Kindle… or not ?

Depuis quelques semaines, j’ai beaucoup entendu parler des e-reader, liseuses (pour moi, c’était un genre de châle/gilet en tons pastels pour mamies), livres électroniques, etc., sans doute parce qu’on a beaucoup parlé du nouveau Kindle, enfin disponible en France. Partant bientôt en vacances et pesant le pour et le contre (vu que c’est bien d’une question de poids qu’il s’agit – le nouveau Neal Stephenson pèse 1,344kg), je m’intéresse à la question, compare les prix et les performances des différents appareils sur le marché. Le Nook de Barnes & Nobles a l’air très bien mais est réservé au marché américain, le Kobo by Fnac sort juste un peu trop tard pour que je puisse l’acheter avant mon départ, les modèles Archos, Sony et autres n’ont pas si bonne presse ou sont fort chers (179€ pour le PRS-T1 de Sony qui a l’air vraiment bien malgré tout – avec écran touch, ce qui manque au Kindle actuel). Bref, reste le Kindle.

Je me décide donc hier à l’acheter sur amazon.fr à 99€, avec frais d’envois gratuits et livraison pour la fin de la semaine, ce qui me permettait d’adopter la bête et de bien la remplir. Je le mets dans mon panier et c’est au moment de choisir mon adresse de livraison qu’amazon m’interdit de l’acheter et me renvoie au site américain. J’essaie également sur le site .co.uk mais même réponse. Je précise bien que nulle part sur les sites, il est écrit que c’est réservé à la France ou à la Grande-Bretagne, il faut effectivement choisir une adresse de livraison pour obtenir le message de refus. J’envoie un mail à amazon.fr et le service clientèle me rappelle dans l’heure, m’expliquant qu’il s’agit d’accords commerciaux et qu’ils ne peuvent rien faire pour moi, que je suis obligée de l’acheter sur le site américain mais que oui, je pourrai acheter mes livres électriques par la suite sur le site français (mais uniquement sur le français alors). Je ne comprends pas: l’Union Européenne n’a t’elle pas voté des lois pour la libre circulation des biens ?

De toutes façons, c’est trop tard, je partirai sans liseuse. Même si j’étais prête à payer 22€ de plus en commandant le Kindle aux USA, il n’arriverait pas à temps. Si j’y avais pensé plus tôt, Armalite était prête à le réceptionner pour moi à son adresse française. Mais elle est en Belgique pour le moment. Le seul point positif, c’est qu’à mon retour, le Kindle Touch sera peut-être disponible pour le monde entier et que je pourrai le comparer au Kobo by Fnac. Si j’ai un supplément de bagage pour cause de livres trop lourds, j’envoie la facture à Amazon ?

2 thoughts on “Kindle… or not ?

  1. Coucou la belle,

    le Sony est très bien d’après tous mes amis amateurs de numérique et autres informaticiens, et même d’après ceux qui éditent des livres numériques, et j’en connais un paquet, c’est un sujet que je suis de très près. Bises

  2. Entretemps, j’ai fait des recherches sur le Sony et je suis de plus en plus tentée… Seul son prix me rebute un peu, mais j’ai trouvé un site qui le vend à 150€, sauf qu’ils sont en rupture de stock – mais Sony aussi hier, mais plus aujourd’hui. A suivre donc !
    Bisous !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s