Happy and sad Christmas

diane me disait hier soir que c’était le meilleur Noël qu’il avait vécu depuis longtemps. Je ne peux pas dire le contraire: samedi soir, un repas à deux, dimanche, un dîner avec mon papa et sa compagne, sans stress et sans problèmes,avec des sujets de conversation divers. Mais je me sens triste et un peu déprimée. C’est à Noël, fête familiale par excellence, que je me sens la plus seule. J’aimerais pouvoir fêter en famille, avec des frères et sœurs, des neveux et nièces. Je sais bien que les fêtes sont difficiles pour beaucoup de personnes, ravivant des disputes ou des contentieux anciens. Mais l’image véhiculée est celle du bonheur. Et je sens que j’ai beaucoup de mal à être heureuse. Je ne sais pas comment faire. Mes quarante ans approchent et me font peur. Je me sens vieille et plus vraiment à ma place. Je n’ai pas eu d’enfants et je sens maintenant que je le regrette (même si on me dira que je peux encore). Les occasions ne se sont pas présentées, j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps entre mes 15 et 30 ans. A cause de ma timidité maladive mais aussi en m’accrochant aux mauvaises personnes. J’ai rencontré diane qui m’a apporté beaucoup. Mais l’année écoulée a été extrêmement difficile, remettant en question beaucoup de choses;  je n’ai quasi pas accordé d’importance à moi-même, m’occupant des autres au point de ne plus pouvoir, sans pouvoir déléguer pour cause d’absence de personnes à qui déléguer. Et maintenant que cela va mieux, je me sens vide et seule. Je sais que je ne peux pas rester comme ça mais j’ai du mal à trouver de quoi remplir ce grand vide en moi. J’espère sincèrement que 2012 apportera des réponses… (désolée pour le côté déprimant de ce billet – parfois il vaut mieux mettre les choses à plat avant de pouvoir reconstruire…)

10 thoughts on “Happy and sad Christmas

  1. Depuis que j’ai lu ton post hier soir, je cherche quoi te répondre. Mais la vérité, c’est que je ne me suis pas sentie seule depuis près de 20 ans, et que je crois ne jamais m’être sentie vide, ou si brièvement que je ne m’en souviens plus. Donc, je ne peux pas parler d’expérience. Il me semble tout de même que ça fait assez longtemps que tu cherches à combler un vide, disons, “spirituel”, en entassant des choses matérielles telles que vêtements, fards à paupières, chaussures ou même bouquins. Ce qui revient un peu à donner de l’herbe à manger à un tigre. Ca ne peut pas marcher.

  2. oui, c’est tout à fait, le problème, c’est que je n’arrive pas trouver de quoi combler ce vide. Je suppose que ce sera un but pour l’année qui vient, mais il faudra me donner des idées !

  3. Je te lis depuis quelques mois et je ne ressens pas ce”vide” dans ta personnalité,au contraire(je sais bien que ce que TU ressens et ce que les autres perçoivent n’a rie à voir mais bon). Au contraire,tu sembles être une personne qui s’interroge beaucoup sur le sens de la vie et qui n’est jamais satisfaite ni sereine et très dure avec toi-même.Les gens “satisfaits” sont souvent un peu superficiels(enfin,c’est ce que j’éprouve souvent en leur compagnie!) mais ils sont généralement “heureux” car ils ne se posent pas trop de questions.

  4. Merci pour ce commentaire ! J’aime beaucoup ta manière de voir les choses. C’est vrai que je suis assez exigeante avec moi-même et j’ai du mal à laisser couler les choses.

  5. Je suis assez d’accord avec Anneso.
    Par ailleurs, si je peux ressentir une partie de ton malaise, je me doute aussi qu’il a des ramifications dont je ne connais rien. C’est pourquoi je ne sais pas du tout si ce que je vais dire sera utile, mais je tente d’apporter ma pierre…
    J’ai souvent voulu combler le vide (presque) uniquement par une démarche qui partait de moi, de façon consciente, voulue, presque “déterminée”, dans l’idée de trouver une réponse à mes questionnements et à mon malaise, de me “réparer”. En fait, cette façon de faire brusque le réel et c’est très dur envers soi. Dans mon cas, c’était presque de l’auto-sabotage par bonne volonté.
    Je ne sais pas expliquer au juste comment j’ai fait après, mais me rendre compte de ça m’a aidé. Il n’y a pas eu de grand bouleversement mais une sorte de fluidité s’est installée (bien que la zenitude soit encore loin, je suis souvent morte d’angoisse, etc. etc.).
    L’idée d’avoir perdu du temps aussi est paralysante parfois. Je pense qu’elle disparaît petit à petit quand on occupe “l’ici et maintenant”.
    Je te souhaite une jolie éclosion en 2012.

  6. Merci pour ton commentaire.
    Je ne sais pas trop encore comment tout ça se passe chez moi, j’ai l’impression que certains moments (les fêtes) sont plus difficiles et d’autres moins. En tous cas, j’espère que je trouverai des réponses en 2012. J’y travaille en tous cas…

  7. Je te sens tellement dure avec toi même, comme si tu te jugeais durement parce que tu tu ne te sens pas comme tu le voudrais.
    Vu ce que tu as vécu ces derniers mois, c’est assez normal que tu broies du noir maintenant que les choses vont mieux. Tu t’autorises enfin à te laisser aller. C’est normal et c’est tellement humain.
    Prends bien soin de toi.

  8. Est-ce que des ateliers comme ceux auxquels participe Armalite (et où elle a découvert Georges-Arthur) ne t’aideraient pas ? Pour être un peu guidée et accompagnée quand tu te confrontes à tes questionnements…

  9. J’y ai déjà pensé, je le ferai peut-être cette année. Entretemps, je vais déjà chez quelqu’un qui me fait beaucoup de bien via ses massages énergétiques et via les discussions que nous avons ensemble. Il n’est pas médecin mais c’est enfin quelqu’un qui prend le corps et l’esprit dans leur entièreté.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s