Une histoire de cocktails


En lisant cet article sur la découverte du cocktail par un « cocktail enthousiast », j’ai envie de raconter mon histoire. (A part ça, les commentaires suite à l’article sont affligeants et dénotent bien du puritanisme américain: il y a deux possibilités: être abstinent ou être alcoolique).
Je ne suis pas alcoolique, j’aime les cocktails.
Tout a donc commencé il y a trois ans environ avec les mojitos qu’on sert dans tous les bars bruxellois. Mon envie devenant un peu insatiable, surtout pour le portefeuille, mon homme a décidé de les fabriquer lui-même. Pas très difficile: un peu de rhum Havana Club, des citrons verts (heureusement qu’à l’époque nous étions entourés d’épiceries marocaines où le citron coûte environ 25 centimes, contrairement au 1 euro ou plus du supermarché – entretemps notre Delhaize propose les citrons au filet, ce qui revient au moins cher – et pour la petite histoire, on a même une fois acheté une caisse de 3kg au marché du Midi), de la menthe (du jardin), du sirop de sucre et de l’eau pétillante pour compléter le tout.


Et puis est venue l’envie de varier, bref j’ai été acheter mon premier livre d’un longue série, mais toujours une référence, Le tour du monde en 80 bars. Et puis, on acheté un shaker, des verres à martini, des verres tiki (il a fallu chercher pour ceux-là, les sites les plus intéressants ne livrant pas en Belgique, finalement trouvés sur ebay), des verres à margharita (trouvés à l’Inno, après de longues recherches), une collection de livres de recettes tiki (Shag et Beachbum Berry), etc. Mon barman attitré s’est amélioré au fil du temps et en est à inventer des recettes. Mais le plus dur en Belgique, reste de trouver des alcools un peu spéciaux: le voyage en avion permet toujours de ramener une bonne pêche, Mig’s pour le Midori, Rob pour quelques spécialités. Je pense avoir déjà parlé de tout ça… Et se pose aussi le problème des glaçons et de la glace pilée, les quantités utilisées étant assez astronomiques. Vivement le frigo américain avec machine à glaçons intégrée.


Bref tout ça pour parler d’un livre: Imbibe de Dave Wondrich, acheté à l’époque en grande promotion sur Amazon pour 2,5 $, en compagnie d’autres livres. A vrai dire, je l’ai acheté pour le prix… et j’ai été scotchée, page après page. L’auteur raconte l’histoire d’un des premiers barmen américain, Jerry Thomas et de la création du « cocktail ». Il raconte en même temps toute l’histoire d’un pays en création, la conquête de l’Ouest, la ruée vers l’or, etc. Et tout le livre est parsemé de recettes de cocktails de l’époque et comment les faire aujourd’hui avec les ingrédients actuels.
Et du coup, j’ai trouvé une excellente recette quelque peu arrangée depuis, celle du Daisy: gin (du Bombay Sapphire ou tout autre gin bien aromatisé), jus de citron, sirop de groseilles, eau pétillante. Pour les proportions, il faudra que je demande.

(Les photos viennent du site http://www.shorpy.com)

Pour toutes les copines de geeks…

Pour toutes les copines de geeks, et pour les geeks eux-mêmes, le documentaire Suck my geek est en ligne. Moi même j’ai eu comme amis (ou petits-amis), le fan de comics, le fan de jeux de plateau, le geek « je démonte et remonte un pc les yeux fermés », le fan de Blade Runner, le fan des mangas, certaines catégories se retrouvant chez la même personne… et j’en oublie certainement plein d’autres.

Et vous ?

Cook & book


Allez, encore une librairie que j’aime beaucoup et d’où je ne ressors jamais les mains vides. Le seul avantage à ce niveau, c’est qu’elle est située à Woluwe et que je ne vais pas très souvent par là, bien que le magasin Habitat m’y appelle de temps à temps:

Le lieu est magnifique, chaque pièce est consacrée à un thème et décorée avec goût et on peut manger partout (je n’ai pas encore essayé mais ça a l’air pas mal). Le rayon cuisine est un des plus complets que je connaisse, celui des livres d’art est pas mal aussi, géré par une ancienne vendeuse de la Fnac toujours ouverte aux suggestions, seul le rayon littérature laisse un peu à désirer: ils ont les grosses nouveautés mais pas beaucoup de littérature étrangère, par contre leur rayon SF et fantastique est plus grand que la moyenne (pas difficile me direz-vous). Et comme je viens de découvrir qu’ils ont un beau site internet aussi maintenant, c’était l’occasion d’en parler.

Un week-end en demi teintes

Store Brussels - store br 10

Un drôle de week-end… commencé vendredi soir à la soirée de La Sélec en étant un peu de mauvaise humeur, puis continué au Café Central où les débuts étaient prometteurs (bonne musique, bonne compagnie) mais la suite est vite devenue énervante: trop de monde (pas moyen d’accéder au bar), trop de fumée, trop de bruit… bref retour maison.
Samedi bien commencé tout en douceur et terminé sur un délicieux plat de bar aux champignons et tomates avec une divine sauce à l’estragon (venant d’ici). Nuit fort agitée, mal de tête et tout ça, le tout guéri pour une agréable promenade à l’assaut du tout nouveau magasin Taschen au Sablon (résultat: deux lourds sacs de livres que j’ai dû porter toute seule, les béquilles de mon homme ne lui permettant pas de m’aider. Cadeaux et auto-cadeaux !). Et puis fort tentée par une galerie qui propose des tirages photos à prix tout à fait convenables mais ce sera pour une autre fois. Fin du dimanche sous la couette avec un bon livre…

Saint-Nicolas

Je crois encore à Saint-Nicolas… et pour cause, il m’a offert plein de jolies choses ce samedi:
– de quoi remplir le petit ventre…. mmmmmh des chocolats Marcolini, rien que des ganaches enrobés de chocolat fondant.
– de quoi exciter mes petites neurones…. Contes pour petites filles perverses (j’aime beaucoup la couverture)
– de quoi me faire briller dans les plus belles soirées…. des boucles d’oreille et un pendentif en forme de coeur rouge avec des strass autour de chez Mirror Mirror On the Wall (une photo bientôt)
Merci Saint-Nicolas !