Short diary of the week (11)

Lundi: retour du journal, parce qu’on est lundi, après une pause voyage où j’aurais été incapable de l’écrire tant j’étais passée dans un autre mode, bien moins ancré dans les petites choses quotidiennes et insignifiantes, réveil matinal – le décalage horaire est toujours là, se prélasser en pyjama en traînant sur le net, écrire des billets du récit de voyage, manger les restes du dîner en famille d’hier, ramener Tic et Tac, profiter des derniers jours de congé pour ne pas faire grand chose,  manger – trop, tenter de rester éveiller, s’endormir quand même un peu devant le dernier Indiana Jones, se réveiller pour le passage à l’an neuf et vider le champagne devant le début de 21 Jump Street, le film

Mardi: pluie, gris – magnifique début d’année ! profiter de la dernière journée de congé avant très longtemps, terminer les brouillons du récit de voyage, manger les restes de homard, mais où est Johnny Depp dans 21 Jump Street ?, un peu de goule vorace sans goule vorace, faisan avec les restes de dimanche, voyage dans mon passé adolescent

Mercredi: insomnies – la raison est claire maintenant, mythology et chocolate matte, retour au travail dans un bureau froid et avec un couloir bien vide, steak frites salade

Jeudi: cranberry sur les yeux, la routine, playlists, réfléchir à des objectifs mensuels mais le choix est trop compliqué dans ma longue liste, chercher des idées pour le billet du jour, dans l’idée d’en écrire un par jour, tout doucement refaire une liste de choses à faire au travail et retrouver un semblant d’entrain, cuisine mexicaine, trop manger, finale de Masterchef The Professionals – enfin, une finale généreuse, généreux étant le mot du jour

Vendredi: bruine, grisaille mais c’est le dernier jour de la semaine, se rendre compte qu’on n’a toujours rien écrit dans le nouvel agenda, celui où on comptait écrire quelques lignes par jour – ah oui, c’est peut-être parce que ça fait double emploi avec ces lignes, chaussures ou pas chaussures ?, oh le joli calendrier Totoro, mauvaise humeur et déprime, un bonus des Carnets de route, décidément Paul Auster ne me séduit pas – quoiqu’il soit plus séduisant que sa femme, Siri Hustved – pouvait-elle mettre un chemisier encore plus collet monté ?

Samedi: gris – c’est la couleur du moment, rangement de l’armoire sous l’évier de la cuisine (objectif: ranger une armoire par w-e/mois), reprise avec plaisir de la couture après un abandon de plus d’un mois, poulet et salade plus ou moins vietnamienne, Joyce Carol Oates et Laura Kassische dans les Carnets de route

Dimanche: le soleil est mort, mais pourquoi Photobucket ne veut-il plus télécharger des images directement à partie d’un URL ?, création en 5 minutes d’un nouveau blog, recopiage de patron, démontage de sapin, lapin mijoté à la bière, rien de particulier donc mais des moments agréables

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s