Billet de fin d’année

En vrac, voici ce qui me passe par la tête en cette fin d’année (et c’est aussi le 600e billet de ce blog):

  • 2012 a vraiment commencé à être bien à partir de juillet, avant, je préfère l’oublier. Et donc si je dois choisir un mot pour 2013, ce sera « profiter », ce que je fais déjà depuis quelques mois.
  • un couac cependant hier au dîner de famille: l’alcool fait dire des choses que je n’aurais préféré pas savoir, même si je les sais inconsciemment. Je vais donc espérer que l’année se passe sans encombre au point de vue familial, même si tout peut arriver une fois un certain âge atteint.
  • un beau voyage au Cambodge, tout à fait inattendu mais dont je suis très contente. Mon prochain voyage se fera avec diane mais la compagnie de Katrien était très agréable et réussie.
  • l’iPad risque de changer ma manière d’aborder le net. Poster une photo par jour n’est sans doute pas réalisable mais comment créer quand même une certaine régularité ?
  • J’aime mon iPad d’amour !
  • Je pourrais publier plus de photos de looks. ça vous intéresse ? (même si les 3/4 du temps, je suis habillée très passe-partout)
  • J’ai acheté un agenda pour y noter chaque jour quelque chose, une première pour moi (où on sent l’influence d’Armalite !). En même temps, je pourrais aussi continuer le « short diary » sur ces pages. Est-ce que ça ne fera pas double emploi ?
  • il y a déjà des soldes de Chie Mihara chez brandos.be…
  • mon sommeil va mieux, mais je dois vraiment essayer de ne pas m’inquiéter pour mon travail, ce qui sera très compliqué. J’aime le contenu, mais pas la manière dont l’ensemble est géré. L’hiver et pas un seul jour férié avant Pâques ne faciliteront pas la tâche. Voilà exactement le genre de choses qui ne m’aide pas. Oublions tout de suite et pensons positif !
  • j’ai lu 42 livres cette année, un record ! (et une doublement par rapport aux deux années précédentes)
  • mon top 3 6 livresque est: Malcom Knox, Shangrila, Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer, Lily Tuck, Siam, Vendela Vida, Soleil de minuit, Patrick Deville, Peste & choléra, Paolo Bacigalupi, The windup girl
  • au point de vue musical, en rock, je suis totalement larguée mais j’ai aimé Django Django, y compris leur concert
  • en musiques du monde, ce sont surtout des compilations de rééditions qui m’ont marquées. J’avais fait une liste mais je ne l’ai pas sous la main.
  • J’ai bougé un peu cette année: Anvers, Gand, Thessalonique et le Cambodge
  • J’ai commencé des cours de couture et j’en suis très contente. Je ne sais juste pas comment je vais concilier mon temps libre entre celle-ci et le jardin qui demandera bientôt toute mon attention.
  • Le jardin prend forme, les expérimentations avec des semences ont eu des résultats divers, entre la réussite des tomates Green Zebra et l’échec des piments.
  • J’ai déjà noté les plantes qui devront changer de place au printemps, pour trouver une meilleure situation et donner un meilleur équilibre à l’ensemble
  • Je suis bien curieuse de la floraison des tulipes: j’ai mélangé tous les différents bulbes (que j’avais choisis pour leur côté baroque) dans une caisse avant de les planter
  • Je vais continuer la série d’articles sur mon histoire, interrompue par manque de temps
  • je continue à faire du vélo d’appartement assez régulièrement mais sans doute pas assez longtemps pour faire un effet sur la rondeur de mes fesses
  • le récit du voyage au Cambodge prend forme. Première publication très bientôt (aujourd’hui peut-être ?)

Et vous ?

Certaines n’avaient jamais vu la mer

Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer: tentée une première fois en le voyant en librairie, je l’y avais laissé par souci de ne pas agrandir ma PAL. Suite à une critique très positive sur un blog (j’ai oublié lequel), je l’ai finalement acheté et j’ai bien fait ! La structure du récit est un peu bizarre au premier abord: il s’agit d’un roman choral, exprimant les voix de diverses femmes, des centaines en fait, et racontant la vie des Japonaises « importées » aux États-Unis pour épouser des hommes célibataires ayant déjà fait le voyage quelques années auparavant. Toutes les étapes de leur vie sont abordées, de la traversée en bateau jusqu’aux camps de la seconde guerre mondiale. Les énumérations de situations auraient pu lasser mais bien au contraire: elles sont habilement menées, avec de nombreux changements de rythme dans les phrases et cela en fait un des meilleurs romans que j’ai lus cette année. Le livre est court, donc lancez-vous !

Book_RATING-45

Le Japon n’existe pas

J’ai encore quelques articles de livres lus en 2012 à publier avant la fin de l’année. Voici le premier:

Alberto Torres-Blandina, Le Japon n’existe pas: il me fallait un livre court à finir avant mon départ, et celui-ci était dans ma PAL depuis le swap « Voyage » de cet été. Salvador est un vieux balayeur à l’aéroport et n’hésite pas à faire de nombreuses pauses pour raconter diverses histoires à des passagers en partance ou à ses collègues. Il devine par exemple très bien quelle est la destination des gens ou leur indique qu’il vaut mieux ne pas faire certaines choses dans un aéroport. Les histoires sont parfois très spéciales mais ramènent toujours à la vie, la mort, l’amour, la solitude… Un joli récit au ton espiègle à lire dans un aéroport, ou comme dans mon cas, dans une gare ou une station de métro.

Book_RATING-40

16 jours au Cambodge en quelques chiffres

  • nombre d’avions: 4
  • nombre de bus locaux: 4
  • nombre de tuk-tuks: une dizaine, dont un pendant 3 jours autour d’Angkor
  • nombre de taxis: 2, dont un coincé dans les embouteillages
  • nombre de bateaux: 2
  • nombre d’hôtels et guesthouses: 6, dont 4 avec piscine
  • nombre de cocktails: un par jour
  • nombre de bières: beaucoup
  • litres d’eau bus: encore plus, tout de suite évacués via les pores
  • nombre de temples escaladés: 11, au moins
  • nombre de musées visités: 1
  • nombre de treks à pied: 2 petits
  • nombre de tours à vélo: 1
  • poussière avalée: beaucoup
  • nombre de km parcourus: environ 1000
  • tissus achetés: 4 différents, dont deux batiks indonésiens
  • kilos de poivre de Kampot ramenés: 1,350 kg
  • cd achetés: 3
  • marchés visités: 5
  • architecture coloniale et vielles villas: beaucoup
  • marché aux crabes: 1
  • température moyenne: 32°
  • pluie: une averse tropicale et quelques gouttes le lendemain
  • nombre de Hollandais rencontrés, avec qui j’ai eu une discussion: 3
  • nombre de Belges: 2
  • nombre de Russes de Kazan: 3, une mère et ses deux filles, voyageant sans le moindre guide et cherchant des infos
  • nombre de Français: beaucoup trop, surtout qu’ils ne disaient pas bonjour même après 4 jours dans le même hôtel
  • nombre de gosses insupportables: 2, qui excitaient 2 autres (à mettre en rapport avec la ligne juste au-dessus)
  • nombre de personnes qui faisaient un tour du monde à vélo: 1 + 1 famille (toujours les mêmes Français)
  • nombre de photos: 600 environ avec l’appareil photo, une centaine avec l’iPad
  • nombre de photos avec Eddy: pas tant que ça
  • piqûres de moustiques: au moins deux par jour
  • tournage de film: 1, à Siem Reap
  • nombre de touristes coréens à Angkor: innombrable

Je publierai un récit plus complet sur Suasaday, mais patience !