Moi, Charlotte Simmons

Moi, Charlotte Simmons est le dernier roman en date de Tom Wolfe, journaliste et écrivain américain qui avait écrit il y a un certain temps Le bûcher des vanités dont on avait fait un film. J’avais lu ce livre-là à l’époque, et je me souviens qu’il m’avait un peu ennuyé. Et son nouveau roman aussi. En fait, le problème, c’est que Tom Wolfe est avant tout journaliste et veut décrire le plus possible d’événements et être complet sur son sujet (qui est ici la vie des étudiants dans une université américaine de haut niveau, ainsi que l’adulation des sportifs et les magouilles pour qu’ils aient des résultats convenables dans leurs études). Et donc, il s’égare un peu, il décrit beaucoup de choses sur 500 pages et puis se rend compte qu’il doit conclure son histoire et qu’il ne peut plus se permettre d’en écrire 500 de plus ! Le début est assez lent aussi; il prend le temps de présenter tous les personnages et c’est un peu frustrant parce qu’on voudrait connaître la suite de l’histoire de la petite provinciale qu’est Charlotte Simmons.
A part ça, le sujet m’intéressait et je l’ai finalement lu très vite (j’ai juste passé quelques pages de description d’un match de basket).

Le 1er juillet

Le 1er juillet est le début de la nouvelle année à La Médiathèque, et pour moi aussi c’est un début: je deviens dès aujourd’hui (candidate) conseillère d’achat en musique du monde. Le poste est très intéressant: je serai responsable de la prospection et des achats de disques en musique du monde pour toutes les médiathèques du réseau francophone…. La tâche ne sera pas facile, surtout quand on sait que je remplace quelqu’un qui a des années d’expérience.