Une situation inextricable

J’aimerais pouvoir profiter de la fin de mon congé maladie le mieux possible, mais depuis quelques jours, j’ai des crises d’angoisses à répétition. Et je connais leur cause. Diane et moi, nous nous sommes séparés mi-février. Je lui ai permis de rester vivre chez moi le temps qu’il trouve un endroit où habiter et j’ai promis de ne pas le mettre dehors. Oui, je suis trop gentille. Depuis, il est toujours là. Il est de plus en plus amorphe et ne fait plus rien ou presque de ses journées à part les passer sur le net à chatter. Je ne vois pas d’issue. Je suis chez moi et ce n’est pas à moi de partir mais comment mettre quelqu’un dehors ? Comment le faire bouger pour qu’il s’occupe de lui-même ? J’aimerais pouvoir vivre chez moi, inviter qui je veux, quand je veux, sans devoir m’excuser de sa présence. J’aimerais pouvoir passer à autre chose, vivre avec quelqu’un qui n’a pas de problèmes mentaux. Je suis certaine qu’on me juge parce que je ne fais rien par rapport à la situation mais je ne sais pas quoi faire. Si je le mets dehors, il est à la rue, littéralement, vu qu’il n’a plus de famille et si peu d’amis. Mon humanité me perdra.