Peste & Choléra

Patrick Deville, Peste & Choléra: rentrée littéraire ou pas, je n’allais pas laisser de côté ce roman de Patrick Deville, auteur dont j’avais déjà beaucoup apprécié Kampuchéa. Ce livre raconte la vie d’Alexandre Yersin, scientifique et découvreur de la bacille de la peste qui s’installe à Nha Trang au Vietnam. L’auteur en profite pour décrire la vie dans la colonie, la fondation de Dalat, l’acclimatation des fraises, les trajets en bateaux, puis en avion, la vie scientifique de la fin du 19e siècle à Paris, le tout par de nombreux allers-retours dans le temps. L’écriture est très belle, très poétique; elle peut sembler un peu froide et distanciée par moments mais cela contribue à augmenter un sentiment d’étrangeté. Recommandé !

Short diary of the week (VIII)

Lundi: nausées, plus que trois semaines, froid – même avec trois pulls dont un sur les jambes, réunion complètement anarchique mais efficace, fin du documentaire sur le surf, sur les big waves, l’iPad prend l’avion à Shanghai

Mardi: couture et découture, tomber dans la métro à cause d’un ptit con qui m’a bousculée avec une violence infinie, The Walking Dead, l’iPad est à Arnhem

Mercredi: l’iPad est à Liège, puis Bruxelles, courbatures, notamment au cou et à la jambe, apéro à une réunion, choix de séries, manger avec Etienne, parler de l’avenir, ventre tout rempli, s’énerver des explications à voix trop haute du voisin, l’iPad est coincé dans l’entrepôt, de plus en plus mal au cou et à la jambe à cause du ptit con, ne presque pas manger

Jeudi: vouloir terminer ce livre lu si lentement (mais avec plaisir) – plus que 50 pages, toujours suivre le tracking de l’iPad, se rendre compte qu’il n’y a eu que 6 minutes entre les statuts « out to delivery » et « delivered » (et non je n’habite pas à Brucargo), tenter de résoudre des problèmes de google docs partagés, déballer enfin la bestiole et la prendre en main

Vendredi: dernier jour de la semaine, baver devant un tissu à flamants roses, trouver l’après-midi bien longue, préparer un plat au saumon cru et concombres à l’aneth un peu bizarre – il manquait clairement quelque chose mais quoi ?, frustrations par rapport aux w-e trop courts et aux semaines trop longues, il est vraiment temps que je sois en vacances, configurer l’iPad et se disputer un peu

Samedi: fichu rhume qui me rend toute fatiguée, iPad tout configuré comme il faut, s’excuser de la dispute, couques au chocolat, métro, train – en retard, Gand, tram bondé qui pue le Chipito (sans Chipito en vue, ce qui était bien plus inquiétant), rendez-vous, soupeser les iPad, jolies boutiques: Zoot (chaussures et vêtements), Zsa Zsa Rouge et autres: Zeeman, Blokker, H&M, pluie, se décider d’aller quand même au Stoffenkamer, acheter le tissu aux flamants roses et un patron Colette, froid, attendre le train – en retard, long couloir sinistre de la Gare Centrale, se boucher le nez, métro, tiens, il ne pleut plus, cocon chaud de la maison, scampis selon la recette de ma maman (qui lui vient de sa soeur), s’endormir comme une masse devant Dark Shadows

Dimanche: re-couques au chocolat, mais des meilleures, de la bonne pâtisserie, tripoter la bestiole encore un peu, ramasser les feuilles tombées sur la pelouse et les déplacer sur les parterres, éventée, décalquage de patron, mini séance couture, bavarois au chocolat, un peu de goule vorace, la biche du dimanche, s’endormir devant Conan

Un nouveau petit dans la famille

Il se peut que j’aie acheté un iPad Mini… Le tracking (j’ai écrit cet article lundi, il vient d’arriver entretemps) me dit qu’il est Shanghai pour le moment mais je l’attends de pied ferme (ce qui est fou, c’est qu’il retraversera le monde entier deux semaines plus tard). Cela fait un certain temps (voire un temps certain) que je jalouse la famille i de diane (iPhone et iPad): j’aimerais jouer à des jeux comme Plants vs Zombies, prendre des photos et les poster tout de suite sur FB ou Photobucket, utiliser Hipstamatic ou Instagram, utiliser 36000 applications diverses et variées qui vont me faciliter la vie (ou pas) (notamment celle qui permet de ranger ses patrons de couture et son tissu).

