Certaines n’avaient jamais vu la mer

Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer: tentée une première fois en le voyant en librairie, je l’y avais laissé par souci de ne pas agrandir ma PAL. Suite à une critique très positive sur un blog (j’ai oublié lequel), je l’ai finalement acheté et j’ai bien fait ! La structure du récit est un peu bizarre au premier abord: il s’agit d’un roman choral, exprimant les voix de diverses femmes, des centaines en fait, et racontant la vie des Japonaises “importées” aux États-Unis pour épouser des hommes célibataires ayant déjà fait le voyage quelques années auparavant. Toutes les étapes de leur vie sont abordées, de la traversée en bateau jusqu’aux camps de la seconde guerre mondiale. Les énumérations de situations auraient pu lasser mais bien au contraire: elles sont habilement menées, avec de nombreux changements de rythme dans les phrases et cela en fait un des meilleurs romans que j’ai lus cette année. Le livre est court, donc lancez-vous !

Book_RATING-45

3 thoughts on “Certaines n’avaient jamais vu la mer

  1. J’ai aussi été un peu déroutée par la construction particulière du texte, mais le roman n’en était pas moins touchant, et dur par moment. Je trouve que le « multi-voix » accentue les effets, et est le bienvenu pour un livre si court. C’est une belle découverte. Grâce à toi. Merci !
    (seul pt hic, l’ordre de mes lectures : home de Toni Morrison, qui fait aussi ds la persécution de minorité, bon là j’arrête pour un moment)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s