Short diary of the week (V)

Lundi: tousser une partie de la nuit, mal réveillée, nausée à cause des transports en commun, froid, j’aurais dû sortir ma doudoune et mettre un pull en plus, ne pas réussir à se concentrer, toujours se poser des questions, attendre la fin de la journée pour des réponses, centre ville sous la pluie, repas thaï au Buddasia, bien mais rien de spécial, discuter, se mettre d’accord, tenter de trouver une date, rentrer avec une grosse boule d’angoisse, être super excitée en même temps, toux + vin + angoisses = insomnie

Mardi: fatigue, discuter de dates, avoir du mal à travailler, revoir la psy pour une dernière fois, avoir une crainte en appelant son papa qui est totalement enthousiaste en entendant le projet, le final de Hell on Wheels – enfin, dormir – bien

Mercredi: acheter deux tickets d’avions, excitation, avoir du mal à travailler, ne pas y croire vraiment, réunion assez horrible, oublier ces informations, douter de l’intérêt de ce journal, ne plus rien y écrire, passer quatre jours de congé en profitant de chaque moment

Dimanche: au soir, les angoisses par rapport au travail reviennent, après avoir été occultées pendant quelques jours, se distraire avec un film niais d’époque mais oh si joli, Neptune’s Daughter, (avec Esther Williams et Xavier Cugat, dans une scène d’exotica magnifique), pleurer dans le lit, ne plus vouloir aller travailler mais être coincée, ce n’est pas le moment de se retrouver au chômage, appréhender la semaine qui vient, appréhender le futur au travail, s’endormir quand même

(ça vous intéresse, ce journal ? je continue ?)