Ce qui me retenait jusqu’à présent était la taille de l’iPad classique, juste un peu trop volumineux à mon goût pour glisser dans mon sac et le prix de l’iPhone alors que mon vieux téléphone fonctionne toujours très bien et que je l’utilise de toutes façons très peu. L’iPad Mini me semble un juste milieu mais on verra à l’usage. Une fois sorti, je me suis décidée assez vite, me disant qu’il m’éviterait de prendre le MacBook Air avec moi au Cambodge, me délestant en même temps d’un certain poids. Ne rien prendre du tout ne me semblait même pas envisageable (les temps ont bien changé depuis l’époque où je prenais un walkman à cassettes, sélectionnant bien mes trois favorites, un livre et un fascicule de mots-croisés – je vais tenter de trouver une app pour ça aussi tiens !). Je pense que malgré tout le reader m’accompagnera aussi, pour cause de batterie qui tient bien plus longtemps qu’un vol de 12h.

Premières impressions sur la bête (ou plutôt bestiole) très bientôt.

Et oui, c’était un articles à ().

Une orgie de tissus

Remontons dans le temps…

Dimanche, j’ai découvert le Stoffenspektakel, une espèce de foire aux tissus rassemblant des marchands de marché essentiellement hollandais. Cela se tenait à Louvain, dans le Brabanthall (un hall de foires genre Heysel) mais le marché circule dans différentes villes du Bénélux et du Nord de la France. Il y a des affaires à faire, certains stands proposent du tout à 2 ou 3 euros le mètre; d’autres proposent des prix plus « normaux » mais qui me semblent malgré tout moins élevés qu’en magasin. Quant au choix, j’ai été un peu déçue (et donc très sage dans mes achats): pas de tissus tiki ou hawaïens, pas de Liberty’s mais bien tous les classiques unis en diverses matières, des cotonnades à pois ou étoiles (ou cupcakes) et une belle collection de polyesters bariolés horribles. Plusieurs stands proposent également des articles de mercerie. Je suis donc revenue avec 80cm de tissu de laine bleu canard pour 8 euros (pour une jupe) et 2m de coton à petites fleurs (qui va avec le tissu précédent) pour 10 euros et qui deviendra un chemisier/top à manches. Et trois rouleaux de papier à patrons pour 5 euros.

Vendredi, j’ai profité des réductions sur toute la collection chez Joyce à la Chasse pendant la durée des travaux pour acheter non pas un tissu pour un chemisier mais trois.

Jeudi, j’ai commandé deux patrons Deer & Doe (Sureau et Airelle) au magasin gantois De Stoffenkamer. Katrien a été les chercher pour moi et m’a assuré que nous devions passer au magasin ensemble parce qu’il y a plein de jolies choses.

Samedi, je suis allée au magasin de tissus à Saint-Gilles, le magasin sans nom tenu par un Russe ch. de Waterloo, un peu plus haut que le Match et le Parvis (ah, il paraît qu’il s’appelle « Passion »). Je suis ressortie avec sept tissus différents pour la somme modique de 43 euros et un sac bien lourd.

Mi-octobre, je suis entrée dans un magasin de tissus à Thessalonique mais j’ai été intimidée: je ne parle pas grec et le magasin était peuplé de vieilles dames. Je faisais tache.

Début octobre, j’ai acheté un mètre de beau tissu de lainage mauve chez Joyce. La jupe est terminée, en attente de photos.

Fin août, j’ai acheté six tissus différents au Chien Vert. Une première robe est en cours.

Début juillet, j’ai acheté un joli tissu de coton pour coudre une jupe à la Maison Dorée. Je suis restée bloquée à la couture de la tirette. Entretemps, je sais comment faire, mais c’est une jupe d’été, ce n’est pas urgent.

Dans les années 70, ma mère cousait un peu. J’ai récupéré ses tissus. Peu sont utilisables en tant que tels, mais ils peuvent servir de toile pour tester les patrons.

