Blonde

Joyce Carol Oates, Blonde: voilà un livre qui était sur ma PAL virtuelle de puis des années ! C’est suite aux commentaires sur Petite soeur, mon amour que mon intérêt a été relancé et ma recherche en librairie a été fructueuse au premier essai. J’ai hésité pourtant devant la brique de 1100 pages mais le sujet me tentait. Pendant mon adolescence, je me suis intéressée à Marilyn Monroe (en même temps qu’à Madonna et aux stars d’Hollywood, pleine période brat pack), j’ai rêvé devant ses photos et ses films (dont je guettais le passage en télévision). D’où venait cette attirance ? Je ne saurais plus trop le dire… aujourd’hui, je suis bien plus critique envers elle et préfère de belles brunes comme Jane Russell !

Joyce Carol Oates prend Marilyn comme prétexte pour écrire un roman sur une actrice blonde, s’inspire de sa vie et parfois digresse complètement, inventant de nouvelles histoires comme cette relation avec Cass Chaplin. Son style change au fur et à mesure du livre, devenant plus haché, plus saccadé, traduisant par les mots la demi-folie et le mal-être de l’actrice. La chronologie aussi fait des bonds, tellement minimes qu’on ne s’en rend pas compte tout suite, mais ces allers retours retiennent l’attention, ajoutent de la force à certains événements.

Les passages décrivant Hollywood et Los Angeles m’ont ramené des années en arrière, à une époque où je lisais Less than zero de Bret Easton Ellis. Mon envie d’aller m’y perdre a été ravivée, et pourtant c’est un monde qui a l’air si superficiel. Raconter ainsi de l’intérieur la vie d’un personnage si connu apporte une autre dimension que juste une biographie mais je me suis ennuyée par moments. Le livre est trop long, trop touffu, reste stagner trop longtemps sur certaines parties de la vie. En même temps, je ne suis pas déçue de l’avoir lu, car comme je le disais plus haut, il m’a replongée dans des sentiments appartenant à mon adolescence…

3 réponses sur « Blonde »

  1. J’adore l’écriture de Joyce Caroll Oates, j’ai lu énormément de ses romans, c’est une des plus grandes dames de la littérature américaine 😉

  2. waouwaw ta plus belle critique de livre à ce jour mon amour, tu vois que tu sais écrire et transmettre ? Ressers moi ça plus souvent comme les bons petits plats dont tu as le secret, ça donne l’eau à la bouche rien qu’à te lire, le lire ma foi on verra bien ou cela me mène mais je comprend tes sentiments, moi c’est Louise Brooks qui me trouble depuis mon adolescence et l’ambiance sourde des bordels et bar clandestins, l’autre hollywood celui des ames perdues comme Less than Zero, un livre culte et nihilistique qui illustre si bien mon désespoir actuel. Heureusement tu es là et ça me comble, je ne suis pas facile à vivre, je ne l’ai jamais été mais ton impulsion de me donner des tâche m’aide à m’en sortir, tu donnes du sens à ma vie et ça c’est un trèsor, je t’aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.