes sur mon tissu mais je trouve que ce nom lui va bien. Il s’agit du même modèle de jupe que « The little leaves skirt » et cette fois-ci je n’ai pas regardé les explications. Résultat: elle est mieux finie au niveau de la tirette ! Très facile à coudre, elle n’a mis qu’une demi-journée, j’ai juste mis un peu de temps à bien placer le patron sur le tissu, ce qui n’est pas toujours facile quand on le fait sur une table un peu trop petite. Le tissu s’appelle en fait « Chinoiseries » et vient de chez Joyce à la Chasse. Et comme il est foncé, je peux facilement mettre la jupe avec des bas.

Raise the red lanterns skirt

Raise the red lanterns skirt

Raise the red lanterns skirt

Short diary of the week (66)

Lundi: j’ai bien dormi mais on me dit que j’ai de petits yeux ?, mettre ma nouvelle robe d’été avec des bas, retrouver avec plaisir certains collègues et avoir la confirmation que je ne suis pas la seule sans motivation et déprimée, en fait mes maux de tête sont peut-être juste provoqués par un produit toxique qui est dans mon bureau (hahaha) ?, comme souvent ces derniers temps la lecture de Tiny Buddha m’apporte beaucoup, un reste de frites, True Blood, très tendue, John Rambo ne m’aura pas détendue

Mardi: cette impression de bien dormir et se réveiller malgré tout crevée, le vent transperce ma veste et ma légère robe d’été, vais-je dépenser tous mes sous cet après-midi ? recevoir Anna et Anémone, attendre une confirmation, passer un certain temps à l’agence de voyage, voilà c’est fait, retrouver Katrien et faire quelques courses puis manger thaï en discutant de plein de choses, passer une super bonne soirée, et puis boire des litres d’eau en rentrant – je crois que je m’étais un peu déshydratée en cours de journée

Mercredi: ce pull me gratte un peu mais il est parfaitement assorti à ma nouvelle jupe cousue main, wordpress est si bien en comparaison !, pourquoi mais pourquoi je prends toujours la mouche aussi rapidement ?

Jeudi: cette phrase du film Beyond Rangoon reste dans ma tête – je vais réfléchir à ce sujet encore peu, oh un écureuil veut venir travailler mais n’arrive à pas à ouvrir les portes automatiques, aujourd’hui je suis à Bruxelles – dans un mois à Paris – dans deux à Saint-Jacques de Compostelle – dans trois à Rangoon – dans quatre à Bangkok, la fin de Beyond Rangoon et le début d’un documentaire où j’ai eu du mal à regarder la capture violente des éléphants – je ne suis pas sûre qu’on montrerait encore ça aujourd’hui

Vendredi: finir mon livre dans la salle d’attente du médecin, recevoir Rooibos, chercher de jolies chansons cambodgiennes, du poisson au lait de coco et condiments thaï

Samedi: hop en pleine forme ce matin, courses, toute cette glace accumulée dans le surgélateur, couture, essai d’un morceau spécial de porc iberico – bon mais trop gras pour moi, Doctor Who en live sur la BBC – et lutter pour ne pas m’endormir – ah si trop tard !

Dimanche: c’est triste toutes ces plants de tomates atteints par le mildiou, les mauvaises herbes sont bien cachées sous les plantes, ressortir un gros et lourd livre d’histoire de l’Asie du Sud-Est et tenter de trouver quelque chose de similaire mais plus récent, une wishlist amazon qui se remplit, couture vite abandonnée parce que je sens que ça va mal tourner, lecture au jardin sous une couverture, recouper les informations du vieux livre avec wikipedia, couscous, fin d’un documentaire

Purple cane road

James Lee Burke, Purple Cane Road: après avoir vu True Detective, j’ai eu un besoin pressant de me replonger en Louisiane. J’ai donc lu un James Lee Burke, le suivant sur la liste dans la série des Dave Robicheaux. Ma lecture a traîné, et mon billet encore plus. Sans doute que je me lasse un peu de cette série. Il y a beaucoup de personnages et deux histoires parallèles, celle de la jeune fille qui va être exécutée parce qu’elle a commis un meurtre et une histoire ancienne qui sort de l’oubli, une histoire concernant le meurtre de la mère de Dave. Des notables et flics locaux sont impliqués et on assiste à des allers-retours entre les divers protagonistes tandis que Dave essayer de dénouer les fils. J’aime toujours autant l’ambiance mais je me suis un peu perdue dans une lecture sans doute pas assez attentive. Ce qui ne m’empêchera pas de lire le suivant.

