Burlesque doesn’t interest me anymore

Il y a deux ans, j’étais pleine d’enthousiasme pour le burlesque et je regrettais qu’il y ait si peu de spectacles en Belgique. Il y a un peu plus d’un an, je lançais un site reprenant l’agenda des événements. Depuis l’automne, je ne le mets plus à jour. Je suis déçue. C’est un peu comme un soufflé qui est retombé: la base n’est pas mauvaise mais il manque le “wow factor”. Glitter, plumes et paillettes ne m’inspirent plus.

Les spectacles que j’ai vu m’ont fait rêver… ou pas. Trop de lieux inadaptés, trop d’horaires non respectés. Les soirées “Rocambolesque” proposaient des artistes internationales de qualité mais des problèmes divers (sonorisation défectueuse, plancher qui se décompose, plafond trop bas…) ont fortement diminué le plaisir. Les spectacles menés par Lady Flo montraient du burlesque classique, sur des thèmes précis, très bien organisés dans de beaux lieux comme La Riva à Anvers. Mais j’en ai vu trop. Jusqu’à cinq fois le même effeuillage en quelques mois, ça lasse. Je comprends bien qu’il n’est pas possible de renouveler les numéros dans un si court laps de temps mais j’ai juste vu trop de burlesque du même style. Si des artistes d’autres genres (du plus rêveur au plus trash/féministe) avaient proposé des spectacles en Belgique, je ne dirais sans doute pas la même chose.

Depuis, je ne suis plus tentée: le Cabaret des Deux Gares est trop excentré et semble être trop dans l’esprit années folles que je n’aime pas (je ne supporte pas le film Cabaret ou Marlène Dietrich en smoking). Et si je ne me déplace pas pour des spectacles bruxellois, j’irai encore moins voir des spectacles en province où des débutantes tentent de remporter les faveurs du public en restant souvent dans des pièces fort convenues, musique y compris. Je l’ai fait une fois, j’ai été voir les Schoon Madammen à Gand et je disais ceci: “De bien jolies choses, pas mal de timidité, des morceaux plus ou moins au point, certains plus originaux que d’autres, du burlesque qui ne l’est pas, comme du pole dancing ou de la voltige.” Je suis aussi désolée de dire qu’un spectacle annoncé par un flyer moche, utilisant des polices de caractères inappropriées ou trop nombreuses et incluant des fautes d’orthographe, ne m’attirera pas. Ceci étant le cas d’ailleurs pour n’importe quel événement.

J’ai suivi quelques workshops qui m’ont beaucoup plu et fait du bien à mon ego, mais j’ai eu ma dose. Je sais maintenant me maquiller et faire les mouvements de base, je sais comment marcher mais toujours pas comment me coiffer. J’ai l’impression que cela devient de plus en plus des divertissements pour enterrement de vie de jeune fille, juste après l’atelier cupcakes.

Ce samedi, je tente une soirée Radio Modern (dont certaines affiches ont été dénaturée par des trèfles de la Saint-Patrick, beurk !), mais si c’est aussi un échec, on ne me verra plus à des événements du genre et je serai convaincue que le Bruxellois moyen (et le Wallon) n’en n’a rien à foutre du rétro, ou alors juste parce que c’est hype. Sauf que le burlesque n’est même pas devenu hype en Belgique. C’est juste devenu une mode comme une autre, qui va disparaître après un certain temps. Les spectacles sont loin de refléter la folie, l’élégance et les paillettes de la grande époque américaine des Ziegfeld Follies. Mais peut-être n’ai-je rien compris, peut-être dois je m’adapter aux goûts de la masse et “liker” ce que des magazines populaires comme le ELLE ont buzzé.

(merci à La Princesse pour quelques bouts de phrases !)

15 thoughts on “Burlesque doesn’t interest me anymore

  1. Tu n’es en aucun cas obligée d’aimer ce qui est populaire. Par contre, il est vrai que quand on a des goûts un peu originaux ou décalés, il est plus difficile de trouver des choses qui les concernent… ce qui ne m’arrange pas forcément non plus, mais qui me paraît logique somme toute.

