Short diary of the week (13)

Lundi: pas très réveillée ce matin, avec de vagues vertiges, arrivée du colis amazon et un grand sourire qui va rester toute la journée: je suis remerciée dans un livre sur le yodel, jeter le sandwiche entamé parce que sans goût – enfin juste un goût de pas bon, faim, vraiment fatiguée en rentrant, mais seule, préparation d’une quiche qui est un peu ratée au final

Mardi: pas dormi de la nuit, mal de tête, réunion, couture où je suis félicitée pour mon côté logique, mini-sieste, être crevée mais ne pas réussir à s’endormir

Mercredi: idem et idem à mardi, aucune motivation, et pourtant il faut agir, se perdre en Biélorussie, découvrir de vieux yodels

Jeudi: réunion, mal de tête, se poser trop de questions

Vendredi: insomnies, je veux hiberner jusqu’au printemps, repli sur moi-même, dans ma bulle, petites et grandes folies aux soldes, mais un manteau d’hiver vintage, ça ne se refuse pas, mmmh, le bon poisson (du bar) de la Gamba

Samedi: vertiges, chutes de tension, malade, une bonne nuit de sommeil ne suffit pas après une semaine d’insomnies, lessives de tissus nouveaux et plus anciens, profiter du cocon chaud de la maison

Dimanche: le blanc poudreux enveloppe tout, toujours pas en forme, envie de lecture sous la couette, Phnom Penh en timelapse, repassage, traverser la rue enneigée en escarpins, raclette

8 thoughts on “Short diary of the week (13)

  1. J’avais en tout et pour tout 10 mètres à parcourir, dont une grande partie sur des trottoirs dégagés. Juste la traversée de la rue en tant que telle était un peu plus rock’n’roll, mais les talons, ça s’enfonce dans la neige, donc on ne glisse pas😉

  2. Encore une semaine pesante, non ?

    Je ne le dirai plus sinon je vais passer pour une gatouilleuse mais je pense qu’il est grand temps que tu prennes certaines choses en main ou que tu te fasses aider. Sinon, je crains que ce soit toutes les semaines que tu doives (malheureusement) indiquer tous les jours tes maux de tête, tes insomnies et ta détresse.

    Tout problème a sa solution, il faut analyser le problème et puis tenter les solutions…

  3. Je me suis fait aider cet été, et cela a débloqué une série de choses. Le problème, c’est que je n’ai pas de prise sur le plus gros noeud. Il y a peut-être une solution mais elle n’aura pas lieu avant la mi-février.

    Pour le reste, je fais de mon mieux (les w-e et le temps à la maison se passe bien, je fais plein de choses qui me plaisent). Mais une meilleure météo pourrait faire beaucoup aussi, je hais la neige.

  4. Le gros noeud est ton travail non ? Si c’est le cas, bien entendu que tu as prise ! Juste que tu n’as probablement pas envie de te lancer dans une certaine incertitude, ce que je peux comprendre. Mais dire que tu n’y as pas prise est, à mon sens, une erreur voire pire, une résignation. Mais peut-être me trompe-je.

    Vois tout ce que tu as et apprends à aimer la neige, j’adooooooore la neige ! Même si je préfère largement le soleil… Et puis d’ailleurs, ton hiver a bien été coupé par du très beau soleil, si je me souviens bien…

  5. Le changement de directeur général, non, je n’ai rien à dire. Et cela va influencer beaucoup de choses dans le futur.

    Quitter maintenant serait donc stupide, parce que ça pourrait aller mieux bientôt. Quitter maintenant, cela veut aussi dire pas de revenus, et vivre uniquement sur le chômage de diane n’est tout simplement pas possible. Je regarde les annonces mais c’est très rare que j’en trouve une qui me convienne. Et puis à la base, j’aime le contenu de mon travail.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s