They wore their best dresses and dancing shoes !

Suite à mon billet précédent, La Princesse me proposait d’aller au cours de danse de Radio Modern au Jazz Marathon. Je dois bien dire que j’ai hésité un moment… je me sentais plutôt molle et surtout indécise ces derniers temps… mais le bon sens a pris le dessus: c’était la bonne occasion de sortir de chez moi et de m’amuser ! Et puis, nous nous sommes très vite mises d’accord: c’était également l’occasion de faire prendre l’air à nos jolies tenues et chaussures ! J’ai mis une petite robe estivale H&M et des chaussures à bride confortables pour danser tandis que La Princesse portait une magnifique robe vintage en brocart (je suis jalouse !).

Continuer la lecture de « They wore their best dresses and dancing shoes ! »

Things are finally happening

Midi Station est un restaurant que j’ai envie de découvrir, pourquoi donc ne pas y aller lors d’une soirée plus glamour ! Je ne sais pas si le 3 juin sera possible mais je retiens la formule pour le mois suivant.

Juliette Dragon et son Cabaret des Filles de Joie débarque à Bruxelles pour un week-end burlesque, avec ateliers et spectacles (saurai-je rester éveillée au-delà de 23h ?) chez Madame Moustache, au Café Central, chez Lady Paname et chez Mademoiselle François. Y serez-vous ?

(plus d’infos via Facebook, devenu le moyen le plus efficace pour s’informer)

Et aussi, Radio Modern à Bruxelles le 29 mai dans le cadre du Jazz Marathon. Plus d’infos ici.

Burlesque in Belgium

Anna Fur Laxis lors du premier Rocambolesque

Le burlesque en Belgique… ce n’est pas encore tout à fait ça. Et sachez que je parle de burlesque en tant qu’effeuillage, sans référence aucune au cirque ou a Buster Keaton.

Fin 2008, Carnaval Divine avait clôturé au Beursschouwburg une journée de réflexion sur subversion, sans qu’aucune publicité ne soit faite sur le sujet. C’est en consultant mes mails qu’une photo dans la newsletter avait attiré mon attention. C’est tout.

Depuis quelques mois, Radio Modern a lancé ses soirées Ne Vuilen Avond dans différentes villes flamandes, avec comme grand début, un concours pour trouver des danseuses de burlesque.  Bref, pas de noms connus lors de ces soirées, et la gagnante est paraît-il (d’après Melle Jean qui était membre du jury) très douée au point de vue technique mais à la limite de la vulgarité. Pas encore vu – j’attends que ça passe à Bruxelles pour tester. Ils ont prévu un festival de burlesque cet été, à Gand, pendant les Gentse Feesten. Bref à moins d’habiter sur place (et encore, beaucoup de Gantois fuient la ville à ce moment), difficile d’y aller et encore plus de rentrer.

Madame Moustache organise mercredi prochain un concert des Chevals, avec l’intervention de Miss Lalla Morte (comme « the legendary cabaret artist »). Sauf que je n’ai absolument pas envie de voir une fanfare, qu’elle soit funk ou d’un autre style. Et puis, Miss Lalla Morte va présenter quoi ? une, deux, trois pièces ? J’ai bien peur l’ambiance soit plus cirque que glamour… Je continue cependant à suivre le programme (via facebook).

Reste l’initiative de Laurence Burlesque et ses soirées Rocambolesque, dont j’ai déjà parlé ici. La troisième est prévue ce samedi. Et j’hésite fortement à y aller… Je n’ai pas envie de voir des pièces de quelques minutes entrecoupées de très très longues pauses. Je préférerais quelque chose de plus concentré, sur une heure – une heure trente, avec dj et soirée par la suite. Et je ne parlerai même pas de la prétention et de la suffisance extrêmes de Mr. B.

Tonight is the night but I’m so afraid

Après 18 ans, ce soir j’arrête – si je trouve le courage… Ce n’est pas simple… Je me pose beaucoup de questions. Est-ce que l’acné va revenir en force, est-ce que mon caractère va changer, est-ce que je serai à nouveau explosive par moments, ou hyper-émotive, est-ce que je serai à nouveau malade au point d’être pliée en deux en triturant un oreiller et pleurant  à chaudes larmes, est-ce que je serai de nouveau dans l’incertitude, ne connaissant jamais la date de début mais surtout, est-ce que ça résoudra le problème qui me titille depuis des mois ?????

Books, books, books

J’ai à nouveau pris du retard dans mes notes de lecture, la météo a été trop belle pour passer du temps devant l’ordinateur. Après avoir fini Les bienveillantes, il ne me restait qu’une semaine avant mon départ au Vietnam, il me fallait donc un livre court. Je venais d’acheter Viens plus près de Sara Gran que j’ai dévoré en moins de deux. C’est le roman d’une possession racontée du point de vue de l’héroïne qui ne maîtrise plus son corps et ses actions. Son entourage comprend encore moins ce brusque revirement de personnalité. 180 pages de récit qui mènent vers l’inéluctable, sans espoir de retour. Histoire qui traite du surnaturel tout en l’ancrant très fort dans la vie de tous les jours.

