This was 2013

Allez, hop, voici mon traditionnel billet de fin d’année !

  • j’ai terminé 41 livres et abandonné une série d’autres. Bref, j’ai lu autant que l’année passée et j’aime ça. Essentiellement des livres papier mais aussi quelques ebooks, très facilement transportables
  • mon livre favori de l’année est Voyage vers les étoiles de Nicholas Christopher. Un livre qui traînait sur ma PAL depuis des années…
  • j’ai cousu 10 vêtements (dont 9 pour moi). Certains étaient des essais au cours de couture pour apprendre de nouvelles techniques, d’autres n’ont pas encore été mis pour cause d’arrivée de l’automne mais j’ai quelques jupes que je mets très souvent. J’ai plein de projets pour l’année qui vient maintenant que je me sens autonome. Et j’ai une surjeteuse pour mieux coudre les finitions.
  • au niveau de l’amitié, il y a eu des hauts et des bas. J’ai perdu des amies (que ce soit de ma faute ou pas), j’en ai retrouvé et j’ai rencontré de nouvelles personnes
  • au niveau du couple, un mot (enfin deux): montagnes russes
  • j’ai commencé un traitement plus régulier et à plus long terme avec Coyote. Cela donne ses fruits et pour 2014, on passe à la vitesse supérieure
  • j’ai commencé à faire du sport, de la zumba, et ça me fait un bien fou
  • j’ai été triste et négative jusqu’en mai ou juin (l’hiver a été si long), j’ai été en pleine forme jusque fin octobre, depuis je lutte, avec des hauts et des bas, mais je compte bien passer au-delà. Je viens d’acheter une lampe de luminothérapie, j’espère qu’elle m’aidera.
  • j’ai passé de très agréables moments à Cardiff et Londres, j’ai pour la première fois passé quelques jours toute seule dans une ville étrangère. Au moment même, j’ai eu du mal mais j’y repense souvent, et de manière très positive.
  • la récolte de piments et de tomates a été miraculeuse (j’en ai encore plein dans le surgélateur) et le jardin a brillé de mille feux pendant l’été.
  • j’ai succombé à la mode du gin-tonic
  • j’ai fait énormément de photos avec mon iPad et comme ordinateur de voyage, il est juste parfait
  • mon sommeil a continué à être mauvais mais des anxiolytiques m’aident. Je compte m’en débarrasser dès que possible mais grâce à eux, je suis en forme la journée et ça me rend plus positive.
  • j’ai fait des photos du jardin pendant un an, une fois par semaine, sur Tropical Itch. A partir de maintenant, je vais pouvoir comparer l’état du jardin avec l’année précédente.
  • j’ai découvert Dr Who et tout regardé en quelques mois. Et j’ai adoré.

J’attends 2014 avec impatience, en espérant que ce sera une excellente année, plein de changements et de petits et grands bonheurs ! Et je vous souhaite la même chose !

This week (VIII)

Cette semaine, malgré ce rhume qui traîne, j’ai réalisé une série de choses:

  • je me suis enfin décidée pour l’achat d’une surjeteuse, un auto cadeau de Noël en quelque sorte avec ma prime de fin d’année. J’ai même pris un modèle en dessous de ce que j’avais prévu suite aux conseils avisés du vendeur. Par contre, porter la boîte sur toute la chaussée d’Ixelles m’a valu des courbatures aux bras.
  • j’ai ressenti un sentiment de tristesse en achevant de regarder la série Dr. Who. Elle m’a suivie depuis la mi-août et je l’ai terminée juste à temps pour l’épisode de Noël.
  • le rhume traîne vraiment trop et j’accumule les petits bobos.
  • j’ai été chez Coyote pour une séance qui prévoit plein de belles choses pour l’année prochaine.
  • en rentrant par contre, diane a eu une très mauvaise nouvelle et la question ne pourra pas être réglée avant le 6 janvier. Je trouve que juste envoyer une lettre et puis ne pas répondre au téléphone est assez désagréable.
  • mon père a dû acheter un nouveau téléphone fixe mais ne comprend rien à son utilisation. Je m’attends au pire pour le nouveau gsm. Cela me fatigue et me fait peur. Il n’écoute plus et ne cherche pas à comprendre.
  • Le repas de famille est heureusement passé. Vivement le nouvel an !
  • j’ai terminé de coudre une robe et j’ai réalisé une jupe. Je ne suis pas encore entièrement décidée pour le projet suivant. Et j’adore ma surjeteuse et les finitions très propres.
  • je n’ai pas tricoté une maille: j’ai tenté de me trouver un joli projet mais quand j’ai vu qu’il se tricotait par le haut et avec des aiguilles circulaires, je me suis sentie perdue. C’est le cardigan Miette, gratuit sur Ravelry. Dans le livre Tricots vintage, plusieurs modèles me plaisent mais les aiguilles sont fines et j’ai peur de ne pas avancer et de me lasser.
  • j’ai commencé la série Sherlock mais je ne suis pas passionnée… et j’ai vu le film Jobs
  • cela fait pas mal de choses pour une semaine où je ne suis pas beaucoup sortie finalement !

