4 years

Le grand événement de l’année 1975 est le début des 15 ans de scolarité obligatoire. Le jour de la rentrée, ne sachant pas encore qu’elle serait coincée pour les années à venir, la petite fille était toute excitée. Elle tournait sur elle-même dans le hall d’entrée et ce qui devait arriver arriva: elle tomba sur un meuble et s’ouvrit la lèvre. La cicatrice, quoique quasi invisible, est toujours là. Pour la consoler, elle reçut un grand ours en peluche, Oscar.

Le midi, sa gardienne Mimi venait la chercher à pied et elles mangeaient ensemble. A 16h, c’est toujours elle qui venait la chercher, sauf si ses parents étaient libres plus tôt. Sa maman ne travaillait pas tout près, elle prenait le tout nouveau ring tous les jours pour aller au Heysel. Son papa par contre n’était qu’à 10 minutes en voiture.

En ce mois de septembre, elle reprit une habitude prise l’année précédente: elle demanda à son père des voyages dans le panier à pommes.

L’année fut calme, si on exclut quelques moments où la petite fille montra son caractère. Un jour, à l’école, dans la classe de Madame Monique, elle s’ennuyait, n’arrivait pas à se décider pour une activité et quand l’institutrice lui en imposa une, elle fit une sacrée crise. Madame Monique dut l’attacher à sa chaise pour la calmer, ce qui fut très mal pris par la maman, surtout quand elle retrouva des touffes de cheveux arrachés par la même occasion.

Sur la photo, prise en juillet 1976, on voit en arrière-plan les sapins de Noël plantés. Ils deviendront immenses… On y voit aussi que la petite fille porte des sandales Teko (achetées chez Dujardin bien sûr), une constante pour les 5 années à venir.

9 réponses sur « 4 years »

  1. Ca veut dire que vous êtes née en 1971, alors, non ? Pour ma part, en septembre 1975… J’entrais en rhéto o;) – C’est joli comme récit de vie o:))) Et j’avais aussi des vêtements de chez Dujardin, mais vu mon âge o;) du NewD… Quel goût avaient les vendeuses du NewD ! Elles avaient le chic pour assembler de si jolies choses! J’ai gardé au moins deux chemisiers que j’adorais, dont un multicolore dans les tons de violet/prune/rouge, avec un noeud, un petit gilet sans manches, et une robe chemisier à ramages rouges de 1972… (Et il y avait la même en vert et en bleu).

    1. Ma maman achetait des vêtements chez NewD, et chez Bouvy, à côté. Elle aimait bien ce côté très classique, bourgeois même. Moi je me suis distanciée de ce style pour aller vers quelque chose de plus personnel, inspiré des années 40-50.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.