Short diary of the week (61)

Lundi: pas trop mal dormi mais fatiguée quand même, un couloir déserté, ne pas pouvoir trouver une solution mais tenter quand même, être appelée en urgence pour donner des noms de chanteurs qui chantent en flamand, manquer de tomber par terre à la lecture de la facture d’hôpital, espérer que mercredi que ce sera bien, une recette végétarienne de sauce pour tortellini excellente, avoir la confirmation une fois de plus que la décision de février était la bonne et espérer pour une solution rapide à la solution inextricable, True Blood

Mardi: très mauvaise nuit, mais pourquoi est-ce que à chaque réveil je voyais ce dicksonia antartica ?, un chat veut entrer dans mon bureau, le chasser deux fois, avoir une idée lumineuse d’une phrase à écrire ici et l’oublier à cause de la visite impromptue d’une collègue, ah voilà j’ai retrouvé – quelques heures après: chaque matin et chaque soir quand je lis ce livre je suis un peu à Angkor et je me sens bien, dans un état proche de l’Idaho avec des douleurs partout dans le corps, m”endormir en entendant les premiers klaxons

Mercredi: sommeil profond entrecoupé de rêves à propos du Womex, hein quoi c’est le réveil ?, fiasco total devant la garde-robe pour finir avec une tenue somme toute peu satisfaisante à mon goût, pourquoi mais pourquoi faut-il toujours rallonger ces réunions avec des questions qui resteront sans réponse et qui ont déjà été posées 1000 fois ? il fait beau ce soir, rendez-vous au Cinquantenaire pour une soirée plus qu’agréable, cette question insoutenable: est-ce que j’avais bien mis du déodorant le matin ?

Jeudi: mauvaise nuit – évidemment, que faire pour les éviter ?, ça devient trop une constante, retour du pitichat, recherches, une soirée bizarre au jardin, les perruches se chamaillent et se bécotent

Vendredi: dire les choses fait toujours du bien, se traîner toute la journée, regretter un barbecue le soir

Samedi: enfin bien dormi, toute cette pluie !, Gand sans pluie pour une fois (sauf pendant qu’on mangeait, mais ça ne compte pas), traverser toute la ville de boutique en boutique, se rendre compte que nos boulots respectifs à Katrien et moi nous empêcheront de partir ensemble en vacances en fin d’année: elle n’est pas disponible avant le 18 décembre et moi je dois avoir pris tous mes congés avant le 31, une grosse déception donc, reprendre le train uniquement occupé par des touristes, une ville vide

Dimanche: vite une lessive et la vaisselle, coudre ces machins chiants à la jupe en suant à grosses gouttes, en route pour Saint-Josse, en revenir complètement déprimée: mais qu’est-ce que j’ai ? qu’est-ce qui ne fonctionne pas chez moi ? oui je sais c’est sans doute encore trop tôt mais je n’arrive pas à accepter cette réponse, coudre encore un peu mais arrêter juste avant de nouveaux machins chiants, retrouver Cassie dans la septième saison de Skins et être à nouveau troublée par la manière de filmer qui oscille entre rêve et crue réalité, m’endormir en larmes avec Isidore dans les bras

2 thoughts on “Short diary of the week (61)

  1. à lire tout à la suite, ça donne l’impression que tu es dans une phase de travail émotionnel intense qui rejaillit aussi sur tes rêves remplis d’images et activités tout aussi intenses🙂 Tu rêves autant d’habitude? Je me doute que la journée ça ne doit pas être facile, quoiqu’il y a de bons moments apparemment, mais sans avoir vraiment d’avis arrêté sur l’importance des rêves, j’ai toujours l’impression que les phases où je rêve beaucoup sont bonnes pour moi, ce sont des choses qui se remettent en place et des portes émotionnelles, des envies, des vérités cachées jusque là qui s’ouvrent à la faveur d’un changement…(et puis y a un pitichat qui veut passer ses journées avec toi et je t’envie beaucoup :D)

    1. C’est vrai que j’ai beaucoup rêvé, et je n’ai même pas parlé de tous. J’ai des périodes comme ça, mais globalement, je rêve souvent sauf que je ne m’en souviens pas toujours. Tu as raison, les rêves les plus forts ou les plus dérangeants arrivent toujours dans des phases de changement.

      Malheureusement, ça fait deux jours que je n’ai pas vu le pitichat.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s