Ce besoin de reconnaissance qui me hante depuis quelques semaines

J’ai toujours eu des problèmes de confiance en moi. Je me soigne, je vais mieux: je sais qu’il y a une série de choses que je fais bien, voire très bien. Mais à certains moments, certains événements ou petites choses de tous les jours reviennent mettre un peu de piment dans l’affaire.

Depuis quelques semaines, diane participe à un atelier d’écriture. J’ai évidemment été le premier cobaye pour lire ses textes que j’ai trouvés excellents. Et j’ai donc été un peu jalouse parce que la seule fois où je lui ai fait lire un des mes textes (un texte documentaire, pas de la fiction), il m’a fait tant de critiques que ça s’est terminé en larmes (je pense que j’en ai gardé un petit traumatisme – je ne lui donne plus jamais mes textes à lire). Pour revenir à diane, il ne m’a pas crue. Il a fait lire les textes par d’autres personnes qui sont toutes d’accord avec moi. Mais il a toujours du mal à y croire. Mais il est inondé de messages positifs.

Je pense aussi à une blogueuse célèbre qui n’arrête pas de demander sur sa page FB (suivie par 47000 personnes !) et dans ses articles qu’on réagisse. Chaque article a en moyenne une cinquantaine de commentaires, voire bien plus, ce que je n’atteindrai jamais. Mais son sentiment d’insécurité est si grand qu’elle en demande encore plus. J’aime son travail mais je ne mets pas de commentaire, j’ai l’impression que mon “j’aime ce que tu fais” ne rajoutera pas grand chose et que si je critique l’un ou l’autre détail, ce ne sera pas apprécié. Je préfère mettre des commentaires sur des blogs où un dialogue peut s’entamer (ce qui est peut-être le cas ici, je n’en sais rien).

Dans mon travail, je n’ai jamais eu beaucoup de retour. J’ai l’impression que ça devient encore pire ces derniers temps, avec des nombreux mails qui restent sans réponses. Pour certains, c’est d’autant mieux, pour d’autres, j’ai l’impression que je ne compte plus. J’essaie de passer au-delà, de ne pas me laisser toucher par ça.

Et il y a plein d’autres exemples, des blogs de qualité vraiment populaires, des textes très bien écrits, des personnes qui se voient offrir de belles opportunités… Parfois, comme maintenant, cette accumulation de reconnaissance chez les autres me pèse et j’aimerais bien être un peu plus mise en avant.

Coyote me disait que pour recevoir de la reconnaissance de quelqu’un, il fallait que ces personnes puissent juger de la valeur de la chose réalisée. Mais que pour cela, il fallait qu’elles connaissent bien le sujet. Que pour que quelqu’un apprécie mes connaissances en musiques du monde par exemple, elle doit s’y connaître aussi. Que pour avoir des lecteurs plus nombreux qui apprécient mon blog, il faut que ces personnes soient prêtes à accepter que je parle de plein de choses différentes. Je pense qu’il y a de la vérité là-dedans.

Bref, hier, quand il y a eu deux commentaires successifs sur mon blog, ça m’a fait très plaisir. (J’ai repensé au challenge anti-morosité d’Armalite et son idée de faire des compliments).

Bref (II), j’ai réfléchi à ce que je fais vraiment bien et à ce qui pourrait m’attirer une certaine reconnaissance. J’ai eu un blog totalement indépendant de celui-ci qui a eu son petit succès et en a toujours même si je n’y ai plus écrit depuis longtemps. Le reprendre ? J’hésite, parce qu’il me demandait pas mal de boulot. Ou alors reprendre Bruxelles-Bangkok-Brasilia en y publiant un abécédaire ? Ou… En général, ce ne sont pas les idées qui manquent mais bien les moyens pour arriver à un résultat qui soit intéressant.

Bref (III), écrire ce billet avec mes doutes me permet aussi de trouver des pistes pour avancer. Il ne pose pas par contre la question d’où vient ce besoin de reconnaissance. Mais je ne suis clairement pas la seule à l’avoir, ce besoin ! Qu’en pensez-vous ?

Bref (IV), un jour après, j’ai hésité à publier cet article. Ne le voyez pas comme une expression de jalousie ou une plainte mais plutôt comme une réflexion sur ma vie, sur celle des autres et sur la manière dont je peux m’adapter à ça.

15 thoughts on “Ce besoin de reconnaissance qui me hante depuis quelques semaines

  1. Ta réflexion est très intéressante. J’ai le même problème sur mon blog qui n’est pas ou très peu lu : d’une part, j’ai le confort de l’anonymat (j’ai pas très envie que mes élèves et leurs parents me lisent), de l’autre, je me demande parfois à quoi tout ça rime… Je pense que l’essentiel est de se faire plaisir et de garder confiance.
    En ce qui me concerne, je ne commente jamais mais je te lis depuis au moins deux ans. Je ne suis sûrement pas la seule. Tu vois…

    1. C’est grâce à un premier commentaire de ta part que j’ai découvert ton blog, que je lis maintenant. Je n’ai pas encore fait de commentaire non plus, mais ça viendra !