Bref, des quatre tiroirs que j’ai achetés en septembre, trois sont maintenant remplis à ras bord de tissus. Tous ne sont pas encore attribués à un projet précis. Et j’espère bien en ramener du Cambodge…

Je crois que j’ai un problème…

Short diary of the week (VII)

Lundi: mal dormi, sans raison apparente, enfin une semaine sans réunion, déjà 3 de prévues pour la semaine suivante, début de mal de gorge – non je ne veux pas, réserver l’hôtel à Phnom Penh, pizza maison, couture, composer un circuit pour le Cambodge, un gros blob dans Masterchef

Mardi: manque de concentration, papillonner, comprendre avec retard les mystères de la fermeture éclair invisible, sentiment de frustration, Walking Dead, carnage de homard dans Masterchef

Mercredi: rêver que je suis fatiguée, me réveiller fatiguée, malgré plusieurs essais, mauvais choix de vêtements, ma jupe me serre, dois-je changer toute ma garde-robe ?, comment perdre ce ventre ainsi que 5 kilos, avoir envie de me sentir mieux avec ces kilos en moins, humeur un peu tristounette, après-midi trop longue, froid, obscurité, cocon tout chaud de la maison

Jeudi: mauvais sommeil, mais la fin de la semaine approche, mis une autre jupe plus large, je me dis que je devrais revoir toute ma garde-robe, mettre de côté les vêtements qui serrent pour un choix plus efficace le matin, tenter de manger juste à ma faim, pas plus, escapade en ville, sushi à la cantine habituelle, AB, Eaux: jolie voix et synthés assez atmosphériques, Django Django: un mélange de New Order, Ride et Happy Mondays, pois sauteurs, chemises assorties, pop sautillante aux relents nostalgiques, excellente soirée

Vendredi: mal dormi, pas réussi à me réchauffer (syndrome habituel après sortie tardive), envie de dormir bien plus longtemps, s’intéresser à l’architecture khmère des années 60, inspirée par le modernisme à la Niemeyer et Brasilia (où on retrouve un de mes dadas), comprendre le succès de la colonne corinthienne dans les bâtiments actuels en Asie, chercher un tissu léger pour coudre une blouse/chemisier, sortir du magasin avec trois tissus, se dire que ça suffit et que je n’irai pas au Stoffenspektakel, changer d’avis à cause de la Princesse, se promettre de ne pas dépenser plus de 50€

Samedi: mal de gorge, trop de choses à faire en trop peu de temps, lessive, courses, ballade en ville, jolie broche au Second Life Festival à la Tentation, expo photo Cas Oorthuys, tenter de ne pas s’abîmer les talons sur la Grand Place, marcher sur la pointe des pieds, thon cru mariné dans du citron et du lait de coco, The best exotic marigold hotel – un film feel good et qui donne confiance dans les années qui s’accumulent

Dimanche: sensation d’étouffement pendant le sommeil à cause de la gorge gonflée, lessive, vite vite un peu de couture, début de rangement, Louvain, Stoffenspektakel avec la Princesse et sa Queen Mum, peu d’achats finalement, encore un peu de couture, renne, surf, satisfaction d’un w-e réussi

Et vous, comment a été votre semaine ?

Les règles du jeu

Amor Towles, Les règles du jeu: tentée par une quatrième de couverture attrayante et par divers articles sur le net, notamment celui d’Armalite, je me suis lancée dans la lecture de ce livre qui raconte une année dans la vie de Katey Kontent, dactylo dans un grand cabinet juridique de New York à la fin des années 30. De rencontre en rencontre, elle s’immisce dans les milieux aristocratiques et est invitée à de nombreuses fêtes, apprenant en même temps les « règles du jeu », les règles concernant les relations entre personnes de la bonne société. J’ai aimé la description de l’époque, de New York, d’une manière de vivre mais j’ai trouvé certains passages un peu longs. Je pense que je m’attendais à autre chose, je m’étais imaginée la vie de Joan (de Mad Men) dans les années 30…

Short diary of the week (VI)

