Souplesse et rigidité

J’ai l’impression qu’au fil des ans, je perds en souplesse, je m’adapte moins facilement aux changements, j’ai de plus en plus besoin que ma vie soit bien organisée, sans surprises. J’apprécie les journées calmes, entrecoupées de jardinage, de couture, de lecture, d’un bon repas… Je n’aime pas la vie bohème, où il n’y a pas d’horaires, où on laisse ses invités mourir de faim, où on leur présente de la Cara pils et un plat surgelé, où il n’y a aucun endroit agréable pour s’assoir, où ça sent la pisse du chien… En écrivant ça, je me dis que dois paraître bien stricte et ennuyeuse ! Je suis juste une personne organisée et qui a besoin de structure. J’ai besoin de pouvoir prévoir les choses, ça me rassure, je pense. Et pourtant, j’aime aussi les nouvelles choses de temps en temps, des sorties, des voyages, des découvertes diverses…

Je voulais vous raconter ce qui s’est passé dimanche et qui m’a posé problème: diane devait aider une fille de son cours, elle avait prévu de venir entre 13 et 14h. N’ayant pas réussi à recharger sa carte mobib facilement, elle est finalement arrivée vers 16h. Je savais déjà que ma soirée ne se passerait pas comme prévu. Je l’ai trouvée assez froide avec moi, mais sans doute que c’est dû à un a priori de ma part. Il y a quelques semaines, elle avait invité diane à concert dans un squat le soir même, un vendredi. diane a refusé, sachant que j’avais déjà fait les courses pour le repas du soir (et que j’ai eu ma dose de concerts dans les squats). Elle lui a demandé comment il supportait ça et lui a dit que je devais être bien chiante. diane lui a répondu que nous n’avions plus 20 ans comme elle et que nous n’avions pas toujours envie de faire des choses à la dernière minute. (Mais c’est vrai, je coince de suite quand on me propose quelque chose d’imprévu.)

Mais revenons à dimanche soir. Vers 19h15, je vais leur demander s’ils en ont encore pour longtemps (après avoir hésité pendant une demi heure, de peur de me faire rabrouer violemment)… La fille me répond 1/4 d’heure… qui se sont transformés en un épisode entier de Dr Who, bref 45 minutes. J’étais donc affamée en plus d’être crevée à cause des insomnies répétées des derniers jours (et donc hyper-sensible à tout). La soirée du samedi avait déjà été ennuyeuse pour cause de repas de famille et je comptais sur un dimanche agréable, surtout avant mon départ mercredi. J’ai tenté de faire bonne figure en préparant le repas et en mangeant. Nous avons finalement commencé celui-ci vers 21h, ce qui est trop tard pour moi. A mi-repas, j’ai commencé à avoir des nausées. Une heure après, une fois au lit, j’ai senti que je ne dormirais pas si je n’expulsais pas mon énervement. Résultat: dispute, larmes et encore plus d’énervement. Et une nouvelle nuit d’insomnies.

Ce que je voudrais savoir, c’est comment vous auriez réagi face à cette situation. Est-ce que vous auriez mangé tout seul (j’y ai pensé, mais quand on m’a répondu 1/4 d’heure, je me suis dit que je pouvais attendre) ? Est-ce que vous auriez fait savoir à la personne que vous aviez d’autres projets pour le soir (sauf que diane m’aurait de suite contredit) et comment ? Comment réagissez-vous quand les choses ne se passent pas comme prévu ? Et que faites-vous face à une personne froide qui vous a jugé négativement même avant de vous connaître ?

Merci pour vos réponses !

22 thoughts on “Souplesse et rigidité

  1. Je les aurais laissé mener leur vie seuls. Attention, je ne critique pas du tout ta réaction et j’aurais été aussi énervée que toi. Mais je pense que tu seras d’accord pour dire que les disputes et les larmes ne mènent à rien, sinon à plus de frustration pour tout le monde. Tu sais ce qui est bon pour toi, et visiblement Diane a parfois besoin d’un peu de bohème dans une vie bien réglée. Sachant cela, je crois qu’à aucun moment je ne me serais préoccupée d’eux et j’aurais fait ce que j’avais à faire de mon côté, lui laissant sa liberté tout en conservant la mienne. De ton côté, ça t’aurait obligé à tirer un trait sur la soirée à deux dont tu rêvais, mais justement sans la lui imposer et en lui laissant vivre sa soirée comme il l’entendait. Je ne dis pas que c’est facile, mais une fois que j’ai appris à me désolidariser de mon homme et que je me suis trouvée plein d’activités à faire toute seule pour les fois où il sort de son côté (je ne me prive pas d’en faire autant), notre couple a pris un nouvel élan.

