De beaux lendemains

Russell Banks, De beaux lendemains: un livre qui traînait sur ma PAL depuis la sortie du film en 1997 et que plusieurs personnes m’ont conseillé de lire. C’est l’hiver dans le nord de l’état de New York. Comme chaque matin, Dolores conduit le bus scolaire et ramasse tour à tour tous les enfants du village. Puis vient l’accident, les morts, les avocats qui se jettent sur l’affaire. Toute la communauté est en émoi et se divise. Russel Banks choisit de raconter l’histoire selon le point de vue de quatre personnes: Dolores, la conductrice du bus, Billy Ansel, un père qui perd ses deux enfants, Mitchell Stephens, un des avocats et Nicole Burnell, une des survivantes aujourd’hui en chaise roulante. J’ai profité de ma lecture pour revoir le film d’Atom Egoyan et je me dit que je le préfère au livre, celui-ci étant pas mal mais j’ai eu une impression de trop peu, de trop simple, alors que le film est rempli d’émotions et soutenu par une très belle musique de Mychael Danna.

Book_RATING-30

Short diary of the week (53)

Lundi: je veux mon lit

Mardi: mieux dormi, plus d’énergie mais une certaine fébrilité/angoisse avant mon départ, réimprimer tous les documents nécessaires pour mon voyage pour être sûre – au cas où, rentrer plus tôt mais me retrouver coincée avec les ados dans le tram, valise, Dr Who

Mercredi: pieds, métro, un thé au business lounge de l’Eurostar, train, retrouver des gens dans le train, Londres, métro, retrouver Étienne à Paddington, train, arrivée à Cardiff, taxi, hôtel, pieds, Womex, retrouver Katrien, pieds, canard aux cerises, concert folklorico-bolchoï, trop de vin

Jeudi: mauvais petit déjeuner, ballade à Cardiff, foire, concerts, se poser, drink alpin, drink et buffet finlandais avec un super concert de Pekko Käppi entre folk et metal, sieste, drink breton, bouts de concerts

Vendredi: se promener dans Cardiff Bay sous un beau soleil, rencontrer le Docteur et me faire presque exterminer par les Daleks, concert avec trop de blabla, barmaid au drink belge, sieste, resto sur les quais, bouts de concerts, la fatigue est sérieusement là

Samedi: météo maussade, promenade dans le centre de Cardiff mais trop de magasins et de supporters de rugby, un sandwich de chez Marks & Spencer comme au bon vieux temps, concerts, l’attaque du Maori, documentaire sur John Fahey, pas eu l’occasion d’obtenir un mojito et rentrer à l’hôtel, vent, ressortir dans la tempête sous une forte pluie, manger au Wagamama, trois concerts intéressants, rentrer seule par le chemin isolé

Dimanche: taxi, train bondé, Londres, métro, abandonner Étienne, trouver mon hôtel et m’installer, aller à la Tate Modern via le Millenium Bridge, manger au restaurant tout en haut, flâner dans les collections entre la foule, me promener, rentrer épuisée, Downton Abbey à la tv, dormir

Les accomplissements dont je suis fière

Une fois de plus, voici mes réponses à la question d’Armalite dans son challenge anti-morosité. Je la remercie très fort d’avoir concocté tous ces exercices et activités pour nous faire bouger, nous rendre la vie plus rose, plus facile, plus agréable ! Je participerai sans doute moins activement dans les prochains jours, j’ai d’ailleurs programmé cet article pour qu’il se publie tout seul en mon absence.

Voici donc les accomplissements dont je suis fière:

  • je suis fière de n’avoir pas peur de prendre l’avion seule (pour le séjour seule, j’y travaille très fort)
  • je suis fière d’avoir commencé du sport alors que je déteste ça
  • je suis fière d’avoir trouvé un boulot 20 jours après la remise de mon diplôme (et d’avoir toujours réussi en première session)
  • je suis fière d’être arrivée au poste que je convoitais à mon boulot
  • je suis fière de bien savoir choisir mes achats en immobilier et de vivre dans une maison qui me plaît
  • je suis fière d’apprendre très vite (presque tout, pas le permis de conduire 😉 mais malgré tout je me débrouille en voiture)
  • je suis fière de tout ce travail sur moi-même qui me rend plus positive, qui me sort enfin de cette aura négative colportée par ma mère
  • je suis fière d’avoir trouvé l’amoureux que j’ai, même si j’ai cherché longtemps
  • je suis fière d’y connaître autant en musiques du monde
  • je suis fière d’être quelqu’un de stable, qui est un roc pour certaines personnes qui m’entourent, diane en premier