    1. oui, voilà, surtout au niveau sorties, j’ai beaucoup de mal à trouver des choses qui conviennent à mes goûts un peu originaux… Je pensais avoir trouvé avec le burlesque, et puis finalement non… Je parlerais peut-être différemment si j’habitais à Paris ou Londres.

  2. Et pour commenter plus serieusement, la catastrophe des premières soirées n’a pas aidé je pense. On pardonne une soirée approximative, pas toutes, surtout quand le spectateur est traité avec une affolante désinvolture.

    Et je trouve que cela a très, trop vite été vidé de sa substance, et réduit à sa plus simple expression pour être mieux diffusé (et un peu galvaudé, soyons honnêtes). (Le jour ou j’ai vu que TF1 en parlait, bon, ben…voila ! )

  3. Le problème, c’est que si un mouvement reste confidentiel, il ne bénéficie que de peu de moyens financiers et matériels, donc forcément, il ne va pas décoller de l’amateurisme crasse des rares soirées burlesques auxquelles j’ai assisté (je ne parle pas des numéros, certains étaient très bien, mais de l’organisation globale). Pour se développer vraiment, il a besoin d’acquérir une certaine popularité. On ne peut pas espérer des spectacles nombreux et géniaux, mais néanmoins confidentiels!

    1. J’ai assisté à des soirées d’amateurs mille fois mieux que ça. Là c’était juste un gros mépris de l’organisation.
      Mais je pense que le burlesque n’a jamais vraiment decollé à Bruxelles, et intéressé plus que quelques personnes déja amatrices de rétro. Déjà, quand tu mets une fleur dans tes cheveux en ville, tu as l’impression que c’est le début de la fin, tant les gens regardent peu discrètement ! Alors, forcement, glitter et plumes…

  4. J’aurais aimé lire la première mouture.
    Je n’ai finalement encore jamais vu de spectacle burlesque, si ce n’est quelques extraits, probablement les croutons qui nagent sur la créme, du burlesque de masse, hype & tendance.
    Mais j’ai eu l’occasion de voir le trashy dvd “Too much pussy” (TZ3402)
    Féminisme queer porno punk décalé, mais néanmoins plein de poésie.
    J’ai adoré!

  5. Très beau commentaire ! Je ne suis pas fana du burlesque comme on en voit à Bruxelles et je comprends bien ton dépit. J’ai pour ma part fait la première du théâtre des deux gares et après la première j’ai compris que ça n’était pas mon truc.

    Pour le voyeur qui a eu sa place bon marché je suppose que l’avis est différent mais quand on aime le pectacle dans tout ses genres, se taper 6 à 8 déshabillage de suite, ça lasse l’oeil..surtout que les numéros finissent toujours de la même façon, aucun fil conducteur autre que le strip-t… pas de travail ou d’histoire de fond…bref comme toi, j’en ai trop vu lol et j’ai vite compris que ça ne convenais pas.

  6. Parmi les spectacles que j’ai vu, certains avaient un fil conducteur et franchement, les effeuillages ne m’ont pas lassée, mais il est possible que ce soit le cas dans d’autres.
    J’aime toujours le burlesque mais tel qu’il est présent aujourd’hui en Belgique, il ne m’intéresse plus. Je changerai d’avis s’il y a des nouveautés !

  7. C’est vrai que le burlesque est devenue trop tendance. J’etais vraiment fan il y a 7-10 ans mais aujourd’hui il y a une manque d’ame dans les spectacles. (Desolee pour mon francais moins que parfait…ce n’est pas ma langue maternelle.)

    1. Exactement !
      In the meantime, two years after this article was written, there almost nothing anymore in Belgium. But I heard there are some underground things happening, maybe I’ll have the occasion to see it one day.
      And so you see why I’m interested in exotic dancers ! Your French is very good (and I try not to make too many mistakes in English😉 )

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s