    Pour ce qui est du comportement de la fille, je pense qu’en revanche, j’aurais exprimé le souhait, vu son manque de respect à ton égard, qu’elle ne mette pas les pieds chez moi. C’est aussi chez Diane, donc c’est délicat, mais il vaudrait peut-être mieux si c’est possible qu’ils se voient en dehors, dans un café par exemple. Qu’en penses-tu ?

    1. Je pense que tu as raison sur la première partie, j’ai juste beaucoup de mal à y arriver. Si cela avait été prévu, et que je n’avais pas acheté un repas à préparer et manger à deux, cela aurait été bien plus facile pour moi.
      Pour la fille, c’est la première fois que je la rencontrais, je ne pouvais pas savoir qu’elle me serait antipathique…

      Merci de ta réponse en tous cas !

  2. Je pense que j’aurais été super énervée aussi. Pas que la fille me juge négativement, parce que de manière générale je me cogne de l’opinion des autres (ils m’aiment bien? super; ils ne m’aiment pas? on ne peut pas plaire à tout le monde), mais parce que je déteste aussi que le jemenfoutisme des autres bouleverse mes projets. Et j’ai du mal à considérer ça comme un problème dans l’absolu, parce qu’il me semble que j’aurais le droit qu’on nous respecte, mes projets et moi. Mais dans la pratique, ce manque de souplesse me pourrit un peu la vie, donc j’essaie de me raisonner. Une question que je me pose dans ces cas-là, c’est: quelle importance cet incident aura-t-il encore le mois prochain? Et si la réponse est: aucune, à moins que tu laisses ton énervement déclencher une guerre nucléaire avec ton entourage, je tente de laisser filer. Ce n’est pas toujours facile à faire j’en conviens. J’ai un exercice de méditation pour ça, mais je sais que ça n’est pas ton truc😉

    1. Je me doutais bien que tu réagirais comme moi😉 Mais en effet, ça nous pourrit la vie et il faut passer au-delà. En tous cas, je suis prévenue pour la prochaine fois.

      Quant à la méditation, un jour peut-être j’y arriverai. Je n’ai jamais vraiment essayé et je pense qu’avec un bon prof pour me guider, ça vaudrait la peine. Cela fait partie des choses qui sont sur ma liste de demandes à Coyote, même si pour le moment nous sommes plus axés sur l’actif.

  3. En ce qui concerne le dimanche en question, et de mon point de vue, Diane aurait du savoir que la situation aurait des conséquences sur ta personne et faire le nécessaire pour que cela ne se produise pas, au moins en te prévenant de ne pas les attendre. Mais il est plus que probable qu’un manque de communication soit quand même à la base du problème.

    En ce qui concerne une éventuelle rigidité, c’est un débat qui mérite un blog à lui tout seul. Mais ça serait aussi injuste de te comparer à une jeune trublionne, on analysera sa rigidité dans 20 ans😉

    1. Je sais comment moi j’aurais agi: j’aurais prévenu la personne en retard que soit on reportait ça à un autre jour, soit il y avait une heure limite à ne pas dépasser. Mais diane et moi sommes très différents à ce niveau, d’où les frictions de temps en temps (enfin chaque fois qu’il y a des personnes plus “bohème” en jeu).

      On verra dans 20 ans en effet😉

      1. C’est un piège classique d’espèrer que l’autre pensera à ceci ou n’oubliera pas cela…Il faut donc communiquer un maximum. Si tu n’as pas dis à Diane comment tu pensais passer ton dimanche soir, il est en partie pardonné, sinon je ne vois que le fouet mais il serait capable d’apprécier😉;);)

      2. Je voulais rebondir sur ce que dit Eric, le “Il/Elle pouvait bien comprendre quand même ?”. Eh ben non, ça marche pas comme ça. (Pourtant, vraiment ça m’arrangerait, ce serait tellement pratique).
        Les “obvious hints” ça marche pas, et les “Je pensais qu’il / elle aurait compris” non plus. SI tu veux quelque chose, faut le dire clairement. C’est parfois un peu lourdingue, mais vu que nous n’avons pas le bon goût d’être télépathes, il n’y a que ça qui marche…

  4. Je pense que j’aurai réagis exactement comme toi, avec les mêmes remords de ne pas être plus souple qui me cause beaucoup d’énervements internes que je ne sais pas gérer.