Souplesse et rigidité

J’ai l’impression qu’au fil des ans, je perds en souplesse, je m’adapte moins facilement aux changements, j’ai de plus en plus besoin que ma vie soit bien organisée, sans surprises. J’apprécie les journées calmes, entrecoupées de jardinage, de couture, de lecture, d’un bon repas… Je n’aime pas la vie bohème, où il n’y a pas d’horaires, où on laisse ses invités mourir de faim, où on leur présente de la Cara pils et un plat surgelé, où il n’y a aucun endroit agréable pour s’assoir, où ça sent la pisse du chien… En écrivant ça, je me dis que dois paraître bien stricte et ennuyeuse ! Je suis juste une personne organisée et qui a besoin de structure. J’ai besoin de pouvoir prévoir les choses, ça me rassure, je pense. Et pourtant, j’aime aussi les nouvelles choses de temps en temps, des sorties, des voyages, des découvertes diverses…

Je voulais vous raconter ce qui s’est passé dimanche et qui m’a posé problème: diane devait aider une fille de son cours, elle avait prévu de venir entre 13 et 14h. N’ayant pas réussi à recharger sa carte mobib facilement, elle est finalement arrivée vers 16h. Je savais déjà que ma soirée ne se passerait pas comme prévu. Je l’ai trouvée assez froide avec moi, mais sans doute que c’est dû à un a priori de ma part. Il y a quelques semaines, elle avait invité diane à concert dans un squat le soir même, un vendredi. diane a refusé, sachant que j’avais déjà fait les courses pour le repas du soir (et que j’ai eu ma dose de concerts dans les squats). Elle lui a demandé comment il supportait ça et lui a dit que je devais être bien chiante. diane lui a répondu que nous n’avions plus 20 ans comme elle et que nous n’avions pas toujours envie de faire des choses à la dernière minute. (Mais c’est vrai, je coince de suite quand on me propose quelque chose d’imprévu.)

Mais revenons à dimanche soir. Vers 19h15, je vais leur demander s’ils en ont encore pour longtemps (après avoir hésité pendant une demi heure, de peur de me faire rabrouer violemment)… La fille me répond 1/4 d’heure… qui se sont transformés en un épisode entier de Dr Who, bref 45 minutes. J’étais donc affamée en plus d’être crevée à cause des insomnies répétées des derniers jours (et donc hyper-sensible à tout). La soirée du samedi avait déjà été ennuyeuse pour cause de repas de famille et je comptais sur un dimanche agréable, surtout avant mon départ mercredi. J’ai tenté de faire bonne figure en préparant le repas et en mangeant. Nous avons finalement commencé celui-ci vers 21h, ce qui est trop tard pour moi. A mi-repas, j’ai commencé à avoir des nausées. Une heure après, une fois au lit, j’ai senti que je ne dormirais pas si je n’expulsais pas mon énervement. Résultat: dispute, larmes et encore plus d’énervement. Et une nouvelle nuit d’insomnies.

Ce que je voudrais savoir, c’est comment vous auriez réagi face à cette situation. Est-ce que vous auriez mangé tout seul (j’y ai pensé, mais quand on m’a répondu 1/4 d’heure, je me suis dit que je pouvais attendre) ? Est-ce que vous auriez fait savoir à la personne que vous aviez d’autres projets pour le soir (sauf que diane m’aurait de suite contredit) et comment ? Comment réagissez-vous quand les choses ne se passent pas comme prévu ? Et que faites-vous face à une personne froide qui vous a jugé négativement même avant de vous connaître ?

Merci pour vos réponses !

Short diary of the week (52)

Lundi: le lundi n’est pas mon jour favori !, ne pas réussir à lire une lettre dans le métro à cause des nombreuses commères, chicha, passer une partie de la soirée seule en mangeant du spaghetti bolognaise maison et en regardant Dr Who

bonus: fail: je n’ai rien fait de bien pour personne aujourd’hui, je retiens pour une autre fois

Mardi: mais d’où vient ce mal de dos, il y a trop de cumbias mexicaines, deux épisodes de Dr Who

bonus: publié ici

Mercredi: toujours ce long texte, rendez-vous chez Coyote où on a parlé de manipulation et où j’ai reçu un agréable massage pour mon dos courbaturé, The Walking dead où je me suis quasi endormie

bonus: encore un fail, je n’ai rien fait pour établir une routine du soir. En même temps, celle que je préfère est celle qui me permet de lire un peu avant de dormir. La simplicité même !