Seul le silence

R.J. Ellory, Seul le silence: après avoir lu une série de livres très moyens, j’avais besoin de suspense, d’excitation, d’un page-turner. Rien de tel qu’un polar me suis-je dit. R.J. Ellory est encensé sur divers blogs et j’avais envie depuis un moment de lire ses romans. Seul le silence est l’histoire d’une vie, celle de Joseph, encore enfant en 1939 quand commence le récit. Son père est décédé et il vit seul avec sa mère dans un village perdu dans l’Amérique profonde. Une petite fille est retrouvée morte, assassinée, d’autres suivront. Joseph est hanté par ces événements et tentera toute sa vie de trouver le tueur. Je ne m’attendais pas à ce que le roman suive un personnage pendant toute une vie, sur un rythme très paresseux. J’ai été déçue et je me suis ennuyée. Mais je me suis accrochée et une centaine de pages avant la fin, le rythme s’accélère, même si dès ce moment je savais déjà qui avait commis les crimes. Je pourrais terminer cette critique sur ce sentiment de déception et pourtant, quelques semaines après l’avoir terminé, ce roman reste dans ma tête. Les descriptions, les ambiances sont toujours présentes et me reviennent pendant que je lis des nouvelles de Joyce Carol Oates. Et donc je suis partagée entre l’ennui pendant ma lecture et mes souvenirs a posteriori.

Book_RATING-35

This week (VII)

En début de semaine, j’ai achevé une série de tâches au bureau et j’ai pu commencer mes vacances en paix. Sauf que j’ai attrapé le rhume de diane et que c’est un sacré rhume ! Cela fait cinq jours que je tousse à en avoir mal à la poitrine et que je me mouche. Malheureusement, il me mange une grande partie de mon énergie… J’ai fait quelques activités d’intérieur, un peu de couture et pas mal de lecture et, hier, j’ai tenté une sortie en librairie pour acheter des livres. Mission accomplie malgré une grosse fatigue en rentrant. Certains projets ont été repoussés à cette semaine et j’espère qu’elle sera bien plus active !

Favorite writers

Ce billet est dans l’esprit du tag qui se promène pour le moment sur facebook, celui où il faut citer 10 livres marquants. Je m’attacherai plutôt à des auteurs que j’ai aimé, qui m’ont bouleversée, que je suis encore (ou pas). Je ne parlerai pas des livres de mon enfance; je commence avec la fin de mon adolescence. J’ai 16 ans et j’achète par hasard Neige sur Beverly Hills au GB parce que j’aime beaucoup les romans liés à des films et que je suis passionnée par Los Angeles à l’époque. Entretemps, le titre a été retraduit par Moins que zéro. Il s’agit donc du premier roman de Bret Easton Ellis qui est un vrai coup de poing pour moi. Je suis une adolescente timide et renfermée et ce monde très vide des riches d’Hollywood me parle. En quelques mois, je le relirai plusieurs fois et quand le trouverai en anglais, il me permettra de mieux apprendre la langue, lisant les deux versions en parallèle. J’ai apprécié les romans suivants de l’auteur mais jamais autant que celui-là.