    J’ai beau être relativement jeune (28 ans, mais parmis les plus jeune de mes connaissances), j’ai besoin de savoir comment les choses sont prévues pour les apprécier, ce qui fait que mes ami(e)s me considèrent comme une mamie. Mon compagnon est beaucoup plus bohême (l’invitation de dernière minute où on crêve de faim devant une cara tiède et une unique pizza surgelée, ça ne le dérange pas) mais sais que ce n’est pas ma tasse de thé…
    Alors on a pris le parti de dire que lorsqu’il va à / organise une soirée, on fait chacun pour sois. Ses potes /collègues commencent à savoir que je ne suis pas une fille festive à leurs yeux, et préfère que je ne sois pas là pour plomber l’ambiance. Et si ça se fait chez nous, je passe le début de la soirée avec eux (parce qu’àprès tout, je les apprécies quand même), mais dès que j’en ai marre, je n’ai aucune gène à me lever, dire au revoir et quitter la pièce pour aller m’isoler ailleur.
    Tout ce que je demande à ma moitier (et que j’applique aussi en retour, bien sur), c’est d’être au courrant le plus tôt possible de ce qu’il décide: si il reste dormir dans un canapé défoncé parce qu’il a la flemme de rentrer, il m’envois un sms. Si l’apréo entre copine se fini au resto, je le préviens, etc.
    Mais malgré tout, il y a parfois des couacs: des soirées que j’imaginais passer à deux, au calme, et qui ne se passent pas du tout comme JE l’avais prévu, des invitations auxquels ilrépond par l’afirmative pour lui en me demandant si ça ne me dérange pas (“ben non mon prince, ça ne me dérange pas, vas-y, vas t’amuser avec tes potes”) alors que SI bordel, ça me dérange. Dans ces cas-là, comme toi je m’énerve, je suis furieuse de ne pas savoir laisser couler, et encore plus furieuse d’être responsable de la situation: bien souvent, la soirée parfaite, je l’ai fantasmée sans lui en parler, sans lui demander si il n’avait pas d’autres projets. Et si il m’a demandé “l’autorisation” et que j’ai donné mon accord alors que je ne le suis pas, je n’ai qu’à m’en prendre à moi même.

    Bref, je pense qu’on est assez semblable dans notres façon de gérer les contrariétés qui perturbent notre quotidien. C’est un de mes principale dafut sur lequel je travail beaucoup, mais ce n’est pas vraiment facile.

  5. Pour compléter ce que je disais au-dessus, je pense aussi qu’il est naturel de se “rigidifier” avec l’âge. Certes, il y a des gens déjà très pépères à 20 ans et d’autres qui restent rock’n’roll fort tard dans leur vie, mais pour la plupart d’entre nous, au fil des ans, on découvre ce qui nous convient et on est de moins en moins enclins à en bouger. Pourquoi faire: être moins bien? Sans compter que plus on vieillit, plus on est assujetti aux exigences du corps. Et le corps, il aime bien qu’on lui fasse mener une vie régulière; il fonctionne mieux ainsi, et notre moral s’en ressent forcément.

    1. Tu as raison sur ce point ! Et je n’ose pas imaginer comment étaient certaines personnes qui sont toujours très bohème aujourd’hui dans leur jeune âge. Il faudrait leur demander peut-être.
      Ce qui est intéressant aussi, c’est qu’en voyage, je suis beaucoup plus souple, moins vite contrariée si quelque chose ne se passe pas comme prévu. Mais qu’aurais-je pu faire par exemple face à un typhon et des inondations au Vietnam ?

  6. Je pense que j’aurais mangé seule après que le quart d’heure + un délai raisonnable se soit écoulé, et que j’aurais fait ma vie de mon côté (sans exclure de mettre un petit coup derrière les genoux de la fille une fois qu’elle serait en haut de l’escalier), et je pense que j’aurais quand même un peu battu froid à Monsieur (au moins le temps de lui faire réaliser que hello, je ne suis pas une potiche et que vivre à deux implique un minimum de respect de l’autre = en ce cas, savoir mettre poliment une personne à la porte, ou au moins prévenir que ça va se finir tard et qu’il ne faut pas les attendre).
    Oh, au fait : j’ai 24 ans, et ça fait un bon moment que j’ai horreur de l’imprévu et que j’aime que tout soit planifié. Ca va mieux dans ma vie alors je me détends un peu (il n’y a pas forcément l’air d’y avoir un rapport, mais en fait si), mais on peut avoir la vingtaine, être pantouflarde, rigide, et bien le vivre😉

  7. J’aurais réagi exactement comme toi. Ceci dit, pour une raison différente : faire mon tripot dans mon coin ne me dérange pas et j’ai toujours suffisamment de bidouille à faire pour m’occuper seule, toutefois :
    -le dimanche soir, c’est sacré.
    -je déteste qu’on envahisse mon espace : avoir à supporter chez moi des gens que je ne connais pas ou que je n’aime pas est un calvaire.
    J’imagine que la réaction idéale est de laisser filer sans faire de vague sur le moment tout en prévoyant de réexpliquer dès le départ de la greluche quelques règles de vie commune. J’en aurais été incapable et je pense que je serais allée directement virer la meuf. Ce n’est pas temps une histoire d’imprévu que de sans gène de la part de cette personne.

