Envie de maquillage

Pas encore de soldes dans les magasins vendredi, je me suis donc vengée en achetant du maquillage ! Le mien a toujours été assez basique, voire inexistant bien que je ne sorte presque jamais sans rouge à lèvre (toujours du Clinique d’ailleurs, surtout depuis qu’ils font du vrai rouge pin-up !). La lecture du blog d’Armalite, Le rose et le noir, m’a donné envie d’expérimenter un peu plus avec les ombres à paupières. Résultat: je me suis achetée une jolie palette de 4 couleurs… la vendeuse chez MAC m’avait maquillée avec le blanc (Chill) et le rose fuschia (Passionate) et ça donnait très bien, même avec mes lunettes (j’ai d’ailleurs réussi à le reproduire assez bien hier soir, au grand bonheur de Monsieur), j’avais aussi vu quelques clips de maquillage pin-up qui utilisaient le brun (Twinks). Le violet (Parfait Amour, comme la liqueur !), c’est parce quitte à acheter une palette de 4, autant la remplir tout de suite et c’est la couleur opposée à mes yeux verts ! A tout ça, j’ai rajouté un eye-liner Bourgeois que je n’ai pas encore essayé, un mascara Clinique (un peu par habitude, mais aussi parce qu’il se vendait au même prix tout seul ou dans une trousse avec démaquillant et double crayon pour les yeux). Evidemment, j’ai oublié d’acheter de quoi appliquer l’ombre à paupières et je risque bien entendu de me laisser tenter par d’autres choses la prochaine fois.

Et vous, mettez-vous du maquillage ? (oui, oui, c’est un article de filles – mais il y a déjà eu un article sur le rasage masculin !) Avez-vous des sites ou des produits à conseiller ?

So much to do this summer !

Entre l’emballage de mes nombreuses affaires et le déménagement vers notre nouvelle maison, j’espère que j’aurai le temps de visiter quelques expositions. A Gand, il y en a deux que je ne voudrais rater pour rien au monde, leur sujet étant tout à fait conforme avec mes intérêts (dadas) du moment:

De tentoongestelde mens. Andere culturen als amusement parle de la fascination des Occidentaux au 19e siècle pour les cultures exotiques et l’exposition de celles-ci d’une manière quelque peu douteuse, tout comme on montrait à l’époque les personnes « anormales » dans les foires. (Musée du Dr. Guislain, Gand, jusqu’au 13-09-2009)

.

.

.

De dolle jaren van het variététheater 1880-1940 parle des théâtres de variété en Belgique et des spectacles proposés, musique, chant et humour souvent teintés d’exotisme et d’érotisme, cherchant toujours le sensationnel. (Het Huis van Alijn, Gand, jusqu’au 13-09-2009, ticket combiné avec l’autre expo)

J’en profiterai évidemment pour acheter les catalogues ! Et aussi pour passer chez Mieke qui vend certaines collections de vêtements pin-up comme Bettie Page – Las Vegas.

Niftyfifties

Samedi prochain, le 20, Radio Modern organise une soirée swing et rock’n’roll au Beurschouwburg à Bruxelles, avec DJ et musique live. Je suis très tentée, ça fait des mois que j’ai envie d’aller danser (je ne sais pas danser tout ça, mais des cours sont organisés le soir même à 21h). Pour mon amoureux, il lui faudra malheureusement profiter du spectacle depuis le bar à cause du pied meurtri… si quelqu’un a donc envie de venir danser avec moi, je suis ouverte à toute proposition !

Coïncidences

Ma lecture de Sans parler du chien de Connie Willis est parsemée de rencontres dans la vie réelle et virtuelle qui me renvoient constamment au livre: le bouledogue de la station service devant laquelle je passe tous les matins, les photos de la rivière à Durham où il fait bon canoter comme sur la Tamise sur le blog de Mademoiselle M., les jolis poissons de collection d’Effie via Thérémina et ma fatigue extrême qui provoque des déphasages tels ceux du héros, Ned Henry. Et si ce billet vous semble un peu confus, attribuez-le justement à cet épuisement !

Saturday part II: the garden

Plus que deux mois et je pourrai enfin m’installer dans mon nouveau jardin et l’aménager selon mon goût et mes envies. Je rêve d’un jardin tiki avec palmiers, bananiers et bambous, fontaine ou point d’eau et grande terrasse, tout en gardant un petit coin pour un jardin potager. Est-ce que je vais concevoir ce jardin moi-même ou faire appel à des professionnels, je ne le sais pas encore. Il faudrait que je trouve un architecte de jardin en Belgique qui soit plus inspiré que la moyenne ! En Angleterre par contre, je viens de découvrir Urban Tropics.