En 1991 sort le film The Doors. Je me mets à lire la poésie de Jim Morrison et découvre toute une époque, Andy Warhol surtout. De fil en aiguille, j’aboutis à Jack Kerouac dont je lis Sur la route mais je n’approfondis pas. Je découvre dans la foulée Richard Brautigan et là, c’est le coup de foudre. Je lirai tous ses livres dans les années qui suivent. Ses histoires courtes, très courtes, quasi journalistiques me parlent et me donnent presque envie d’écrire.

Comme je réussis toujours en première session, les étés sont longs. Je suis inscrite à la bibliothèque communale depuis toute petite et je continue à y aller. J’essaie de repérer dans les rayons les livres édités par Christian Bourgeois, sachant que je ne serai pas déçue. Je découvre comme ça Alison Lurie et David Lodge, qui écrivent tous deux des chroniques familiales ou de couples, proches du milieu académique, avec pas mal d’humour pour le second. Je lis tout ce qui est disponible. Alison Lurie n’a plus rien écrit depuis 2005 (elle a 87 ans aujourd’hui !) et j’ai arrêté de suivre David Lodge, sans doute un peu par lassitude.

Je découvre Cormac McCarthy avec Méridien du sang quelque part à la fin des années 1990. Son écriture très précise et poétique, ses thèmes touchant à l’Amérique profonde, que ce soit celle de la conquête de l’Ouest ou des hillbillies des Appalaches, me parlent. Je n’ai jamais osé le lire en anglais, par peur de ne pas comprendre une partie, mais les traductions sont excellentes. Quand tout le monde s’est enthousiasmé et a découvert l’auteur avec La route, j’avais déjà lu tous ses romans.

Je continue à lire des auteurs qui racontent la vie de tous les jours, des histoires de famille, de couple, parfois avec une touche d’irréel, comme chez Laura Kasischke ou Stewart O’Nan, qui lui est plus varié dans ses thèmes.

Dans le monde des polars, je me suis attachée à James Lee Burke que je lis toujours avec plaisir. Ses romans sont souvent paresseux mais décrivent si bien la Louisiane, le bayou, la végétation luxuriante. J’en ai encore une série à lire, que je garde pour les moments où j’ai envie de ce genre de sujets.

Je n’ai lu Poppy Z. Brite que récemment (les romans sur les vampires, pas ceux sur la cuisine – enfin si, mais je me suis ennuyée) et j’ai retrouvé des émois d’adolescente. Dommage qu’elle/il ait renoncé à écrire ce genre de livres.

J’avais lu quelques Joyce Carol Oates éparpillés, souvent ceux que je voyais sur les tables des librairies. L’année passée, je me suis résolue à lire tous ses romans par ordre chronologique et jusqu’à présent je ne regrette absolument pas ma décision. Commencer un de ses livres est un peu comme rentrer dans son petit chez soi tout douillet. Les thèmes sont souvent durs, violents mais l’écriture est magnifique.

Et vous, quels sont vos auteurs favoris, ceux vers lesquels vous revenez toujours ?

Things to do during my holiday

Deux semaines et demie à la maison, en vacances. Si je ne fais que lire et coudre, je risque de me lasser. Voici donc une liste d’autres choses à réaliser:

  • des gyozas ou dim sum maison, le genre de machin qui prend du temps mais qu’on peut surgeler pour en profiter encore plus tard
  • au moins une recette thaïe du grand livre rose de David Thompson
  • idem pour le livre de recettes indiennes d’Anjum Anand
  • et de même pour d’autres encore à choisir
  • me promener à Gand
  • et ailleurs (Louvain ?, Ostende ?)
  • aller boire un cocktail dans un vrai bar
  • voir des ami(e)s
  • aller à une expo, peut-être une d’Europalia Inde (celles-ci me tentent bien: Indomania, l’influence de l’Inde en Occident, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et L’Inde révélée, les premiers photographes en Inde, Musée des Beaux-Arts de Bruxelles).
  • pas de cours de zumba pendant trois semaines… je ferai du vélo d’appartement mais une autre activité serait la bienvenue, ou former un petit groupe pour faire de l’exercice à la maison, chacun chez soi, mais en même temps pour se motiver.
  • commencer à planifier le jardin pour l’année prochaine et choisir des semences
  • j’ai envie d’aller danser, mais pas au milieu de la nuit. Quelqu’un a des idées ? Ou alors, j’organise un thé dansant dans mon salon ?
  • travailler sur le nouveau blog
  • en couture, me décider une fois pour toutes pour un joli tissu genre Alexander Henry ou Michael Miller et le commander
  • qui peut m’apprendre à tricoter ?

