Blue Jay Way

Fabrice Colin, Blue Jay Way: c’est suite à diverses critiques très positives sur l’auteur et sur ce livre en particulier, vues sur différents blogs, que je me suis lancée dans la lecture d’un auteur français (je n’en lis que très peu en fait, souvent ils m’emmerdent). Evidemment, Fabrice Colin a écrit un roman très américain; les 50 premières pages m’ont même énervées tant il s’agit d’une copie/pastiche de Less Than Zero de Brett Easton Ellis. « La veille de mon arrivée à L.A., vers 3 heures du matin, on avait signalé une meute de coyotes aux abords d’un feu de croisement à Bel-Air. » (page 62 de l’édition poche) me semble tout droit sorti ou juste paraphrasé de ce roman. Heureusement, l’histoire prend le dessus et j’ai bien vite oublié ces références. Le roman suit Julien, un Franco-Américain, engagé par une écrivaine connue pour enseigner le français à son fils, un jeune adulte, vivant dans une magnifique villa de Los Angeles. Très vite, les choses tournent mal, un meurtre est commis, plus personne ne sait qui il est et Julien se perd, n’ayant plus aucune prise sur la succession des événements. A part quelques longueurs au début, Fabrice Colin a écrit un roman qui m’a passionnée, un polar sombre et violent, brouillant les multiples pistes. Bref, j’en veux encore !

Book_RATING-40