Mais pour les deux mois qui restent dans ma petite cour, je désirais qu’elle soit fleurie et agréable à vivre. Beaucoup de plantes ont survécu à l’hiver (même le bananier qui avait pourtant triste mine) mais il y avait quelques places à remplir et je n’avais toujours pas acheté des herbes aromatiques telles que l’origan et la sauge (j’ai également craqué pour de la menthe gingembre). Rituel annuel, nous avons été à la Foire des jardins à l’Hippodrome de Boistfort. Pas de grandes découvertes cette année, j’ai d’ailleurs l’impression que l’intérêt de cette manifestation diminue d’année en année. Mais pour mes besoins de cette année, c’était parfait: je ne voulais pas dépenser trop d’argent et je voulais des plantes déjà en fleur et quelque peu flamboyantes. Voici quelques photos de l’état actuel de la cour, pour les versions 2006 et 2003, c’est ici.

Saturday part I: pimp my bar with Galliano

Un samedi en deux parties, toutes deux très productives. Nous avions trouvé l’authentique marasquin Maraska de Croatie, il était temps de le comparer à son rival italien, le Luxardo. Google, notre caviste préféré et beaucoup de ténacité nous ont renseigné Le Cellier, à Uccle. Véritable caverne d’Ali-Baba pour mixologistes en herbe ou confirmés, ce sombre hangar aux néons blafards regorge de trésors rares. Voici notre butin: à chacun(e) son Galliano (que nous cherchions désespérément depuis 2 ans, il est bien en vente au départ de Zaventem mais impossible de le ramener), liqueur de Cacao blanc Monin, Sirops de Litchi, Grenadine, Gingembre et de Mangue aux Epices Monin, Rhum Blanc Agricole martiniquais Trois Rivières, Rhum ambré Jamaïcain Myers, Gin Beefeater, Kahlua, Limoncello et…. marasquin Luxardo bien sûr. Accessoirement, il y a du vin (listes sur le site) !

Et voici notre bar après la razzia:

4 books in 2 weeks

Dès que j’ai quelques jours de congé, mon rythme de lecture s’accélère… J’ai avalé quelques centaines de pages en quelques jours en Croatie et les jours précédant mon départ. Depuis mon retour par contre, je suis retombée au rythme de quelques pages par jour dans le métro et ça me désole…

La veuve, Gil Adamson: début du 20e siècle dans les forêts et montagnes canadiennes, un femme vient de tuer son mari. Elle s’enfuit, poursuivie par ses beaux-frères assoiffés de vengeance. Commence alors une course-poursuite ponctuée de longs moments de calme dans des paysages magnifiquement bien décrits, me faisant penser à du Cormac McCarthy par moments, et des rencontres bizarres, avec des êtres laissés pour compte qui donnent une dimension assez picaresque au récit. Un très beau livre (un premier livre d’ailleurs pour cet auteur canadienne) comblant toutes mes envies de grands espaces et de personnages tout droit issus de Deadwood.

Strip tease. Histoires et légendes, Rémy Fuentes: beau livre grand format très richement illustré et bonne introduction à l’histoire du strip tease et du burlesque. En vente sur amazon pour un prix tout doux. Entretemps, j’ai commencé un autre livre en anglais qui est beaucoup plus complet mais que je vais sans doute mettre plusieurs mois à terminer. J’écrirais sans doute des billets plus détaillés sur l’un ou l’autre sujet, notamment sur une de mes marottes, les liens avec les expositions universelles.

Carnets d’une longue marche. Nouveau voyage d’Istanbul à Xi’an, Bernard Ollivier & François Dermaut: retour sur La longue marche mais à un autre rythme, celui des voitures. Intéressant mais on sent la mélancolie, la frustration de l’auteur de ne pouvoir s’attarder où il le veut. J’ai acheté la version en poche alors qu’il existe une version grand format qui laisse beaucoup de place aux illustrations de François Dermaut, mais je ne me voyais pas emmener ça en avion ! Par contre, son nouveau récit, Aventures en Loire, va très bientôt s’ajouter à ma pile toujours grandissante de livres à lire.

On a roulé sur la terre, Alexandre Poussin & Sylvain Tesson: encore un récit de voyage mais rien de tel quand on est soi-même dépaysé ! J’avais lu avec beaucoup de bonheur L’axe du loup de Sylvain Tesson, je me suis donc jetée sur celui-ci mais j’ai été très vite énervée. Faire le tour du monde à vélo en un an est un exploit que je serais incapable de réaliser (après 15 km, j’ai des courbatures pendant une semaine) mais le côté catholique primaire des auteurs qui font de la jonglerie et jouent de la flûte a tout pour me hérisser.