Me too ???

Une semaine de congé de maladie m’a fait comprendre que moi aussi je suis sans doute à bout au point du vue du boulot. Voulant quand même essayer de mettre les choses sur la table et en discuter avec mon directeur, je suis au bureau depuis lundi, mais est-ce une bonne idée ? Je suis fatiguée, crevée même, j’ai des douleurs diverses (maux de ventre, tension très basse, nerf sciatique qui coince) mais j’ai du mal à lâcher prise. Je m’inquiète pour mon travail et surtout pour la quantité de travail que j’aurai à rattraper si je ne viens pas, surtout que je l’aime à la base, mon travail ! J’ai de la chance de pouvoir faire des découvertes constantes, d’apprendre tous les jours, de joindre l’utile à l’agréable en fait mais ce sont les nombreuses contraintes qui l’entourent qui me pèsent. Malheureusement, je n’aurai une entrevue avec mon chef que jeudi après-midi, après une réunion qui ne me dit rien qui vaille, dont rien que l’idée me rend déjà nerveuse… Que faire ?

9 thoughts on “Me too ???

  1. Je comprends que tu aimes ton travail, qu’il te tienne à coeur et que tu ne souhaites pas prendre de retard qui sera difficile à rattraper plus tard. Mais ce que je voulais dire sur FB par “la Terre ne s’arrêtera pas de tourner si tu prends un congé maladie”, c’est que… les boulots vraiment indispensables sont rares, et les nôtres, si intéressants qu’on les trouve, n’en font pas partie. Personne ne mourra si ta section de musique n’est pas à jour. Et si tu es réellement à bout, ta santé vaut plus que ton travail. La conscience professionnelle, c’est chouette, mais si tu te crames complètement à trop tirer sur la corde, ton travail n’y gagnera pas non plus!

  2. Oui, je sais très bien… d’ailleurs je n’ai aucun problème à prendre des vacances de trois semaines ! J’aimerais bien savoir ce que mon chef a à dire même si je ne suis pas sûre que ça va me plaire.
    L’autre problème dont j’aurais dû parler dans mon billet, c’est l’absence d’un médecin généraliste qui me plaise vraiment. Celui que j’ai est correct (quoique, c’est lui qui a prescrit les mauvais médicaments à diane) mais quand on téléphone, ce n’est pas sûr qu’il puisse recevoir le jour même et même s’il donne une heure fixe, il a toujours du retard.

  3. Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Armalite, tu ne dois pas laisser ton état déperir uniquement pas conscience professionelle.
    J’ai eu une situation récemment où je ne pouvais pas discuter de mes congés avec mon boss durant quelques jours, je t’en ai-vait parlé. Je comprends donc très bien ton angoisse, surtout qu’ici il s’agait d’une mise à table des sujets plus profonds! Mais garde l’espoir car en général, ce que l’on croit être un problème insurmontable et definitif, se révèle souvent tout à fait possible à négocier. Le tout, c’est de ne pas cacher ses inquiètudes… Courage!

    1. oh pour Sunalee je lui dis que son problème est interne à la boîte donc qu’on peut le résoudre même en grinçant des dents. Moi par contre c’est la mentalité de la clientèle qui me mets hors de mes gonds et changer ça…. ben c’est pas possible.

  4. Je n’attends en effet qu’une chose, c’est l’entrevue avec mon chef… mais je me sens super mal parce qu’il y a une réunion avant et que justement ce sont celles-ci qui me posent problème, parmi d’autres choses. Je voudrais bien tenir jusque demain mais après…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s