      Et comme tu le dis, l’essentiel est de se faire plaisir. Je n’envisage aucunement de fermer ce blog par faute de retour.

  2. Je ne sais pas si je suis très bien placée pour répondre, parce que mon propre besoin de reconnaissance est très faible (corollaire du fait que j’ai une bonne confiance en moi, sûrement). J’ai quand même envie de dire que faire une chose – reprendre un blog qui demande beaucoup de travail, par exemple – dans le but d’en tirer de la reconnaissance ne me semble pas une bonne idée. Fais les choses par plaisir et par plaisir seulement, pas pour ce que tu peux en tirer (je ne parle pas du boulot ou de la nécessité de gagner sa vie, évidemment). Ca te mettra moins de pression, et ça t’évitera d’être déçue si tu n’obtiens pas le résultat escompté. Puis je pense que les choses qui vont le plus interpeler les autres et, justement, susciter des réactions positives, sont celles qui sont faites avec passion et sincérité plutôt qu’avec une idée derrière la tête. Just my 2 cents🙂

    1. Tu as tout à fait raison: le projet que je pourrais développer est à la base quelque chose qui me tiens à cœur. Et la quantité de travail, c’est à moi de la définir mais je sais que je me laisse vite emballer, qu’un certain perfectionnisme entraine souvent une augmentation du temps que je prends pour certaines choses et puis j’arrête parce que c’est trop long à faire.
      Quant à la portée de ce projet, je suis bien consciente qu’il n’aura pas un succès immédiat (tu ne serais a priori pas intéressée par exemple, mais te compter parmi mes lectrices en fin de compte serait la preuve que le sujet pourrait intéresser pas mal de gens).
      Je sais aussi que j’ai périodiquement plein d’idées et que je n’en réalise que peu au final, après mûre réflexion, en général).

  3. Aussi, par rapport au blog: pour avoir fait un sondage il y a quelque temps, je sais que c’est la variété des sujets abordés qui plaît à mes lecteurs. MAIS c’est aussi la raison pour laquelle je ne serai jamais une “blogueuse influente”, parce que les blogs qui cartonnent sont rarement des blogs d’humeurs un peu fourre-tout. Les seuls exemples de vraie réussite pour un blog de ce type qui me viennent en tête, c’est l’ex-Pensées de ronde et Cachemire et Soie, dont les auteurs écrivent extrêmement bien toutes les deux (quoique dans des genres très différents). A part ça, les blogs qui marchent très bien et dont les auteurs obtiennent de la reconnaissance sont des blogs spécialisés en mode, en beauté, en cuisine… Donc, avec un blog éclectique, il faut plus ou moins se résoudre à l’anonymat – avec un nombre de lectrices fidèles mais forcément limité.

    1. A ce niveau tu as en partie raison. Un blog spécialisé attire un certain public, très fidèle (je pense aux blogs couture, mais pas que). Mais pour écrire un blog comme ça, il faut y travailler pas mal de temps, ce qui avec n’est pas toujours possible.
      Mais je voudrais quand même préciser que même si tu n’es pas une blogueuse “influente”, tu as un grand nombre de lecteurs et au moins un début de reconnaissance que je suis loin d’avoir. Ton challenge anti-morosité était un énorme succès et je suis sûre que c’est le genre de billets sur lesquels les gens vont revenir dans le futur. D’un autre côté, comme disait Fileuse, l’anonymat permet d’être beaucoup plus libre dans ses sujets…

  4. J’ai un besoin de reconnaissance certes (j’aime être appréciée pour ce que je suis, et j’aime que ça porte sur des choses qui me distinguent des autres, surtout en amitié. Bref, trouver ma place auprès des autres), mais il est comblé. Mais pour ça, j’ai du dépasser plusieurs choses, et l’une d’elle était de l’assumer comme n’étant pas honteux, et ce fut une autre paire de manche.
    Petite, notamment, j’ai vite réalisé que j’avais plus de capacités que les adultes qui m’entouraient. Et j’ai cru longtemps que j’étais quelqu’un d’extrêmement vaniteux de penser ça. Je n’osais donc pas accomplir mes capacités. Et quand j’ai envie d’être reconnue pour ce que je suis, je me sens égocentrique et vaniteuse aussi.
    Tout ça pour réagir à cette phrase ” et j’aimerais bien être un peu plus mise en avant.”. Je pense qu’il est utile de dépasser ce sentiment de vanité pour aller chercher la reconnaissance, la susciter (pcq elle ne vient pas toujours naturellement). Depuis qu’on est petit, l’humilité qu’on nous inculque n’est pas vraiment de l’humilité, mais plutot le sentiment de culpabilité de se sentir fier, je trouve. Et pas l’humilité constructive (celle qui permet, notamment, une relation d’apprentissage, de recevoir et d’intégrer ce qu’on nous donne parce qu’on reconnaît nos lacunes, par exemple). Dans mon cas, c’est cette mauvaise humilité qui empêche d’oser avoir l’attitude qui amènerait la reconnaissance. Savoir dire “j’ai fait ça, hein oui que je l’ai bien fait, clin d’oeil appuyé”. Parce qu’au fond de soi on en est persuadé, qu’on est doué-e pour ça. Mais pour en etre persuadé, le plus souvent il ne faut pas la reconnaissance, il faut écarter le sentiment de vanité🙂

