Divergence ou les poncifs du genre

Divergence, de Benny Chan (Hong Kong, 2005)
ou
– ralentis
– fusillades sous la pluie battante
– héros solitaire et amoureux transis d’une disparue
– méli-mélo de piano et de chansons interprétées par le jeune premier (ben tiens)
– montage aléatoire d’un scénario bien divergeant pour le coup
(vu au Musée du Cinéma)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.