Encore quelques jours avant de partir, je me rabats sur Le cinquième évangile de Michel Faber dont j’avais adoré le roman fleuve La rose pourpre et le lys. Ici, il s’agit de la courte histoire d’un universitaire qui découvre un cinquième évangile remettant une bonne partie de la religion chrétienne en question et de l’édition de celui-ci. Bonne idée mais un peu bâclé. L’histoire s’arrête en plein milieu de l’action et ne creuse pas grand chose. Une déception.

Pour les vacances, retour vers des livres de poche que je peux traîner partout sans avoir peur des les abîmer. Il me reste des livres dans ma PAL mais je ne peux m’empêcher d’en acheter des nouveaux. Je commence cependant par Professeur d’abstinence de Tom Perrotta que diane avait commencé et abandonné l’année passée lors de notre voyage en Croatie (comme souvent, j’achète des livres pour moi mais quand je veux les lire, ils ont disparu dans les mains de diane !). Comédie de mœurs à l’américaine ne demandant pas trop d’attention, bref le roman idéal de vacances. Ruth est professeur d’éducation sexuelle dans une petite ville américaine mais elle doit revoir ses méthodes pédagogiques très ouvertes et directes avec l’arrivée de l’Eglise du Tabernacle, traditionaliste et puritaine. Tim, ancien rocker et amateur de femmes, s’est converti récemment. Ce qui devait arriver arriva, non sans quelques péripéties. Plaisant, drôle par moments mais sans plus. Meilleur cependant que Les enfants de chœur.

Pour continuer, le Neal Stephenson de voyage, Le samouraï virtuel (j’avais lu le Cryptonomicon en partie en Thaïlande). Conseillé par Stella Polaris, je renvoie à son commentaire pour me limiter à quelques impressions. J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire qui se passe dans un futur proche (juste ça déjà ne m’attire pas trop en général), il y a des longueurs mais une fois que l’auteur est entré dans le vif du sujet, les rapports avec le passé, avec l’histoire de la tour de Babel, j’ai trouvé ça passionnant ! De plus, la traduction ne m’a pas plu, j’ai l’impression que le traducteur a voulu bien faire mais n’a pas réussi à transposer le langage particulier de Neal Stephenson en français, (contrairement au Cryptonomicon mais c’est un autre traducteur). Et ce ne sont pas des paroles en l’air, j’ai reçu le livre en version anglaise à prêter pour comparer. Bref, bien mais pas top, et si vous voulez le lire, lisez-le en V.O. (Snow Crash) ! Cependant, ça m’a donné envie d’attaquer le Baroque Cycle mais l’ampleur de l’objet me fait un peu peur (le fait que ce n’est pas traduit également – je lis sans problème l’anglais mais je suis beaucoup plus lente).

De retour de vacances, un petit récit de voyage s’imposait, ne fusse que pour me donner de l’inspiration pour Suasaday ! Je me suis donc plongée dans Sur la Route 66. Petites fictions d’Amérique d’Eric Sarner. Au cours de ma lecture, je me suis rappelée avoir vu son documentaire sur le même sujet et m’être endormie devant. Idem pour le livre… comme beaucoup d’auteurs français de récits de voyage, il passe son temps à philosopher, à se mettre en avant, c’est très sérieux, poétique mais ça manque de vie.

Changement total de style avec Dead until dark de Charlaine Harris, qui a inspiré la série True Blood. En fait, impatiente de savoir ce qui va se passer dans la saison 3, j’ai commencé la série des bouquins par le 3e volume, Club dead. Comme le montre le teaser (qu’évidemment je ne retrouve plus), il y a des loups-garous ! Lecture facile mais bien construite, les moments d’action se succèdent à des moments plus calmes, plus descriptifs. Les scénaristes de la série ont ajouté beaucoup d’éléments  (le personnage de Tara, par exemple) mais ont malheureusement supprimé celui de Bubba – Elvis devenu vampire. Sookie est tout aussi naïve, si pas plus, et Bill aussi peu intéressant. Je ne sais pas si je parlerai de tous les volumes mais je compte bien continuer à lire la série (j’en ai encore trois qui m’attendent – merci Waterstone’s et les 2+1 gratuits !).

Ma PAL est à jour mais je suis horrifiée: je pensais que j’avais lu presque immédiatement tout ce que j’avais acheté cette année… Evidemment, dès que je mets les pieds dans une librairie, je ressors non pas avec un roman, mais trois. Et quand j’apprends qu’un de mes auteurs préférés vient de sortir un livre, il faut que je l’aie tout de suite (mercredi j’ai lu les Inrockuptibles qui parlaient du nouveau Stewart O’Nan – mercredi soir après le boulot, j’ai fait un détour par Filigranes pour l’acheter !).