Le sillage de l’oubli

Bruce Machart, Le sillage de l’oubli: une histoire, trois temps: 1895, 1910, 1924. Trois temps dans la vie de Karel, éleveur/paysan du Texas profond. Sa vie est rude, tout comme le sont les relations avec son père, qui a tout d’une brute insensible. Ce dernier lui a toujours reproché le décès de sa femme bien aimée lors de sa naissance. Ses quatre fils ne sont que main-d’oeuvre malléable à souhait et il n’hésite pas à parier ses terres lors de courses de chevaux.  Bruce Machart a souvent été comparé à William Faulkner (que je n’ai jamais lu) et à Cormac McCarthy, ce qui m’a attiré vers ce roman. L’écriture est dense, poétique mais précise, toujours juste et traduit parfaitement bien les obsessions des personnages. Le sillage de l’oubli est un roman que je n’oublierai pas de sitôt et les nombreux éloges sont mérités. Lisez-le !

2 réponses sur « Le sillage de l’oubli »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.