    Bref, je suis pour rétablir le besoin de reconnaissance comme quelque chose de normal et positif. Une fois cela fait, reste plutot à travailler sur les causes de son incapacité récurrente à le sentir comblé… Pour moi, cette distinction a aidé.

    En ce qui concerne mon travail, ce besoin est présent aussi bien entendu, et comblé en partie. Mais j’en ai un autre qui est de garder un bon équilibre entre travail et vie privée, que je choisi de ne pas me lancer dans n’importe quelle bataille pour le combler totalement. Ce serait un peu comme remplacer que tu nommes “J’essaie de passer au-delà, de ne pas me laisser toucher par ça” par le choix positif de préserver son énergie pour la mettre ailleurs.

    Concernant la musique, je ne m’y connais pas mais je pense déjà t’avoir dit à quel point je suis impressionnée par les personnes tellement passionnées qu’elles se spécialisent à ce point dans ce qu’elles aiment (je n’y arrive pas)🙂

    Enfin (ça commence à faire long) je pense, comme Armalite, qu’il ne faudrait pas faire les choses pour la reconnaissance. Mais que ça n’amoindrit pas la passion et la sincérité avec lesquelles tu les fais. Les deux ne s’annulent pas. Par contre c’est un frein au plaisir, la porte ouverte à l’accroissement des pressions (si je n’ai pas de reconnaissance, c’est que je n’en fait pas assez, j’aurais du tenir mon blog avec plus de rigueur, je dois faire plein d’efforts, etc. etc.) qui font que tu es déjà épuisé et tétanisé avant de commencer et que, parfois, tu ne commences pas. Enfin, je parle surtout pour moi et le début de ma thèse, là :p

    1. Ce dont tu parles au début, le sentiment de vanité, etc., j’en ai sans doute souffert aussi, surtout dans l’adolescence, quand on me disait “oui mais toi tu sais tout” ou des phrases du genre. Entretemps, je sens que j’ai moins peur de me mettre en avant pour certaines choses mais c’est tout un travail sur moi-même.

      Et à la fin, comme tu le dis, ça m’arrive aussi de ne pas commencer quelque chose parce que ça me semble trop compliqué, d’où ce besoin aussi de bien réfléchir et de faire un genre de “gestion de projet” dès le départ. Pour l’idée que j’avais, les choses ont évolué depuis, elle pourrait peut-être se réaliser dans le cadre de mon travail, mais je ne suis pas sûre que ça me convienne. Si je la réalise par moi-même, je pourrai mieux diriger les choses et il n’y aura que moi à blâmer si ce n’est pas une réussite. Mais à mon travail, je ne risque pas de trouver beaucoup de reconnaissance vu que ce n’est pas l’habitude de la maison.

  5. Comme les personnes ci-dessus, je trouve qu’au-delà des questions de vanité, il est difficile de tenir sur le long terme si tu fais les choses pour la reconnaissance.
    De mon côté, mon blog perso est fréquenté par une personne et demi (non, non, je ne me suis pas comptée dedans ^^) et mon blog de critiques, pas beaucoup plus, je pense. Pourtant, le premier, je l’alimente depuis des années, et le second, je m’y mets quand je suis motivée.

    Mais je n’ai pas plus confiance en moi que toi, d’après tes posts. Simplement, le blogging est une activité annexe – qui procure beaucoup de plaisir – mais pas ma vie.

    Pour répondre à ton bref (IIIème du nom), j’imagine qu’on estime “mériter” une reconnaissance, à travers des commentaires, de la pub, quand on fait quelque chose bien. Mais Internet, comme le milieu professionnel, est cruel, je ne t’apprends rien. Pourquoi quelqu’un qui écrit comme un pied – je ne parle même pas des fautes d’orthographe ! Simplement de gens qui ne savent pas organiser leur pensée – reçoit-il 300 commentaires et déchaîne-t-il les passions ? Pourquoi tes passionnants articles sur des musiques inconnues ne suscitent-ils pas plus de réactions ? Sûrement parce que la personne de la première catégorie fait mieux de la pub, a trouvé son public cible et a un site bien référencé, en plus de sponsors. Bref, la grande époque des blogs est selon moi révolue. J’ai encore plaisir à tomber sur des pépites, comme ton blog, celui d’Armalite ou celui de Ness, mais il me semble que les blogs tranche de vie/humeurs se font plus rares (et moins désirer…).