    1. Bienvenue !
      Pour moi aussi le dimanche soir, c’est sacré ! Et pour rebondir sur ce qui se disait plus haut, j’avais bien prévenu que je comptais profiter de cette soirée avant mon départ.
      ça ne me dérange pas qu’il y ait des gens chez moi, mais pas à n’importe quelle heure.
      Et en effet, la réaction idéale aurait été de laisser filer, ce que j’ai essayé de faire une partie de la soirée, mais à un moment, ma frustration a été trop grande.

  8. Je comprends que tu sois agacée. Je suis affreusement rigide sur certains points et sur d’autres, beaucoup plus coulante (je ne m’explique pas pourquoi). Mais les dates, et les horaires…Je suis croisée avec un dragon pour ça.

    Bref, je pense qu’au sujet du dîner, je n’aurais pas attendu 21 heures. J’aurais mangé à l’heure qui me convenait en mettant le reste du plat au four, par exemple et puis tant pis. Mais en voyant arriver quelqu’un à 16h, je me serais bien doutée que mes plans étaient remis en cause..(Je viens d’une famille ou on reçoit beaucoup à l’improviste.

    Je trouve ça sympa la plupart du temps, sauf les soirs ou franchement ça me gonfle, et que je voulais regarder une bonne série :D). Comme Armalite, je trouve ça bien de se demander quelles sont les conséquences de cet “incident”. Tu peux te dire “Alors, là, je suis exaspérée, mais est-ce que demain ça ira mieux ? Et après demain ? Et après ?” Bien souvent, tu te rends compte que tu peux lâcher l’affaire.

    ça nous arrive avec le Prince Consort de manger avec un peu de décalage : c’est prêt mais il veut finir quelque chose d’abord, ou je suis au téléphone…Ou parfois, même si les courses sont faites, et qu’on a envie de manger dehors, ou faire autre chose, on met au congélateur, et voilà ! (mais le Prince Consort est un peu comme toi, il aime pas qu’on modifie le planning à la dernière minute ^^)

    En ce qui concerne l’attitude de la jeune fille, si elle n’a pas été sympa, bah tu t’en fous un peu. Au pire, Diane peut la retrouver dans un café, ou quand tu fais autre chose. Et puis, bon, on verra dans 15 ans comment elle est ! (Enfin, moi je buvais déjà de la verveine à cette âge là :D)

    1. J’aurais en effet pu lâcher l’affaire, et je l’aurais sans doute fait si je n’avais pas prévenu à l’avance que je voulais passer une soirée en amoureux avant mon départ pendant une semaine.
      La fille, je m’en fous un peu, mais elle a l’air de vouloir envahir ma vie: elle n’arrête pas d’inviter diane à plein de choses. Et oui, là, je commence à être jalouse.

  9. Me serais sans doute faite “avoir” comme toi la première fois tu sais. Moi aussi j’ai de plus en plus besoin d’une vie “rangée”. Va savoir si c’est dû à un an de vie complètement pas rangée… ^^
    Quoi qu’il en soit, si j’avais été toi, je me serais jurée que la prochaine fois, je ne tiendrais pas compte de l’agenda d’autrui si ça se mettait encore à se décaler ainsi. Changements de plan qu’on aimait bien à l’origine mais au final, souvent, ça se passe même mieux que je ne l’espérais. Dans tous les cas, je suis plus cool avec moi-même par après que si j’avais attendu pour les autres.

  10. Mmmh, il faut que je réfléchisse…

    J’aurais eu plusieurs réactions. La première aurait été de penser “quelle pétasse!” – Ce qui me fait un bien fou. Bien sûr, je n’aurais rien dit, mais ça se serait vu…

    Comme je suis polie, j’aurais essayé d’être aimable, mais je n’aurais pas apprécié (j’ai eu, en mon jeune temps, un mari qui promouvait internet, l’informatique et l’infographie dans l’enseignement artistique et donc, je voyais aussi beaucoup de femmes (plus ou moins jeunes, plus ou moins jolies défiler – certaines reculaient quand elles voyaient qu’il y avait une épouse, d’autres m’agressaient (et je rigolais, c’était tellement visible qu’elles avaient envie de draguer mon (ex) mari…

    (Il est même arrivé qu’il me demande de lui tenir compagnie pour ne pas se faire par trop assaillir, je trouve cela très drôle ! Sauf qu’à la longue bien sûr, notre mariage n’a pas tenu le coup – mais pour un tas d’autres raisons, soyons honnête!)

    Maintenant, je dis bonjour, je suis un peu la conversation et je m’en vais (je monte dans ma chambre, parce que ça me fatigue trop… ) Si je peux prévoir, mais ce n’est pas facile, j’essaie d’aller ailleurs ou je fais quelque chose de plaisant avant, pour me donner du courage.

    Et quand même, j’essaie de négocier avec mon compagnon…

    Il n’y a pas de réponse univoque je crois, et c’est un combat toujours à mener… Mais on y arrive o;)))

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s