Short diary of the week (II)

Lundi: subir les conséquences des larmes, insomnie, maux de tête, fin d’un long travail, obsession du moment: avoir une taille plus fine, abdos en regardant un épisode de Vampire Diaries, discussion avec diane sur les soucis du moment

Mardi: le roman tire un peu en longueur, drink, mangé trop vite, défaire un bouton de la jupe, finir la pochette avec une magnifique (presque) boutonnière, conversation autour de beaux livres de vêtements historiques, les odeurs de feu ouvert ont remplacé celles des barbecues, l’histoire de Bates et Anna tire en longueur, celle d’Ethel ne m’intéresse pas, d’ailleurs diane s’est endormi

Mercredi: éviter la conversation avec un collègue précis, pas envie de lui dire comment je vais, fermer dorénavant ma porte le matin pour l’éviter, écouter Nick Cave parler Khmer, envie de repartir au Cambodge, 825 euros le ticket d’avion, journée qui semble longue, râler parce que toutes les activités intéressantes se passent la semaine prochaine pendant mon absence, repas complètement raté pour cause de mauvaise huile, enfin le bisou dans Hell on wheels

Jeudi: faut-il écrire uniquement quand on se sent bien ?, réunionite aigüe, vivement le soir avec câlins feel good, angoisses qui montent: je n’aime pas partir seule, tenter de diriger un peu la réunion, recevoir des remarques quand on signale qu’il est l’heure d’arrêter, ne plus avoir envie de rien et avoir mal de tête, dispute, vider son sac et devenir sereine à nouveau, soirée toute douce

Vendredi: un documentaire sur le cinéma khmer, la journée “après”, maki et sashimi maison, sourire avec TBBT

Samedi: trouver le moment sans pluie pour aller acheter des enveloppes, prendre un livre et le remettre en place, prendre un autre livre, un Joyce Carol Oates, pour un futur challenge, et le remettre en place, faire les courses, attendre le paternel qui “allait faire vite”, se faire mouiller, profiter du cocon chaud de la maison, se perdre dans le jeu, finir la partie, épisode 2 de The Bletchley Circle, définitivement une bonne série

Dimanche: rêves bizarres, filmés et montés comme au cinéma, écrire des articles sur les livres lus sans réussir à rattraper le retard, faire la feignasse pour faire ce qui devait être fait en ce jour, tenter un “brouillon” de jupe et se rendre qu’une taille haute ce n’est pas pour moi, gibier – mmmmmmh, 3,50 euros pour juste la partie du Lonely Planet Grèce qui m’intéressait – direct en PDF sur mon reader, reconnaître Fleur de Guerre comme Julie Oakwood, même si ce n’est pas confirmé, profiter de la dernière soiré en couple avant une semaine (c’est long !)

Le “short diary” devient long. Je me demande si ça vous intéresse, en fait…

10 thoughts on “Short diary of the week (II)

  1. Beaucoup de choses…
    Moi j’ai plus de choses à dire quand je ne suis pas bien. Cet état d’esprit amène à une remise en question qui est toujours intéressante même si quelques fois douloureuse. Et la remise en question, c’est tout sauf pour les cons🙂

    Et partir seule, je l’ai quasi toujours fait. Il faut un peu se forcer pour y trouver son compte mais il y a des avantages: tu fais connaissance avec de nouvelles personnes par hasard, tu fais UNIQUEMENT ce que tu veux sur ton temps libre, tu pètes sous le lit sans t’accorder de répit, ni à toi, ni à la couette, tu allonges ou au contraire racourcis tes temps de visite selon ce qui te plaît sur le moment ou pas, pas besoin de courir pour les désidératas des autres, tu fais à ton rythme et tu profites du coup des fois mieux de certaines choses. En gros, tu ne fais pas de concessions, sauf peut-être sur les portions au resto🙂

    1. J’ai aussi souvent plus besoin de parler quand ça va mal, d’où ce journal où je tente de dire quand ça va bien aussi😉
      Moi j’ai toujours eu du mal à partir seule (et donc je ne l’ai quasi pas fait). Là je serai quand même obligée de parler avec des gens que je connais mais je laisserai aussi le hasard faire les choses et je m’obligerai à ne pas faire des choses que je n’aime pas (genre suivre 15 personnes au resto).

  2. Je trouve ça sympa, de suivre ta semaine, de voir comment tu vas, comment tu bouges ;o)
    Plein de bises !!!!

    1. Je vais à Thessalonique pour le travail. Si j’ai de la chance, je verrai quelque chose de la ville, alors les Météores… Je pourrais ressortir les photos de mon voyage de rhéto.

  3. ah si, je me rends compte que ma phrase prête à diverses interprétations: en fait, j’ai pris la voiture plutôt que d’y aller à pied/en vélo. D’où la feignasse !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s