Jeudi: découvrir de nouveaux styles de musique, la chasse au chef de service est ouverte

bonus: ma tenue d’intérieur restera la même que l’année passée, une jolie robe en lainage toute douce, avec t-shirt et collants en-dessous.

Vendredi: voir une ado qui met des longs faux-cils pour aller à l’école, mes journées sont actives mais répétitives et donc ennuyeuses à raconter, échange de clips de Bollywood par mail, le Monkey 47 n’est définitivement pas mon gin préféré

bonus: un jour, je publierai ma playlist musicale feelgood !

Samedi: je ne supporte définitivement pas le vin bulgare, qu’il est difficile de s’extraire du canapé le matin ! profiter du soleil sur la terrasse, ranger les meubles de jardin, tondre la pelouse, couper les premières plantes mortes, couture, m’ennuyer quelque peu au resto avec mon père et ma tante

bonus: même si j’adore cuisiner, j’ai dans mon répertoire une série de plats hyper rapides et faciles

Dimanche: très très mal dormi, aller à la zumba en voiture parce que ça prend moins de temps et que c’est moins sujet à des courants d’air pour le retour, rassembler une série de choses pour mon voyage, télécharger quelques apps pour Londres et Cardiff, retrouver l’appareil photo tombé par terre sous un meuble, ranger le monstre aka l’armoire de la salle de bain et retrouver ces bijoux tant cherchés !, et puis sentir cet énervement monter, monter… j’ai vraiment un gros souci avec l’absence d’horaire et les gens trop bohême

Ceci est mon 52e short diary et ça fait donc un peu plus d’un an que je les écris (j’avais fait une pause lors de mon voyage au Cambodge). Si ça vous intéresse toujours, je continue même si je me rends bien compte que ma vie n’est pas super active et variée.

Upon the sweeping flood

Joyce Carol Oates, Upon the sweeping flood and other stories: j’ai très vite enchaîné avec le deuxième recueil de nouvelles de JCO, écrites entre 1963 et 1966. Comme pour le précédent, j’ai été plus ou moins passionnée selon les récits. L’auteur y raconte des événements de la vie de tous les jours ou des histoires plus violentes, plus bizarres parfois. Un homme atteint des stigmates du Christ et qui saigne à chaque fête de Pâques, un criminel en fuite protégeant une jeune fille en fugue, un homme tentant de sauver deux enfants lors d’une inondation… L’écriture est en partie descriptive, cinématographique mais en même temps va droit au but et raconte en 10-15 pages une histoire complète.

Book_RATING-35

D’hier et d’aujourd’hui

Je ne suis pas grande fan de tags mais celui que j’ai lu chez Akroma m’a bien plu ! L’idée est de répondre à quelques questions précises en racontant ce qu’il en est aujourd’hui mais aussi hier, à un âge donné. Akroma m’a proposé de décrire mes 29 ans. J’ai dû pas mal réfléchir, ces années-là se sont fort mélangées et je ne sais plus précisément ce qui s’est passé à ce moment-là. Heureusement le récit de mon voyage en Chine m’a permis de remettre certaines choses au clair.

En 2001, j’ai 29 ans:

*ce que je conduis: une Nissan Micra gris métallisée que j’utilise surtout le w-e pour aller chez mes parents ou pour des concerts le soir. Sinon, métro-tram-bus et pieds

*où je vis: je vis seule dans mon premier appartement à Saint-Gilles. J’ai des envies d’achat mais ce sera pour un peu plus tard.

*où je travaille: dans le centre ville et mes pauses midi sont quasi tous les jours des pauses shopping, même si je ne dépense pas spécialement des sous à chaque fois

*qui est dans mon coeur: c’est une année rocambolesque: en janvier, un garçon m’avoue son intérêt pour moi mais il ne me plaît pas assez. Je suis amoureuse d’un autre qui n’est pas intéressé par moi. Après mon voyage en Chine, je me rends compte que j’aime beaucoup passer du temps avec le premier et nous commençons une relation. Nos premières grosses disputes débutent à la fin de l’automne; nous nous quittons une première fois en mars l’année suivante, ce qui est le déclencheur de mon voyage dans la Péninsule malaise.