Book_RATING-35

The Birds in a cage dress

J’ai tellement aimé coudre la robe Hazel que j’en ai cousu une deuxième tout de suite (enfin presque, j’ai cousu une jupe entre les deux mais je la montrerai dans un article suivant). Je n’ai rien changé par rapport à la précédente (que je n’avais pas encore porté une journée entière) et donc elle a les mêmes petits défauts. Et même si j’ai tenté de raccorder le motif dans la jupe, je n’y suis pas arrivée parce que le tissu est imprimé un peu de travers. Mais peu importe ! J’ai juste diminué la longueur de la fermeture éclair de 60cm à 40cm. Le tissu est « Jackdaws » de Michael Miller dont j’ai acheté la fin du rouleau chez Joyce à la Chasse. Il reste encore dans le magasin le même tissu mais en blanc sur fond noir. Ce tissu est un vrai coup de cœur et fait vraiment beaucoup au look de la robe. Ceci confirme que je dois continuer à chercher des tissus qui me plaisent vraiment même s’ils coûtent plus cher !

The Birds in a cage dress

The Birds in a cage dress

The Birds in a cage dress

The Birds in a cage dress

The old becomes new Hazel

L’autre patron que je voulais coudre là tout de suite l’été passé, c’est Hazel de Colette. Je l’ai donc ramené avec la Cambie de Sewaholic un chaud après-midi d’été de Louvain. Et comme Cambie, il est resté un an dans mon armoire. Je ne voulais pas gaspiller un beau tissu pour coudre cette robe estivale mais je souhaitais la coudre entièrement de suite. J’ai donc sélectionné un tissu un peu spécial, un tissu à carreaux dans les tons turquoise, bleu et violet qui était déjà découpé en morceaux. En effet, ma mère avait commencé une robe mais l’avait décousue par la suite et j’ai pu récupérer trois pans plus ou moins carrés (il me reste les manches et les pièces du corsage – et dieu qu’elle était mince par rapport à moi !). Pour la taille, je savais que la robe était construite pour bonnets C (je fais du B) mais la diminution pour petites poitrines était vraiment du chipotage et je ne l’ai pas fait. Pour le reste, j’ai appliqué mes altérations habituelles: j’ai pris la taille 12 à la taille et j’ai diminué jusqu’à la taille 8 pour le buste, en espérant que ça fonctionnerait. La couture est très facile (mais aussi très bien expliquée), j’ai juste un peu chipoté pour trouver une bonne place pour les bretelles que j’ai finalement pas mal décalées vers l’extérieur pour mieux couvrir celles du soutien-gorge. Une fois finie, je l’ai essayée et je l’ai trouvée satisfaisante sur moi. J’ai cependant remarqué certains défauts en la portant: au niveau du buste, c’est toujours un peu trop grand (descendre à la taille 6 ?) et je devrais recoudre les bretelles à l’avant un peu différemment pour qu’elles ne tombent pas. Mais en gros, j’en suis satisfaite et je peux la mettre même s’il fait un peu plus froid avec des bas.

The old becomes new Hazel

The old becomes new Hazel

The old becomes new Hazel

(Il faisait glacial au moment des photos, et il bruinait même mais ça ne se voit pas ! Et au passage on voit mes nouvelles sandales Timberland super confortables.)

Short diary of the week (65)

Lundi: c’est promis je ferai plus attention la prochaine fois parce que nausées et maux de tête ne sont pas les meilleurs ingrédients pour commencer la semaine, recevoir mes nouvelles sandales et le mettre tout de suite vu que les autres n’allaient pas trop bien avec ma tenue, grignoter fromage et saucisson avec l’apéro et ne plus avoir faim pour le reste, regarder True Blood et puis lire un peu avant de mal dormir

Mardi et mercredi se sont quelques part perdus en cours de route, il en reste le souvenir d’une petite déprime au travail du fait de ne voir plus personne pour différentes raisons dues essentiellement à la nouvelle politique de la direction ainsi qu’une discussion sur mon non-intérêt pour la philosophie et le fait que je me sente à chaque fois rabaissée quand je ne sais pas répondre pourquoi (c’est une vieille histoire datant de l’université déjà)

Jeudi: mon sommeil a été pire encore sans médicament et je ne vois pas vraiment d’issue à ce problème, non je ne vais pas me mettre à pleurer à 9h30 du matin – un long w-e est bientôt là ! être déçue et blessée par différentes personnes mais c’est aussi la fatigue qui me rend hyper-sensible

Vendredi: une bonne nuit fait du bien ! à la recherche d’idées de couture pour l’automne, terminer la jupe et entamer une robe d’été en espérant le retour de températures plus clémentes

Samedi: me réveiller avec des angoisses: vais-je vraiment partir si loin toute seule ? attaquer la couture et presque terminer la robe d’été, sushi time !, Halt and catch fire – les deux premiers épisodes – ou une série qui plait aux nerds

Dimanche: bien dormi, passer la matinée devant l’ordi et trouver plein de livres à lire, faire un peu de maintenance, difficile de trouver un moment avec du soleil pour faire des photos des dernières coutures, faire les photos sous la bruine, commencer une nouvelle robe d’été et décider de mettre les autres même avec des bas s’il le faut, Fargo

 

Butin de soldes (juillet 2014)