Lundi: pas trop mal dormi finalement, se lever avec les pieds de plomb, beaucoup soupirer, s’isoler dans le bureau puis, enfin, socialiser un peu et se rendre compte que ça fait du bien, tenir quatre semaines complètes, puis vacances, entretien annulé, apprendre la géographie du Canada, se faire interviewer à propos du burlesque, du vintage et du féminisme, traîner devant la tv

Mardi: mauvaise nuit sans raison particulière (serait-ce dû à un additif présent dans la soupe toute prête que j’ai mangée hier soir ?), oublier de mettre du rouge à lèvres, voyage en Afrique, le long du Nil, se souvenir des Lesothoiens du groupe du Lesotho vu l’année passée au Womex, avec leurs bottes en caoutchouc, la couture à la main, c’est reposant, il ne reste plus que la boutonnière et le bouton à coudre, Walking Dead, Masterchef The Professionals sur la BBC, gros découragement

Mercredi: vive la procrastination, mal de tête, déballer un colis, journée un peu perdue, préparer la réunion, fantasmer sur son propre magasin de tissus et patrons, rentrer dans le noir, ne pas aimer ça, donner rendez-vous à sa voisine à Phnom Penh, traîner devant la tv, Jani rhabille un magnifique (hmmm) couple de west-flamands (qui me rappellent un mot souvent utilisé par ma grand-mère, un « boy », qui veut dire « pull »), s’endormir comme une masse, à peine entendre diane rentrer du concert de Godspeed You Black Emperor

Jeudi: ne pas vouloir, pas grand monde de présent, une réunion qui se passe mieux que prévu, où tout le monde participe tout le temps, plus personne ou presque dans le couloir, être accueillie par une assiette de charcuterie, boire du vin, s’endormir comme une masse

Vendredi: vaccin et autres prescriptions, je n’avance pas vite dans mon roman, mal au bras à cause de la piqûre, recevoir des compliments pour la réunion d’hier: « tu semblais plus détendue » –  » c’est peut-être parce que je n’avais pas trop préparé ! », attendre l’iPad mini avec impatience, chercher déjà des app à installer, en trouver une qui gère patrons et tissus, avoir l’impression en rentrant dans le noir qu’il est déjà 22 heures et ne pas aimer ça, sole limande fourrée à la tapenade d’olives/de poivrons

Samedi: réveil matinal, je ne dors que rarement au-delà de 8h30 le w-e ces derniers temps, tant mieux, ça me donne l’occasion de faire plein de choses, internet dans le canapé, 20 minutes de vélo en lisant, 7 tissus différents pour peu d’argent, mais ça pèse, transporter un rouleau de plastique pour recouvrir la table, plus de bras en rentrant, ranger tous les tissus et fournitures de couture dans les nouveaux tiroirs (ceux achetés en septembre et enfin montés – merci diane !), pâte de curry vert, arômes d’ail

Dimanche: réveil matinal, hésiter entre le 240 et le Circa 51 à Phnom Penh, le 252 étant déjà complet, 20 minutes de vélo en lisant, restes du curry vert, jardinage express: couper toutes les plantes qui ont gelé, fin de la jupe avec couture de bouton et boutonnière (pour les photos, il faudra attendre – elles étaient toutes floues), suite de la robe, casser de la goule vorace, trouver que les w-e sont trop courts, faisan sauce au marsala, Surfwise, un très bon documentaire

Chapardeuse

Rebecca Makkai, Chapardeuse: premier roman de l’américaine Rebecca Makkai, il raconte l’histoire de Lucy, bibliothécaire célibataire et pas encore trentenaire. Elle vit dans une petite ville perdue du Midwest et se lie d’amitié avec un petit garçon âgé de dix ans, Ian, issu d’une famille chrétienne fondamentaliste et homophobe. Le garçon utilise tous les stratagèmes possibles pour pouvoir lire le plus possible, y compris les livres interdits par sa mère (les thèmes exclus sont entre autres la sorcellerie, Halloween, satanisme, Roald Dahl, Harry Potter…). Un matin, Lucy le découvre dans la bibliothèque, il y a passé la nuit. Au lieu de le ramener chez ses parents, ils partent ensemble sur les routes d’Amérique pour un road-trip dans lequel Lucy se découvre elle-même et s’interroge sur ses racines russes. Le ton est assez léger, rêveur, ponctué de notes d’humour. Un joli roman très agréable à lire et qui ne se termine pas tout à fait comme prévu.