*mon groupe favori: probablement un groupe de musique électronique genre Fennesz, mais aussi, encore et toujours Sonic Youth

*mon hobby: euh… lire ?

En 2013, j’ai 41 ans:

*ce que je conduis:une Honda Jazz de couleur bleu des mers du sud, baptisée Tikimobile mais toujours beaucoup de métro-tram-bus et pieds

*où je vis: en périphérie de Bruxelles, dans une maison avec un jardin

*où je travaille: dans la même société, mais dans une commune plus éloignée du centre où le seul magasin dans lequel je peux dépenser des sous est un Delhaize

*qui est dans mon coeur: un homme que j’aime depuis 9 ans déjà…

*mon groupe favori: est-ce que j’ai encore un groupe favori ? J’écoute tant de musiques différentes, et du monde entier. Dengue Fever ?

*mon hobby: couture et jardinage, et toujours la lecture, évidemment

Pas mal de choses ont changé pour moi en 12 ans. J’ai enfin trouvé une certaine stabilité que j’ai recherché longtemps pendant ma vingtaine. Je me sens bien plus sûre de moi et j’ai beaucoup évolué. Il y a déjà pas mal de photos de moi aujourd’hui sur ces pages. Pour 2001, par contre, je n’ai pas fait de fouilles dans mes archives. Je n’avais pas encore d’appareil numérique et je ne faisais que peu de photos argentiques. Dans mon récit chinois, il y en a une !

Si vous voulez également faire ce petit voyage temporel, laissez-moi un message et je vous proposerai un âge !

Sounds of the world: Colombia

Une chanson dont je ne me lasse pas, qui a l’art de me donner plein d’énergie et l’envie de danser. Bomba Estereo est un groupe colombien faisant partie du mouvement « digital cumbia » ou « nueva cumbia », partant des rythmes traditionnels pour les transformer complètement avec de l’électronique. Un groupe que j’ai adoré en concert, avec une chanteuse qui n’a pas arrêté de bouger et sauter pendant qu’elle chantait. Le public a fait de même !

41 choses que j’aime faire

  1. lire des romans
  2. découvrir de nouvelles musiques exotiques ou pas
  3. écouter de la pop cambodgienne
  4. cuisiner de nouvelles recettes
  5. bien manger tous les soirs
  6. faire des voyages lointains dans des pays chauds
  7. écouter du jazz en vinyle
  8. profiter d’un feu ouvert
  9. acheter de nouvelles fleurs pour mon jardin et les planter
  10. sélectionner diverses variétés originales de semences de tomates et piments
  11. et les semer
  12. et puis me délecter des tomates une fois mûres
  13. me promener dans ma ville
  14. me prélasser au soleil ou à l’ombre, dans la chaleur de l’été
  15. nager dans un piscine en plein air
  16. imaginer toutes les robes que je pourrais coudre
  17. transformer des patrons de couture
  18. puis les coudre
  19. boire du thé (Earl Grey) le matin
  20. regarder des séries tv
  21. voir mes amis autour d’un repas ou d’un thé
  22. préparer des barbecues et les manger
  23. traîner sur internet et découvrir de nouvelles choses
  24. faire des photos avec Hipstamatic et les poster sur Instagram
  25. rentrer à la maison et retrouver mon chez moi
  26. discuter avec diane de tout, de rien et de plein de choses intéressantes
  27. se dire des bêtises et avoir des fous rires
  28. penser à la même chose en même temps
  29. écrire des articles de blog
  30. et avoir plein de retours
  31. écouter le bruit des vagues
  32. et avoir un horizon ouvert
  33. regarder le soleil se coucher
  34. entendre le vent dans les bambous
  35. regarder grandir les palmiers et autres plantes exotiques
  36. tester de nouvelles combinaisons de gins et tonics
  37. et tout simplement profiter du cocktail du soir
  38. mettre une jolie robe
  39. de jolies chaussures
  40. et du rouge à lèvres rouge
  41. rêver d’un long voyage en Asie

D’après une idée d’Armalite