    En fin de compte, si je comprends très bien ton besoin de reconnaissance, je rejoins diane sur le fait qu’il faut que les gens sachent de quoi tu parles (et les gens aiment les trucs simples) et surtout, sur le fait que blogguer en mode mitrailleuse n’est pas une solution. Admettons que tu récoltes 50 commentaires, comment réagirais-tu le jour où tu n’en aurais “plus que” 20 ? Ne serait-ce pas là le début d’une nouvelle remise en question ?
    J’espère ne pas sonner moralisatrice, ce n’est pas le but, et je n’ai pas spécialement de solution, si ce n’est de te lancer dans une activité artistique en adéquation avec tes goûts.

    Bonne continuation🙂

    1. Je fais partie de tes lectrices, même si je n’ai pas encore commenté. Par contre, ce n’est que la semaine passée que j’ai compris que les deux blogs que je suivais étaient rédigés par la même personne😉

      La question de la reconnaissance est souvent passagère, en fonction des événements. Je n’ai pas constamment ce besoin, d’ailleurs, même en n’ayant pas énormément de lecteurs, je ne compte pas fermer ce blog. Il m’apporte une certaine satisfaction et fait aussi un peu office de journal, de carnet intime.

      Je te remercie de mettre mon blog dans la catégorie de ceux que tu aimes, ça me fait plaisir. Et tu as tout à fait raison quand à la question de la pub, des sponsors etc. Comme je le disais plus haut, même si je commence ce nouveau projet, il aura du mal à trouver son public mais j’aurai la satisfaction d’avoir écrit quelque chose d’utile pour les connaissances de tout le monde. Et comme le sujet sera bien délimité, il sera plus facilement “rangeable” dans une catégorie.

      1. Haha oui, j’ai des tendances un peu schizophrènes. En fait, je m’identifiais sur le site d’Armalite avec mon compte WordPress, relié à mon blog de critiques. Et puis un beau jour, ça n’a plus marché, et je me suis donc identifiée avec mon blog perso, sur LiveJournal. C’est ce qui explique qu’il y a toutes sortes de liens, de noms et de pseudos ! Maintenant, je rentre mes infos manuellement mais c’est pas génial.
        Merci en tout cas ^^

        Du coup, tu as trouvé une sorte de schéma entre les moments où tu aimerais que ton blog soit plus fréquenté et les événements de ta vie ? Peut-être quand il y a une baisse de confiance/moral ?

        Ce que tu dis sur le fait de délimiter les sujets me fait prendre conscience que c’est ce que j’ai fait avec mes blogs perso et “critiques”. Mais même comme ça, les 2 ressemblent à des fourre-tout. Je ne pourrais pas parler que de BD ou que de romans. Et j’aime bien chez toi cet éclectisme ^^

  6. Les autres commentatrices ont tout dit (très juste ce que dit Ness sur l’humilité). J’allais juste t’écrire que j’aime ton blog parce que tu ne sembles jamais à court d’idées (j’admire !) et que tu réponds aux commentaires. En plus, tu ne fais pas de fautes (j’en ai assez des çi et des çà). Bonne continuation.

    1. Merci ! J’essaie de répondre le plus possible aux commentaires, sauf quand je n’ai vraiment rien à dire. Et j’ai toujours eu une bonne orthographe, et du coup ça m’énerve chez les autres😉

  7. Je fais partie de tes lectrices de l’ombre car je ne sais quoi dire. Tu as du style lorsque tu écris des critiques littéraires, tu m’impressionnes par ta culture et je reviens pour ta sincérité. Par exemple, quand dans ton short diary, tu as avoué que tu ne te souvenais plus de ce que tu avais fait tel ou tel jour, ou quand tu couches tes états d’âme ici, je me suis dit que j’aimerais bien être une blogueuse comme toi car c’est tellement rare une blogueuse qui n’essaye pas d’être parfaite.

    Il y aura toujours quelqu’un qui aura une plus belle plume que toi, qui sera plus mis en avant, un article qui t’aura demandé moins de travail et qui pourtant rencontrera plus de succès qu’un autre sur lequel tu auras passé des semaines. Ce n’est pas pour autant que tes articles n’ont pas de valeur !

    1. Merci ! Etre une blogueuse parfaite ne me réussirait pas je pense😉 Je ris, je pleure, je m’énerve… et je n’ai pas envie de lisser tout ça.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s