Short diary of the week (V)

Lundi: tousser une partie de la nuit, mal réveillée, nausée à cause des transports en commun, froid, j’aurais dû sortir ma doudoune et mettre un pull en plus, ne pas réussir à se concentrer, toujours se poser des questions, attendre la fin de la journée pour des réponses, centre ville sous la pluie, repas thaï au Buddasia, bien mais rien de spécial, discuter, se mettre d’accord, tenter de trouver une date, rentrer avec une grosse boule d’angoisse, être super excitée en même temps, toux + vin + angoisses = insomnie

Mardi: fatigue, discuter de dates, avoir du mal à travailler, revoir la psy pour une dernière fois, avoir une crainte en appelant son papa qui est totalement enthousiaste en entendant le projet, le final de Hell on Wheels – enfin, dormir – bien

Mercredi: acheter deux tickets d’avions, excitation, avoir du mal à travailler, ne pas y croire vraiment, réunion assez horrible, oublier ces informations, douter de l’intérêt de ce journal, ne plus rien y écrire, passer quatre jours de congé en profitant de chaque moment

Dimanche: au soir, les angoisses par rapport au travail reviennent, après avoir été occultées pendant quelques jours, se distraire avec un film niais d’époque mais oh si joli, Neptune’s Daughter, (avec Esther Williams et Xavier Cugat, dans une scène d’exotica magnifique), pleurer dans le lit, ne plus vouloir aller travailler mais être coincée, ce n’est pas le moment de se retrouver au chômage, appréhender la semaine qui vient, appréhender le futur au travail, s’endormir quand même

(ça vous intéresse, ce journal ? je continue ?)

Challenge Joyce Carol Oates

Joyce Carol Oates est un auteur qui décidément me plaît beaucoup. Sa bibliographie étant assez prolifique, j’ai envie de m’imposer un challenge: lire tous ses romans par ordre chronologique (sauf ceux que j’ai déjà lus), en fonction des disponibilités en français et anglais. Je supprime cependant le théâtre, les essais et les livres pour enfants mais je garde les romans écrits sous pseudos, ceux pour ados et les nouvelles (même si j’ai un doute pour celles-ci, je n’aime pas trop ce format). En noir, les romans (y compris sous ses pseudos Rosamond Smith et Lauren Kelly) (y compris ce qu’on appelle en anglais « novella »); en bleu, les recueils de nouvelles et en vert les romans « young adult ». Quand je l’ai trouvé, j’ai indiqué le titre en français. Je sais qu’avec ce challenge je suis partie pour quelques années mais peu importe, je ne me donne pas de limite dans le temps: j’ai la vie devant moi !

Si vous voulez participer, vous êtes les bienvenus, que ce soit pour un ou plusieurs livres, dès le début ou en cours de route ! Quand je commencerai un livre, je le dirai sur la page facebook du blog mais vous pouvez aussi prendre de l’avance en suivant la liste ci-dessous. Les trois premiers étant épuisés, le premier à lire est « A garden of earthly delights ». Au moment où je publie mon article compte-rendu, prévenez-moi en commentaire si vous l’avez lu, avec un lien vers votre article ou si vous n’avez pas de blog, écrivez-y votre compte-rendu ou vos impressions.