Et vous, que comptez-vous faire ? Voulez-vous partager l’une de ces activités avec moi ?

This week (VI)

Le début de la semaine a été marqué par une grosse fatigue et une grosse dispute. Le problème n’est pas résolu et reste en suspens. Je ne sais pas trop quoi en penser, juste que cela ébranle pas mal de choses. Et que je me suis retrouvée le lendemain à pleurer comme une madeleine dans le bureau d’un collègue et qu’il a été de bon conseil.

J’ai été étonnée de l’agressivité que pouvait provoquer trois heures d’ennui à une réunion. J’ai mis une heure et demie à me calmer… alors que j’aurais juste pu regarder par la fenêtre. Non, j’avais vraiment envie de faire autre chose, d’avancer dans mon travail quotidien mais aussi dans des projets qui me tiennent à cœur.

Un de ces projets prend forme. Le plus dur est de ne pas en faire trop et de me limiter pour que cela reste faisable au long terme. J’ai commencé le teasing sur FB mais je pense qu’il vaut mieux que j’attende que les fêtes soient passées pour le lancer.

A propos des fêtes: je ne me sens pas du tout en phase avec le reste du monde. J’ai juste un repas pour quatre personnes à organiser (et encore, je n’ai même pas encore discuté de la date) et trois cadeaux à trouver (dans le genre un livre, un bon cadeau et un deuxième bon cadeau). Et c’est tout. Toute la folie consumériste passe très loin de moi, même si je vais en profiter pour m’offrir l’un ou l’autre cadeau.

Pour la robe que je suis en train de coudre, je n’ai pas fait de toile. Résultat: j’ai dû la reprendre sur les côtés à la taille et du coup, je n’ai plus eu le courage de la terminer. J’aurai bientôt du temps pour le faire, donc peu importe !

Et donc, plus que trois jours de travail, puis deux semaines et demie de congé !

La jupe cousue en urgence

Comme je l’ai déjà dit, je pense, j’ai pris du ventre et quasi toutes mes jupes de l’hiver passé serrent (et je trouve ça particulièrement nul et ennuyeux). Je me suis donc cousue une jupe en une après-midi avec un bout de tissu acheté à 50 centimes (j’en ai encore un deuxième pour un autre modèle). J’ai très vaguement suivi un patron et surtout veillé à ce qu’elle soit bien large à la taille. A tel point qu’en fait, elle est trop large mais ça ne se voit pas quand je planque le tout sous un t-shirt. Ma machine à coudre a aussi décidé de foirer la boutonnière, que je n’ai pas réussi à découdre, et j’ai finalement cousu un gros bouton pression. Voici donc des autoportraits à la lumière toute pourrie mais qui donnent une idée de la chose, assortie avec un des nouveaux gilets King Louie dont je suis ravie.

(En fait, même ce billet a été écrit en un strict minimum de temps !)

This week (V)

Et si je sautais une semaine ? voilà ce que je me suis dit avant d’écrire ce billet. Mais… je voulais quand même partager une révélation que j’ai eue. Rien de très important mais pour moi, oui: j’attends avec impatience Noël. Pourquoi ? Parce que les jours commencent à rallonger à partir de ce moment-là et que j’ai besoin de lumière, ou du moins d’avoir un espoir de lumière. Bref, j’en reviens à la signification première de cette fête. Du coup j’ai ressorti les loupiotes en forme d’étoiles que j’avais achetées il y a 3-4 ans et je les ai installées à la fenêtre.

A part ça, rien de particulier: je n’ai pris aucune décision concernant un futur smartphone, et encore moins concernant une surjeteuse. Je comptais aller voir en magasin jeudi mais la tempête m’a poussée à rentrer à la maison (et j’ai bien fait quand j’ai entendu la pluie qui est tombée).

Et vous, comment était votre semaine ?