Le butin de soldes de cet été a un peu tardé à être publié parce que j’ai encore fait des commandes au mois d’août. Et j’hésite toujours pour une paire de sandales Chie Mihara…

  • un gilet turquoise
  • un gilet vert émeraude
  • un gilet bleu électrique
  • un t-shirt vert émeraude
  • des sandales noires Timberland
  • une jupe bleue à motifs d’hirondelles
  • une jupe avec des petits ibis toucans
  • un soutien-gorge blanc en dentelle Simone Pérèle
  • des sandales Birkenstock pour remplacer celles qui sont usées
  • des sandales corail très plates avec une grande fleur Chie Mihara
  • des sandales Brako confortables mais à la semelle trop grosse, que j’ai renvoyées
  • des sandales Camper Micro a priori très confortables pour remplacer les Brako renvoyées
  • et trois coupons de tissu pour coudre des jupes et peut-être s’il y a assez du troisième, une robe (c’était la fin du rouleau, je l’ai eu à -50%)

A dash of… (V) – softs

Le dernier élément qui compose (souvent) un cocktail est sans alcool:

  • de l’eau pétillante
  • des jus de fruits frais, tout particulièrement les citrons et limes pressés à la minute
  • des jus de fruits en bouteille. Le Delhaize a une belle collection dans la marque maison. Pour le jus d’ananas, je prends du Granini (ou du jus frais Materne plus cher). Une règle (toujours la même): acheter de la qualité, pas de produits blancs.
  • des tonics: Schweppes mais aussi tous ces nouveaux tonics créés récemment, comme Fever Tree et Fentiman’s
  • d’autres softs mais ils sont moins courants dans les cocktails: coca, ginger beer…

A cela, il faut encore ajouter les sirops. Monin est une bonne marque pour les cocktails ! Je ne connais pas vraiment les autres mais il en existe pas mal de qualité (pas Teisseire donc). Grenadine et orgeat sont deux essentiels.

Ceci est le dernier article de la série expliquant les ingrédients des cocktails. Je publierai peut-être des billets avec des recettes précises… on verra !

Short diary of the week (64)

Lundi: une nouvelle semaine pleine de bonnes résolutions, qu’il fait froid ce matin, mes jolies chaussures rouges et blanches font du bruit sur les trottoirs, en fait j’avais bien plus de choses à raconter dans mon billet « this week » de la semaine passée, ou comment un colis venant de Nouvelle-Zélande m’a fait très plaisir, ou comment j’en ai envoyé un moi-même sous forme de clin d’oeil aux hôtesses de l’air, ou comment j’ai reçu deux cadeaux d’anniversaire, oh que j’aime manger sur le terrasse et profiter du calme !, True Blood

Mardi: je n’ai plus l’habitude de chaussures aussi plates mais qu’est-ce qu’elles sont jolies avec leur grande fleur tropicale, mais quelle atmosphère entre délation et conspiration, oups j’ai de nouveau cliqué sur « acheter » – tout ça parce que je voulais ce livre, gin tonic au jardin avec une mûre dedans, comment me libérer de ce « traumatisme », dvd de l’expo Tiki pop, évidemment maintenant je veux encore plus un grand tiki pour le jardin

Mercredi: le mélange de soucis boulot/maison a provoqué une forte insomnie que je n’ai réussi à calmer qu’en pleurant un bon coup pour évacuer toutes ces angoisses, ça sent bizarre dehors – un peu le vomi en fait, train réservé pour un w-e à Paris – youhou !, chasse aux limaces, Fargo, deuxième chasse aux limaces

Jeudi: oh mon Tupperwaere a été mangé pendant la nuit – mais il y a un mot d’excuse pour une fois, rhaaa les chaussures sont passées en dessous de 100 euros mais je dois faire des économies, une échelle devant la façade – je suppose que l’alarme est réparée

Vendredi: il pleut tellement que pour une fois je prends la voiture pour aller travailler, zut mon paquet n’arrivera que lundi, avoir faim et puis perdre l’appétit en mangeant

Samedi: contre toute attente cette journée sera active, préparation de mini-concombres au vinaigre, congélation de mûres pour de futurs gin tonic et fabrication d’huile pimentée – très pimentée – tous les piments secs y sont passés, rangement de cette bibliothèque qui débordait largement par terre en jetant plein de vieux magazines, un moment dans le jardin avec le nouveau Happinez, où je me rends compte que lire ce genre de choses en néerlandais ne passe pas aussi bien qu’en français, ce qui touche aux sentiments a toujours été en français pour moi, barbecue, écouter les grillons en regardant les braises s’éteindre et profiter de ce moment de calme

Dimanche: attendre la tempête et l’orage annoncés, finir de coudre la robe, ajuster une autre, et me lancer dans un nouveau projet, mais comment ai-je fait la fois passée pour caser ce patron dans le coupon ?, il ne reste que l’ourlet mais j’ai trop mal au dos, en fait j’ai mal partout, et je n’ai même plus très faim, n’empêche l’après-midi a été efficace en couture !