3 days in London (III)

Le lendemain, j’ai décidé de consacrer la journée à du shopping puisque les jardins de Kew étaient fermés suite à la tempête. J’avais noté les adresses de magasins de tissus et je me suis décidée pour Goldhawk Road. Bien m’en a pris, je me suis retrouvée dans un quartier sans touristes, de majorité indo-pakistanaise et où les magasins de tissus se succédaient. Par contre, comme je ne cherchais rien de précis, je n’ai rien acheté. Aucun tissu ne m’a crié “achète-moi” même s’ils n’étaient pas chers du tout (la qualité et le style n’étaient pas toujours au rdv). Le long du métro, j’ai découvert un marché et des boutiques où j’ai trouvé une des choses que j’avais inscrit sur ma liste: des feuilles de curry. Et aussi une bouteille de sauce aux piments jamaïcaine.

J’ai retrouvé une autre station de métro, longeant un parc où de nombreuses branches gisaient à terre, et je me suis retrouvée sur Oxford Street, que j’ai quelque peu arpentée sans trouver quoi que ce soit. Je me suis ensuite dirigée vers Regent Street, et la faim au ventre, je suis rentrée dans le premier resto qui me semblait bien. Ce qui n’est pas difficile en fait à Londres. J’ai mangé un bon gros cheeseburger à moitié prix (comme tous les lundi) et rassasiée, je suis partie à la recherche d’Ugly Dolls chez Hamleys. Je trouvais déjà que les rues londoniennes étaient envahies de mondes, dans le magasin, c’était encore pire. J’ai vite trouvé les bestioles et même si le rayon était fort limité, j’ai embarqué un chat (Gato Deluxe, bleu clair, renommé Lucien) et un dragon (Poe, vert clair, renommé Gottfried).

De là, j’avais prévu un petit parcours dans Soho, en partie d’après le mini Lonely Planet que j’avais acheté et en partie en fonction des magasins que je voulais voir. J’ai flâné dans les ruelles, trouvé un joli magasin de robes rétro bien trop chères pour moi, visité tout le magasin Liberty’s, je me suis abritée dans le magasin Irregular Choice pendant une grosse averse et je n’ai rien acheté (à part un cadeau).

La pause culture du jour, je l’ai faite à la Photographer’s Gallery. J’ai profité de ce lieu très calme même si l’exposition principale ne m’a pas trop intéressée. Certaines photos étaient très belles mais elles m’ont quelque peu dérangée: “Home truths: motherhood, photography & identy” montrait des photos de femmes, de maternité et de désir d’enfant. Heureusement, il y avait aussi une mini-rétrospective Jacques Henri Lartigue, à propos de sa relation avec Bibi. Ces photos classiques des années 20 étaient finalement bien plus agréables à regarder, moins interpellantes surtout.

Je suis ensuite retournée sur Oxford Street, pensant trouver d’autres magasins intéressants mais ce n’était pas le cas. En regardant sur mon plan, je me suis dit que le British Museum n’était pas si loin et que je pourrais y faire une pause. Je me suis installée au restaurant pour y boire un Victorian Lemonade au calme (quoique, un Français gueulait dans son gsm à quelques mètres de moi). Mes pieds n’étaient déjà plus très en forme mais j’ai parcouru la partie de l’art asiatique, sans trop m’attarder. Je me rends compte que depuis que j’ai été dans ces pays-là, je préfère voir les monuments plutôt que des bouts ramenés en Europe. A un endroit du musée, j’ai croisé un attroupement: c’était la Pierre de Rosette. Plus loin, j’ai trouvé le grand Moai de l’Ile de Pâques.

L’après-midi approchait à sa fin et je suis retournée à mon aise à mon hôtel, me promenant à Russell Square et dans Bloomsbury. Le ciel prenait de belles couleurs, entre soleil couchant et nuages de post-tempête, rendant le tout quelque peu irréel. J’ai fait quelques réserves pour manger et j’ai passé la soirée devant la tv. (suite au prochain épisode)

3 thoughts on “3 days in London (III)

  1. Hello !

    Voila un récit qui me rend nostalgique…Londres me manque. J’ai beaucoup aimé cette ville et elle fait partie des choses que j’ai super envie de revoir quand je viendrai faire un petit tour en Europe.
    Pour tes feuilles de curry, tu sais qu’on en trouve dans toutes les épiceries indiennes de Bxl ? (genre celles en face du musée d’histoire naturelle). Ou p-ê en as-tu trouvé des fraîches ? Quand j’étais à Londres, j’ai cuisiné du curcuma frais (en racine donc)…on en trouvais dans tous les supermarchés quasiment !

    Bises,

    LN

    1. Je comprends que Londres puisse te manquer, mais maintenant tu es si proche de plein de grandes villes nord-américaines ! ça doit être pas mal aussi !

      Je me doute bien qu’on trouve des feuilles de curry à Bruxelles, mais je n’ai juste jamais trouvé de magasin. Le quartier que tu cites, je n’y vais presque jamais. J’ai déjà cuisiné avec du curcuma frais, c’est intéressant dans les currys khmers (mais ça tache bien les doigts !).

      Bisous !

      1. Oh oui, complètement d’accord, pour les grandes villes nord-américaines. Mais trop de boulot et si peu de congés que finalement, nous voyageons peu…Enfin, nous sommes allés à NYC le mois passé (il était temps, après 2 ans!). Mais le charme des villes à l’européenne nous manque aussi !

        Si tu cherches des épiceries indiennes à Bxl, tu trouveras donc ton bonheur en face du musée des sciences naturelles…quelques épiceries seulement mais qui t’offrirons de quoi remplir tes armoires d’épices indiennes ! Une très bonne poissonnerie juste à côté te permettra d’acheter tout ce qu’il te faut pour faire un délicieux curry de poisson. Ca vaut le coup d’aller y faire un tour de temps en temps !😉

        Oui, le curcuma ça tâche en tabernacle !😉 jamais essayé de curry khmer…je devrais m’y mettre (on trouve du curcuma frais assez facilement ici aussi)

        Bises

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s