  • By the North Gate (1963) (épuisé)
  • With Shuddering Fall (1964) (épuisé)
  • Upon the Sweeping Flood And Other Stories (1966) (épuisé)
  • A Garden of Earthly Delights (1967) – Le jardin des délices (ici – épuisé en fr)
  • Expensive People (1968)
  • them (1969) – Eux (existe en poche en fr)
  • The Wheel of Love and Other Stories (1970)
  • Wonderland (1971)
  • Marriages and Infidelities (1972) – Mariages et infidélités
  • Do With Me What You Will (1973)
  • The Goddess and Other Women (1974)
  • The Hungry Ghosts: Seven Allusive Comedies (1974)
  • The Assassins (1975)
  • Childwold (1976)
  • The Triumph of the Spider Monkey (1976)
  • Night-Sides (1977)
  • Son of the Morning (1978)
  • Cybele (1979)
  • Unholy Loves (1979) – Haute enfance
  • Bellefleur (1980) – Bellefleur
  • Angel of Light (1981)
  • A Bloodsmoor Romance (1982) – La légende de Bloodsmoor
  • Mysteries of Winterthurn (1984) – Les mystères de Winterthurn
  • Solstice (1985) – Solstice
  • Marya: A Life (1986) – Marya
  • You Must Remember This (1987)
  • (Rosamond Smith) Lives of the Twins (1987) (U.K. title: Kindred Passions)
  • The Assignation (1988)
  • American Appetites (1989)
  • (Rosamond Smith) Soul/Mate (1989)
  • Because It Is Bitter, and Because It Is My Heart (1990) – Cette saveur amère de l’amour
  • (Rosamond Smith) Nemesis (1990)
  • I Lock My Door Upon Myself (1990)
  • The Rise of Life on Earth (1991) – Au commencement était la vie
  • Where is Here? (1992)
  • (Rosamond Smith) Snake Eyes (1992)
  • Black Water (1992) – Reflets en eaux troubles
  • Foxfire: Confessions of a Girl Gang (1993) – Confessions d’un gang de filles
  • Haunted: Tales of the Grotesque (1994)
  • What I Lived For (1994)
  • Zombie (1995) – Zombi
  • (Rosamond Smith) You Can’t Catch Me (1995)
  • Demon and other tales (1996)
  • Will You Always Love Me? And Other Stories (1996)
  • We Were the Mulvaneys (1996) – Nous étions les Mulvaney
  • First Love: A Gothic Tale (1996) – Premier amour
  • Man Crazy (1997) – Man crazy
  • (Rosamond Smith) Double Delight (1997)
  • The Collector of Hearts: New Tales of the Grotesque (1998)
  • My Heart Laid Bare (1998)
  • Broke Heart Blues (1999)
  • (Rosamond Smith) Starr Bright Will Be With you Soon (1999)
  • Blonde (2000) – Blonde
  • Faithless: Tales of Transgression (2001)
  • Middle Age: A Romance (2001)
  • (Rosamond Smith) The Barrens (2001)
  • I’ll Take You There (2002)
  • Beasts (2002) – Délicieuses pourritures
  • Big Mouth & Ugly Girl (2002) – Nulle et grande gueule
  • The Tattooed Girl (2003) – La fille tatouée
  • (Lauren Kelly) Take Me, Take Me With You (2003)
  • Rape: A Love Story (2003) – Viol, une histoire d’amour
  • Small Avalanches and Other Stories (2003)
  • Freaky Green Eyes (2003) – Zarbie les yeux verts
  • I Am No One You Know: Stories (2004)
  • The Falls (2004) – Les chutes
  • Missing Mom (2005) – Mère disparue
  • (Lauren Kelly) The Stolen Heart (2005)
  • The Corn Maiden: A Love Story (2005)
  • Sexy (2005) – Sexy
  • The Female of the Species: Tales of Mystery and Suspense (2006)
  • High Lonesome: New & Selected Stories, 1966-2006 (2006)
  • Black Girl / White Girl (2006) – Fille noire, fille blanche
  • (Lauren Kelly) Blood Mask (2006)
  • After the Wreck, I Picked Myself Up, Spread My Wings, and Flew Away (2006)
  • The Museum of Dr. Moses: Tales of Mystery and Suspense (2007) – Le musée du Dr Moses: histoires de mystère et de suspense
  • The Gravedigger’s Daughter (2007) – La fille du fossoyeur
  • Wild Nights! (2008)
  • My Sister, My Love (2008) – Petite soeur, mon amour
  • Dear Husband (2009)
  • Little Bird of Heaven (2009)
  • Sourland: Stories (2010)
  • A Fair Maiden (2010)
  • Give Me Your Heart: Tales of Mystery and Suspense (2011)
  • The Corn Maiden and Other Nightmares (2011)
  • Black Dahlia & White Rose (2012)
  • Mudwoman (2012)
  • Carthage (2013)
  • The Accursed (March 2013)